Hikaru no Go

hikarunogo
hikarunogo

Article tome 1

On s’attaque à l’un des premiers manga que j’ai lu : Hikaru no Go !

 

La petite histoire :

    C’est un manga scénarisé par Yumi Hotta et dessiné par Takeshi Obata entre 1999 et 2003 pour 23 tomes chez Tonkam.

    Takeshi Obata est un des plus grands dessinateur du Japon avec à son actif quelques pépites comme Death Note, Bakuman ou encore Platinum End.

    L’anime est sorti entre 2001 et 2003 pour 75 épisodes, licencié en France par Déclic Images.

    Un OAV de 77 minutes est sorti en Janvier 2004.

Personnage :

    Hikaru Shindô est un simple gamin de 11 ans, encore à l’école primaire. Il est ami d’enfance avec Akari et entretient une relation assez conflictuel avec Sai. Comme tous les enfants de son âge, rester assis pendant 20 minutes devant un plateau de jeu l’ennuie. Il se sent assez proche d’Akira.

    Sai Fujiwara était un génie du go à l’époque Heian. Suite à une injustice lors d’une partie, il a perdu et a fini par se suicider de désespoir. Depuis, il traverse les âges enfermé dans un goban et se lie à un jeune quand il en trouve un avec l’âme qu’il recherche. La dernière personne qu’il a hanté est Shusaku Honinbo, l’homme que l’on considère comme étant le meilleur joueur de go de l’histoire.

    Fujisaki Akari est l’amie d’enfance d’Hikaru. C’est une fille agréable qui s’inquiète énormément pour Hikaru. Elle en pince d’ailleurs légèrement pour celui-ci. Elle est très gentille, mais ne se laisse pas marcher sur les pieds pour autant. 

    Akira Tôya a 11 ans. Fils de Kôyô Tôya, l’homme qui détient le titre de Meijin, il est passionné de go depuis son enfance. C’est un excellent joueur qui approche déjà le niveau professionnel. Il déteste perdre et encaisse très mal la défaite. C’est quelqu’un de naturellement charismatique qui rayonne dès qu’il s’agit de go. Il est très respecté et respectueux, même si c’est une véritable tête de mule. J’aime beaucoup ce personnage.

Scénario :

    Alors qu’Hikaru cherche des bricoles dans le grenier de son grand-père, il tombe sur un vieux goban. Alors qu’il commence à le dépoussiérer, une voix se met à envahir son crâne. Hikaru s’évanouit alors de surprise. En effet, Hikaru est hanté par l’esprit de Sai, un maître du go qui ne veut qu’une chose : jouer. Hikaru refuse aussitôt, il trouve ce jeu ennuyant. Mais la déception de Sai lui donne terriblement envie de vomir, si bien qu’il finit par dire oui. Il essaie de jouer contre son grand-père, mais ne connaissant strictement rien du jeu, il enchaîne les bourdes et met trop de temps à jouer, si bien que son grand-père quitte la partie au bout de quelques coups. Notre héros décide donc de se rendre aux cours de go de son quartier, mais là encore il se retrouve obligé de laisser temporairement tomber. Pour rattraper sa bêtise au près de Sai, il se rend dans un club où il fait la connaissance d’un autre enfant : Akira Tôya. Il décide de tester les véritables capacités de Sai et le défi. Mais alors qu’Akira est on ne peut plus sérieux, Sai joue un go pédagogique… Comment Akira réagira-t-il face au niveau de son véritable adversaire ? Hikaru finira-t-il par vraiment s’intéresser au go ?

    Si le côté fantomatique n’est pas du tout expliqué, il n’en reste pas moins que ce manga est une excellente porte d’entré vers le monde du go japonais. Le plus intéressant dans cette histoire, c’est l’évolution lente de nos personnages, tout autant que l'irrégularité de cette dernière. Ce tome pose une base très solide qui s'oriente dors et déjà vers le go professionnel. De nombreux éléments sont réels, comme la plupart des concours, les parties, le niveau des joueurs ou encore le salon de go où Hikaru affronte Akira. On s’attache très vite à nos personnages et à leur relation naissante. J’avoue que quand je l’ai lu la première fois, je comprenais mal certaine réaction d’Akira face aux paroles d’Hikaru. Maintenant que je suis moi aussi un joueur de go, j’en comprend plus que la raison.

    Il y a en postface quelques information sur le go en France, même si ces informations ne sont plus du tout d’actualité. Mais l'intention est louable.

Graphisme :

    Nous sommes en 1999 et c’est Takeshi Obata qui est au commande. Le niveau graphique est très élevé. Le design général de l’œuvre est très classique. Le design des personnages est lui aussi assez simple, quoi qu’il s’adapte parfaitement à leur âge, ce qui est bien souvent raté dans les shonen. Les effets graphiques sont parfaitement maîtrisés, mettant en valeur nos personnages jusqu’à expliciter leur charisme. Les trames de fonds sont très nombreuses et toujours de très bonne qualité. Le rythme est intéressant et fait en sorte que l’on dévore le manga jusqu’à la dernière page, qui nous donne juste envie de lire la suite …

    La couverture est très intéressante.

Point noir :

    Ce manga est resté indisponible très longtemps faute de stock. Depuis quelques temps, il est en réédition. Ce serait un excellent point, si seulement Tonkam avait fait ne serait-ce qu’un tout petit peu de communication à la sortie de chaque tome ! Ce manga a marqué le monde du go, alors quitte à mentionner la FFG, faîtes un petit effort de communication, que diable !

Conclusion :

    J’ai vraiment adoré Hikaru no Go ! Ce manga a marqué mon enfance et m’a permis de découvrir le go malgré le bashing des médias généralistes. Le scénario est très intéressant et le dessin toujours aussi actuel, même s’il a plus de 20 ans ! Je le conseille vraiment à tout ceux qui cherchent un shonen un peu plus posé que la moyenne.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire