Nisekoi

nisekoi01

Article tome 1

Aujourd’hui on s’attaque à un shojo pas comme les autres : Nisekoi (littéralement, faux amour) !

 

La petite histoire :

    Nisekoi est à la base un one-shot sorti en janvier 2011. Mais le succès est tel que Naoshi Komi se retrouva forcé de transformer ce one-shot en une série complète fin 2011. Le manga contient 25 tomes et s’est terminé en 2016.

Entre temps, 3 Light Novel écrit par Hajime Tanaka sont sortis entre 2013 et 2015, ainsi que deux saisons anime. J’ai un avis assez hétérogène sur les adaptations, dont je parlerais ultérieurement.

Personnage :

    Ce manga se base sur 5 personnages principaux haut en couleur.

    Le héros de cet histoire est Ichijo Raku. C’est le fils d’un yakuza du coin, mais il fait tout pour être quelqu’un de normal dont les gens n’auraient pas peur. Il ne se sépare jamais de son pendentif “serrure” qu’il a depuis 10 ans. Il est amoureux de Kosaki Onodera, mais est bien trop timide pour le lui avouer. C’est quelqu’un de droit et qui donne une net importance à l'amitié. Néanmoins, il reste souvent un peu trop passif des événements, ce qui en fait souvent la victimes des autres personnages.

    Kirisaki Chitoge est une métisse (américano-japonaise) qui arrive des States. Elle est la fille du chef d’un gang qui vient d’arriver. Elle est en apparence assez féminines, mais possède une force assez conséquente. Elle est râleuse, violente, n’a jamais rien fait de ses mains et n’est pas doué pour mettre les gens à l’aise. Elle ne part pas gagnante, mais dans le fond, c’est quelqu’un de très vertueux à qui on finit par trouver un certain charme.

    Kosaki Onodera est une jeune fille qui est camarade de classe de Raku depuis plusieurs années. Elle est secrètement amoureuse de lui, mais est elle aussi bien trop timide pour le lui avouer. Elle est gentille, très douce et est sans aucun doute la fille la plus mignonne de tout le manga. Par contre, elle n’est pas particulièrement vive d’esprit et elle possède certains “inconvénients”… C’est personnellement un personnage que j’aime beaucoup.

    Maiko Shu est le meilleur ami de Raku. Il n’est pas très présent au premier tome, mais il deviendra bientôt un personnage clef pour son ami. Malgré son apparence et son rôle de bout en train, il est très intelligent et fera tout pour aider son ami.

    Miyamoto Ruri est la meilleure amie d’Onodera. Bien moins douce et vertueuse que celle-ci elle est prête à tous les stratagèmes pour aider son ami. Elle semble avoir une certaine attirance pour Shu, même si c’est totalement occulté du 1er tome.

    Voilà  ! Il y a d’autres personnages, mais toute l’histoire se base autour de ces 5 là. En règle général, les figurants de cette histoire sont assez léger, ce qui ne les empêche d’être bien construit pour ceux qui sont récurrents (comme les camarades de classe de Raku par exemple…).

Scénario :

Raku a promis à une fille qu’ils se marieraient quand ils se retrouveraient. Mais voilà, il avait 5 ans et est aujourd’hui bien incapable de se souvenir de cette jeune fille. Par contre, il n’a pas oublié sa promesse et cherche donc désespérément celle qui aura la clef permettant d’ouvrir son pendentif, cadeau de sa promise à l’époque.

Un gang débarque au Japon, provoquant des frictions avec les yakuzas. Mais heureusement que les chefs se connaissent, car pour éviter une guerre sanglante, ils organiseront le couple de leurs enfants. C’est ainsi que Raku se trouve à sortir avec Chitoge, une fille qu’il a rencontré plus tôt dans la journée. Mais comme ils se détestent déjà, ils décident de faire semblant pour éviter un carnage. Commence alors un véritable stratagème pour éviter à tout prix que les deux groupes de mafieux apprennent la véritée. Mais Raku veut éviter au maximum qu’Onodera l’appenne…

Le scénario se base sur plusieurs aspects : déjà la promesse de Raku, ensuite sa relation avec Chitoge et enfin sa relation avec Onodera. Qui choisira-t-il ? Qui est donc la fille de sa promesse ?

Graphisme :

    J’avoue que j’ai du mal à me défaire de la comparaison avec l’animé, ce qui fait que le manga morfle un peu… Il est classé en tant que shonen et il en a les graphiques. Bien qu’habitué de ce genre d’histoire, Naoshi Komi n’est pas particulièrement à l’aise avec le style shojo et choisi bien souvent un dessin plus classique. Cela n'empêche pas le tout d’être agréable et ne nous fait que plus profiter des quelques scènes enjolivées. Le rythme est assez bien fait et permet d’axer l’histoire sur les situations comiques plus que sur la romance en elle-même.

