Death Note

deathnote01
deathnote01b

Article tome 1

Aujourd’hui on parle d’un manga culte : Death Note !

 

La petite histoire :

    Death Note est dessiné par le mangaka Takeshi Obata et scénarisé par le mystérieux Tsugumi Ohba. Il a été commencé en 2003 et s’est terminé 3 ans plus tard après 13 tomes, publiés chez Kana.

    L’anime est sorti en 2006 et compte 37 épisodes.

    J’ai déjà beaucoup parlé de nos auteurs dans l’article sur Platinum End, leur nouvelle série. Je reparlerais d’eux dans un prochain article sur Bakuman.

    Tsugumi Ohba est un des mangaka/scénariste sur qui il y a le plus de théorie. Malgré le fait qu’il laisse beaucoup plus de trace écrite dans ses manga, on ignore tout de lui, jusqu’à savoir si c’est un homme ou une femme (Tsugumi est un prénom féminin). Il y a également une théorie comme quoi Obata et Obah ne ferait qu’un… Personnellement je n’y crois pas du tout…

Personnage :

    Entrons dans le vif du sujet. Les personnages de ce manga gravitent autour des deux personnages principaux.

    Yagami Light est le héros de cette histoire. C’est un lycéen extrêmement intelligent à qui on donne un grand avenir dans la police. Il croit en une justice plus forte et veut régner sur un monde juste grâce au Death Note et sous le pseudonyme de Kira.

    Ryûk est un dieu de la mort qui s’ennuyait. Il ne semble pas particulièrement intelligent, mais à quoi bon l’être quand on est un dieu de la mort ? C’est un personnage plutôt amusant malgré son aspect.

    L est un enquêteur sur qui personne ne sait rien. Il est chargé par interpole de retrouver Kira. C’est quelqu’un d’extrêmement intelligent.

    Yagami Soichiro est le chef de la police Japonaise dans l’affaire Kira. C’est également le père de Light. C’est un bon chef qui cherche avant tout la justice.

Scénario :

    Light Yagami est un simple lycéen. Tout du moins jusqu’à ce qu’un beau jour il tombe sur un cahier dans la cours de son lycée : le Death Note. Il croit au début à une blague, mais après l’avoir testé, il se rend compte que tout est bien réel. Et l’apparition du dieu de la mort Ryûk ne fait que confirmer ce qu’il pense. Il décide alors de devenir le justicier que tout le monde attend : le nouveau dieu de ce monde. Grâce au Death Note, il n’a qu’à noter le nom de ceux qu’il veut tuer en visualisant leurs visages et ils meurent sur le champ. Les rumeurs commence à circuler et interpole décide qu’ils ne peuvent plus le laisser agir impunément. Ils font appel à L. Celui-ci pense à un système pour dénicher cet ennemi invisible. Il se rapproche de plus en plus de sa cible. Qui de L ou de Kira l’emportera ?

    C’est un scénario extrêmement profond que nous avons là. Je ne dis pas ça uniquement car ce manga est populaire. Premièrement, Death Note pose des questions au lecteur, des questions sociétaires et très profondes qui demande une véritable réflexion. Des questions éthiques qui déchirent les sociétés et dont on ne parle pas. Ensuite, cette oeuvre tisse petit à petit les lignes d’un thriller psychologique où les tactiques se confrontent. Il n’y a pas beaucoup d’action dans ce manga : il n’en a pas besoin. On est tenu en haleine par ce combat d’intelligence passionnant.

Graphisme :

    Il faut préciser que Takeshi Obata a commencé sa carrière en 1985, soit presque 20 ans avant Death Note. Autant vous dire que de l’expérience, il en a. Et il nous prouve sa maîtrise ! Au début, malgré Ryûk, le monde des morts et l'ambiance en général assez sombre, tout semble normal. Light est un lycéen normal qui se consacre à ses études. Mais petit à petit, le dessin évolue, notamment dans l’expression du visage de notre héros, qui se creuse petit à petit. Les effets visuels sont maîtrisés, les trames de fonds de très bonne qualité et la façon dont le tout est scénarisé tient du génie. Le design des personnages est également très réussi. Notre mangaka n’hésite d’ailleur pas à aller piocher dans des genres plus anciens.

    Notre mystérieux scénariste laisse un message très énigmatiquement sombre dans ce tome. Pourtant, il n’hésite pas à laisser quelques cases comiques en bonus !

Point noir :

    Si vous ne supportez la pression mentale, abandonnez. En dehors de ça, ce manga n’a pas de point faible. C’est un shonen psychologique qui pousse le manga d'enquête dans ses retranchements extrêmes. Ils n’hésitent pourtant pas à laisser de l’humour et à aérer les périodes les plus sombres. C’est vraiment un travail incroyable.

Conclusion :

    J’ai vraiment adoré Death Note. C’est sans conteste un des piliers du genre thriller psychologique. Il est profond, intelligent et n’hésite pas à aborder des sujets éthiques. Je le conseils vraiment à tous, même si les fans de shojo risquent de ne pas trop s’y retrouver.

    Il devrait être présenté dans les écoles, ce qui aiderait les élèves à s’éveiller au monde asiatique ainsi qu’à certaines questions…

deathnote01

Article tome 2

On s’attaque à la suite de Death Note !

 

Personnage :

    Raye Penber est un agent du FBI envoyé par L. C’est quelqu’un de consciencieux et d’efficace dans son travail. Il est fiancé avec Naomi Misora et c’est un élément fiable des services secrets.

    Naomi Misora est une ancienne surdouée du FBI. Née au Japon, elle est revenue pour se marier. C’est une fille très intelligente qui aime son travail et a du mal à décrocher.

Scénario :

    Dans le tome précédent : Le monde entier décide d’entrer en guerre contre Kira avec L comme fer de lance. Ce dernier parvient à trouver la région de L, ainsi que le fait qu’il surveille les rapports de police. Il décide donc de faire épier les familles de la police Japonaise par le FBI. Mais Light est bien décidé à trouver une parade…

    Grâce à un habile stratagème, Light a appris le nom de l’agent du FBI qui le pistait. Au bout de quelques semaines, il décide de passer à l’action et parvient à exécuter tous les agents du FBI en mission au Japon, semant ainsi le trouble à interpole. La position de L s’en trouve fragilisé. Celui-ci réagit et décide qu’il est temps de prendre une contre-mesure. Un nouveau QG est alors créé, obligeant L à se rapprocher de sa cible. Qui gagnera cette joute de mesure ?

    Que dire ? C’est toujours aussi fin, aussi puissant et encore plus intelligent que le premier tome ! Le côté tactique et déduction est beaucoup plus développé que dans le premier tome, approfondissant le côté thriller. Un des plus grands thriller de l’histoire.

Graphisme :

    Le niveau graphique est toujours aussi impressionnant. Takeshi Obata parvient à maintenir son niveau en toute circonstance, le tout dans une ambiance de plus en plus pesante et sombre, en total contradiction avec un graphisme toujours égal à lui-même.

Point noir :

    Rien à rajouter.

Conclusion :

    J’ai toujours un énorme coup de cœur pour Death Note. C’est vraiment une œuvre exceptionnelle qu’il faut avoir lu une fois dans sa vie. Je le conseille vraiment à tous, sauf au plus jeune.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 03/07/2019