Le jeu de Go

go01

Qu'est-ce que le jeu de Go ?

Vous avez sans aucun doute entendu parler de ce jeu asiatique lors de la victoire de l’algorithme de Google Alpha-go sur le champion du monde actuel de la discipline : le Coréen du sud Ke Jie. C'est un jeu très méconnu en Europe et particulièrement en France, mais il faut savoir qu'en Asie, ce jeu est plus connu que les échecs.

Origine

On estime la création du jeu de Go à la période des Printemps et Automnes (entre 771 - 453 av. J.-C.) en Chine. En faite, on ignore exactement quand ce jeu a été créé, mais certain estimes que ce qu'on pourrait appeler un "prototype" existait déjà 4000 ans avant notre ère. Selon la légende, le "wéiqí" aurait servie à l'éducation de différents empereurs et aurait des liens avec l'art divinatoire du Yi Jing. Mais les premières attestations écrites sont les Annales des Printemps et Automnes. Quelques années plus tard, c'est au tour du célèbre Confucius de faire une référence à ce jeu dans ces Entretiens. Quand le système de classement apparait, le jeu de Go prend une toute nouvelle inspiration en Chine. Les livres se multiplient et on commence à appliquer ce jeu aux conseils militaires. A la fin de la dynastie des Han (vers le Xème siècle), les premiers traités de Go sont écrit. Notre jeu est alors ajouté au trois arts sacrés (peinture, musique et calligraphie). En Chine, le go conservera ce statut jusqu'au XIXème.

Il est emmené en Corée et au Japon par les moines bouddhistes Chan pendant le VIème siècle. Alors qu'il devient vite populaire en Coré, le Japon, fort de sa rivalité avec la Chine, interdit ce jeu. Mais les nobles passent outre l'interdiction et perpétue ce jeu. Plus tard, ce jeu sera autorisé aux moines bouddhistes et sera très utilisé par les samurai. Mais ce sont les moines Nichirens qui battissent la première écoles de Go, qui est resté ouverte jusqu'en 1940 à Kyoto. Au XVème siècle, les Japonais décide d'abroger l'une des règles du jeux pour commencer les parties avec un goban totalement vierge. Cette façon de jouer sera par la suite adopté par le reste des joueurs, même si la Chine n'a mis ces règles en action qu'à partir du XXème. Aujourd'hui, même si ce jeu était réservé à l'élite au Japon, il est totalement libre. Même s'il est de moins en moins connu, surtout parmi les jeunes générations, il reste un sujet de choix pour les explorations théorique sur le développement des joseki et des fuseki.

Le jeu de Go restera en Asie jusqu'à l'ouverture du Japon avec la révolution Meiji au XIXème siècle. Il commence à s'exporter un peu partout grâce au Japanisme du XXème, mais il reste inconnu de la majorité de la population européenne. Il est pourtant connu de quelques collons qui parlent de ce jeu au XVIIème, mais que ce soit en Allemagne ou en Angleterre, on oublie vite le jeu de tactique pour se consacrer à notre passion de l'époque : la guerre.

Le Go au Japon

Retour au Japon ! Si au début le jeu de Go est très verrouillé, il devient une véritable passion pour les nobles à partir du XVIème siècle. C'est ainsi qu'en 1978, le grand Oda Nobunaga (très célèbre seigneur de guerre Japonais connu pour ses tactiques et que l'on peut retrouver dans beaucoup de manga et animé) invite le joueur Nikkai à Edo pour organiser une partie. Notre Daïmio est très impressionné par son adversaire et décide de lui donner un titre encore en vigueur à l'heure actuel : le titre de Meijin. C'est également à cette époque, en 1582, qu'un présage se répand un peu partout. Oda Nobunaga regarde une partie, mais un triple Ko apparait. Peu de temps plus tard, un de ses compagnons se rebelle, ce qui engendrera le Sepuku (vulgairement appelé harakiri)  du génie de la guerre, aussi appelé le 6ème démon : Oda Nobunaga. Depuis, on dit que l'apparition d'un triple Ko est un présage funeste.