Point noir :

    Personnellement, j’aime beaucoup le scénario, mais il est possible qu’il ennuie ceux qui pensaient trouver une histoire plus musclé. Ensuite, je suis un peu déçu du peu de scène vraiment romantique, même si pour le coup ça peut aussi devenir un point fort (difficile de deviner avec qui Raku va vraiment sortir...). Enfin, je trouve que l'accent mis sur certains personnage est trop prononcé et parfois un peu grossier. C’est dommage, car ça dégrade l’image que l’on a du personnage, même si d’autres scène rende le tableau un peu moins noir.

Conclusion :

    J’aime beaucoup cette histoire et j’ai prit beaucoup de plaisir à lire ce manga. Je le conseil à ceux qui cherche une histoire d’amour sans rentrer dans les classiques du shojo.

nisekoi02

Article tome 2

Aujourd’hui on s’attaque au tome 2 de Nisekoi !

 

La petite histoire :

    La première saison anime de Nisekoi sort en 2014. Elle compte 20 épisodes, 3 OAV et est licencié par ADN sur le web et Kaze en format DVD.

    La seconde saison est sorti en 2015 et compte 12 épisodes et 2 OAV.

    Le film LIVE Nisekoi est prévu le 21 décembre 2018 au Japon.

Personnage :

    J’ai déjà présenté nos personnages principaux, mais il nous en reste encore quelques uns…

    Claude est un des membres des Bee Hive, le gang du père de Kirisaki Chitoge. Chargé personnellement d’assurer la protection de Chitoge, il la couve jalousement depuis plus de 10 ans. Combattant hors pair, il est très virulent envers Ichijo Raku, qu’il cherche à descendre dès qu’il aura prouvé que celui-ci n’est pas à la hauteur. Malgré son côté yandere, c’est un personnage qui pourrait être plutôt classe dans d’autres circonstance.

    Ryu est le bras droit du chef du gang de Yakuza, le père de Ichijo Raku. C’est un personnage plutôt simple qui reprend le cliché du yakuza couvert de cicatrice et tatoué. Il est plutôt simplet, mais il reste sympa. Il n’est pas très présent, dommage.

Scénario :

    Dans le tome précédent : Afin d’éviter une guerre entre Yakuza et Gang, les chefs des deux parties décident de faire en sorte que leurs enfants sortent ensemble. C’est ainsi que le paisible Raku Ichijo se retrouve à sortir avec la violente, mais néanmoins mignonne Kirisaki Chitoge, fraîchement rentré des états unis. Mais leur amour est loin d’être véridique et le rôle se fait de plus en plus dure à tenir, surtout que Claude, le protecteur de Chitoge, à un sacré doute sur leur relation. Dans le même temps, Raku essaie de trouver un moyen pour prévenir Onodera, la fille qu’il aime, que ce ne sont que des apparences. Mais c’est alors qu’il découvre qu’elle possède une clef étrange… Onodera serait-elle la fille à qui il aurait fait une promesse 10 ans plus tôt ?

    Ruri Miyamoto, dans l’objectif d’aider son amie Onodera à avouer son amour pour Ichijo et par curiosité pour la relation entre nos deux tourtereaux décide d’organiser une journée révision chez Raku. Mais alors que les choses ne se passaient pas trop mal, les yakuza enferment Raku et Chitoge dans une vieille remise… Nos deux héros se découvrent petit à petit. Peut être que tout n’est finalement pas si noir… Comment leur relation de paille va-t-elle évoluer ?

    Un nouveau personnage débarque et demande le cœur de Kirisaki. Ichijo va-t-il lui laisser sa “chérie” au risque de laisser sa ville se faire raser ?

    Ce tome est plutôt transitoire. Alors que le premier était tournée sur le quiproquo, celui-ci évolue sur des notions de séductions bien plus pointu et proche du shojo. Ce scénario est très intéressant, car il mêle le côté comique et les quiproquo à la Love Hina à un romantisme assez particulier. D’un côté, Raku est amoureux d’Onodera. De l’autre, il y a la fille de sa promesse, qu’il a promis d’épouser 10 ans plus tôt. Mais l’arrivé de Chitoge et ses instants sentimentales viennent bouleverser l’équilibre en place.

Graphisme :

    Ce tome est très différent du précédent. Alors que Naoshi Komi s’axait plutôt sur un graphisme purement shonen, ce tome découvre petit à petit des éléments graphique tout droit sortie de shojo. Les scènes kawaii sont de plus en plus nombreuses et on trouve même un début de fan service. Certaines illustrations ne sont pas sans rappeler beaucoup de shojo à grand tirage. Les trames restent assez épurées, mais sont tout de même de bonne qualités. Globalement, ce tome trouve le bon compromis entre le shonen et le shojo moderne.

Point noir :

    Le point noir du premier tome est complètement corrigé, pour mon plus grand plaisir.

    Graphiquement, on remarque dans ce tome quelques imprécision au niveau des personnages. C’est dommage, ça baisse un petit peu le niveau de l’oeuvre, mais ça reste largement acceptable.

    Je pense que ce tome fait basculer l’œuvre du côté purement shonen et comédie du 1er tome vers le genre shojo. C’est un bon et un mauvais point de cette série. Il débute en tant que shonen, donc sera classifié comme tel alors qu’il a un contenu qui bascule très vite dans un shojo dans le même genre que Love Hina ou School Rumble. Il reste donc toujours entre deux genres très distincts sans véritablement faire partie de l’un des deux, ni même des deux.

Conclusion :

    J’ai beaucoup aimé ce tome, et même bien plus que le précédent. Il est drôle et bien plus romantique que le premier, donnant une vraie contenance à l’histoire. Je conseil encore ce tome aux fans de shonen, mais ce sera surement le dernier. Les fans de shojo devraient commencer à trouver cette œuvre intéressante.

nisekoi03

Article tome 3

On parle aujourd’hui du tome 3 de Nisekoi !

 

Personnage :

    Tsugumi Seishirô est un personnage très intéressant. C’est une fille élevé dans le seul et unique objectif de protéger Chitoge, qu’elle admire de tout son cœur, même si au final, leur relation est bien plus proche de celle de meilleurs amies que celle d’un garde du corps à un maître. Au final, elle n’a pas du tout l’habitude qu’on la traite en fille et se trouble très facilement. Habillée en fille, elle est maladroite et mal alaise, alors que c’est une combattante hors norme lorsqu’elle est habillé en garçon. Elle semble bien s’entendre avec Ruri et Onodera. J’aime beaucoup ce personnage, qui prend bien plus de risque que les autres malgré son embarra et son manque d’expérience.

    Kyouko est la prof principale de Raku et ses amis. C’est une jeune femme vivante et joviale qui ne manque aucune occasion pour bousculer un peu ses élèves et épier leurs relations. C’est quelqu’un d’agréable et de très gentil.

Scénario :

    Dans le tome précédent : Tsugumi viens à peine d’arriver qu’elle provoque Raku en duel dans le but d’obtenir le coeur de Chitoge, alors que celui-ci ignore encore que son adversaire est une fille. Au terme d’un combat où notre héro n’a fait que fuir il entraîne son adversaire dans un piège et saute dans la piscine de l’école depuis le 2ème étage. Le résultat est là, puisque Tsugumi, qui ne s’y attendait pas, est KO. Par pure gentille, il décide de lui retirer ses vêtements mouillés pour lui éviter d’attraper froid. Mais quel n’est pas sa surprise quand il découvre un soutien gorge…

    Alors que Raku vient de comprendre la réalité des choses, il se rend compte que tout le monde les cherche et qu’il se retrouve dans une situation embarrassante avec une autre fille que Chitoge. Sans réfléchir, il se cache dans un casier avec Tsugumi pour éviter tout scandale. Comment la situation évoluera-t-elle ?

    Tandis que Tsugumi se pose de plus en plus de question sur état de santé, rapport au nouveau sentiment qu’elle découvre, Onodera et Chitoge font un concours de la plus mauvaise cuisinière. Peu de temps plus tard, Chitoge entend par Tsugumi qu’elle a déjà eu un premier amour. En fouillant dans ses affaires, elle retrouve un vieux journal accompagné d’une mystérieuse clé… Et si Raku était son premier amour et qu’ils étaient promis l’un à l’autre ? Pas le temps de tergiverser, car la sortie en montagne arrive à grand pas...

    Il y a vraiment de tout dans ce tome. On y retrouve quelques quiproquo, mais jamais durable, grâce à la bonne fois et Chitoge. C’est un excellent point, puisqu’on évite les redondances. Il y a également plus de scènes de ecchi et de scènes comiques. Les relations entre les personnages évoluent dans l’ombre, au point que je pense qu’une bonne partie des sentiments changent dans ce tome, ce qui le rend toujours plus proche d’un shojo.