Mais ça ne s'arrête pas là, car le jeu de Go ne cessera de s'épandre, notamment grâce à l'unification du Japon de Ieyasu Tokugawa en 1603, qui fera de ce jeu une institution gouvernemental. Tout est organisé de façon très stricte et contrôlé et 4 écoles sont créés. Puis les tournois s'organise, des plus petits jusqu'au o-shiro-go, une compétition annuel qui choisira entre les deux meilleurs joueurs qui sera le meilleur joueur du Japon, le tout en présence de l'empereur et du Shogun.

Quelques années plus tard, deux légendes arrivent sur le goban : Hon'inbo Dosaku et Hon'inbo Shusaku. On leur attribut les plus belles parties de l'histoire et leurs maîtrises du Go est telle qu'elle révolutionne la théorie du jeu. Ils sont donc nommé Kisei, un titre utilisé aujourd'hui comme récompense pour l'un des 7 tournoi majeur japonais.

Le go commencera à perdre de sa superbe après la révolution Meiji de 1868 et le début de l'air industriel.

go02

Les règles du jeu de Go

Matériel :

Avant tout de chose, pour jouer, il vous faut :

  • Un goban (il en existe de plusieurs sortes, pour toutes les bourses)
  • des pierres (là aussi, il y en a pour toutes les bourses)
  • un peu d'esprit (si vous avez lu jusqu'ici, ça devrait aller ! ^^).

But du jeu :

Le but de ce jeu est d'obtenir un territoire en sachant que chaque intersection libre vaut 1 point.

Comment jouer :

Rien de plus simple, il suffit de poser les pierres sur les lignes aux niveaux des intersections.

Les règles :

C'est toujours au joueur noir de commencer. Traditionnellement, il joue en haut à droite (dans son sens). Puisqu'il commence, le joueur blanc recevra des points bonus appelé Komi, qui vont de 6.5 en Corée ou au Japon, à 7.5 en Chine ou en France.

go03

Chaque pierre possède des libertés (4 si elle est seule), qui sont en faites toutes les intersections libres qui lui sont reliées. Si l'adversaire place une pierre dans chacune de ces intersections, la pierre n'a plus de liberté et est donc capturé. On la retire donc du jeu pour la mettre de côté. Cette règle s'applique également lorsque plusieurs pierres d'une même couleur sont alignées.

go04 go05

Il est également possible de jouer des parties à handicape pour équilibrer le jeu. Pour ça, on ignore la règle du komi. Noir pose ensuite le nombre de pierre qu'il a convenu avec son adversaire sur le Goban, puis c'est à Blanc de jouer.

Petit détail : au Go, on appel les joueurs Blanc ou Noir en fonction de la couleur de leurs pierres. Pour tout ce qui est "façon de parler" dans le jeu, je vous conseil de regarder ou lire Hikaru No Go, vous apprendrez beaucoup de chose !

go06

Enfin, il reste la règle du Ko que l'on a évoqué plus haut avec l'histoire de Nobunaga. Le Ko, c'est une position dans laquelle les deux joueurs peuvent capturer l'un après l'autre et ce à l'infini, une pierre de l'adversaire. Pour éviter ce problème, quand une pierre est capturer, la victime ne peux pas se venger immédiatement et doit jouer ailleurs.

Fin de partie :

Une fois arriver à la fin de la partie, il ne vous reste plus qu'à mettre au propre vos territoires, puis à mettre vos pierres prisonnières dans votre territoires. Vous comptez ensuite le nombre d'emplacement libre, puis vous comparez avec votre adversaire. Vous rajouter ensuite le Komi s'il y en a, puis celui qui à le plus de point gagne la partie.

go07

En savoir plus :

Pour plus de renseignement, je vous conseil de visiter le site officiel de la fédération française de go (la FFG).

Où jouer au Go ? :

Le plus simple pour jouer au Go est d'utiliser le serveur de jeu KGS qui vous permettra d'affronter des joueurs du monde entier et de voir en direct des parties de joueur de haut niveau.

Il existe également différents clubs en France, surtout dans les grandes villes. Pour avoir déjà joué en club, c'est très agréable et on apprend beaucoup. Malheuresement, ces clubs sont peu nombreux...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 30/10/2018