Graphisme :

    On trouve dans ce tome plein de style différent, même si on s’éloigne de plus en plus du shonen. Non seulement il y a beaucoup d’aspect graphique propre au shojo, mais on en trouve même différente déclinaison, indiquant que l’auteur ne se contente pas du style de base. Les quelques scènes de fan service deviennent véritablement des scènes de ecchi, même si on reste dans la limite du nécessaire et de l’acceptable pour un manga du shonen jump. Par contre, les trames de fond sont très peu présentes.

Point noir :

    Le point graphique soulevé dans le tome précédent est corrigé.

    Cette fois, on passe d’un côté shojo à quelque chose de beaucoup plus proche de la comédie romantique à la Love Hina. L’ajout du ecchi ne plaira pas à tout le monde…

Conclusion :

    J’ai préféré ce tome de Nisekoi à tous les autres, car il ajoute une certaine tension aux relations entre les personnages et les fait évoluer vers une nouvelle phase de l’histoire. C’est une très bonne comédie romantique que je conseille aux fans du genre et notamment de Love Hina de Ken Akamatsu.

nisekoi04

Article tome 4

On s’intéresse au 4ème tome de Nisekoi !

 

Scénario :

    Dans le tome précédent : C’est le voyage scolaire à la montagne. Alors que chitoge redécouvre petit à petit ses souvenirs de petites filles et de son premier amour, elle commence à suspecter Raku d’être celui-ci. Mais dans le même temps, Ruri pousse Kosaki à être avec Raku pour les rapprocher. Elle n’est pas la seule à intervenir, puisque Claude fait également tout pour salir l’image de notre héros en le plongeant dans une situation bien délicate… Grand final de la sortie : l’épreuve du courage. Chitoge se dévoue gentiment pour jouer un monstre et effrayer ses camarades, mais sa phobie du noir pourrait rendre la chose plus compliqué que prévu. Alors qu’il avait enfin réussi à se mettre avec Kosaki, il décide d’aller sauver sa petite amie et lâche la main de sa dulcinée. Quand il parvient enfin à la ramener en dehors de la forêt, l’épreuve est déjà terminé et il a raté une superbe occasion d’être avec Kosaki…

    C’est bientôt l'anniversaire de Chitoge. Celle-ci ne souhaite rien de particulier pour cette occasion, mais ses amis décide d’organiser une fête surprise. Ruri envoie donc Onodera et Raku en mission/rencard : aller acheter des cadeaux pour Chitoge. Sur le chemin du retour, Onodera avoue à son amoureux qu’elle est probablement la fille à qui il a fait une promesse 10 ans plus tôt. Mais ils sont interrompus par Tsugumi, qui les convoque dans les appartements de Chitoge. Malgré l’ambiance causé par les membres du gang, Chitoge parvient à faire le lien entre l’histoire de Raku et la promesse qu’elle a fait 10 ans plus tôt, bouleversant à nouveau notre héros. Qui possède la clé qui ouvrira le cœur de Raku ?

    Comme si les choses n’étaient pas déjà assez compliquées, Raku apprend de son père qu’il est fiancé et que la jeune fille à qui il est lié arrive le lendemain. Qui est donc celle qui rebattra les cartes ?

    Ce tome envoie la première vraie claque de l’histoire. Non seulement le triangle amoureux entre Raku, Onodera et Chitoge s’approfondit grâce aux différentes éléments dévoilés par les personnages. Si ces éléments ne sont pas des surprises, c’est le fait de les voir surgir si vite qui est surprenant, d’autant plus que l’univers est bouleversé juste après. Ce tome contient toujours une bonne dose de comédie, mais c’est très clairement le côté romantique qui l’emporte, le rendant beaucoup plus proche d’un shojo classique que d’une comédie romantique.

Graphisme :

    Si le tome précédent contenait encore des éléments graphique shonen, c’est presque plus le cas de celui-ci. La plupart des planches suivent un style shojo malgré le style personnel de Naoshi Komi. Le côté Moe et les sentiments sont mis en avant et les trames de fond disparaissent petit à petit, même si celles qui sont présentes sont de bonne qualité. La vision des scènes est vraiment excellente, tout comme le rythme. La seconde partie du manga retrouve peu à peu le côté comédie romantique et shonen.

    La couverture et les illustrations sont très agréables. On sent les progrès du mangaka par rapport au premier tome.

Point noir :

    Il n’y a pas vraiment de point négatif dans ce tome… Il est bien équilibré.

Conclusion :

    Ce quatrième tome de Nisekoi est tout bonnement excellent. Orienté shojo, il donne un second souffle à la série en posant les choses sur la table pour éviter de faire durer les mêmes quiproquo. C’est un excellent tome shojo comme de comédie romantique.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 07/09/2019