Fairy Tail

fairyTail01

Article Tome 1

Aujourd’hui on s’attaqua à un des mangas qui a fait de moi un otaku quand j’étais collégien : Fairy Tail !

 

Quelques mots avant de commencer :

    Bon, je sais que je m’attaque à un sujet extrêmement épineux… D’un côté, tout ceux qui ont une vision ultra-négative et de l’autre ceux qui ont une vision ultra-positive. Bon, je préfère être claire, je vais déplaire aux deux camps. Il y a dans ce manga des bons et des mauvais points que tout bon otaku qui se respect se doit de reconnaître. Évidemment, chacun à son avis et je ne force absolument personne à être d’accord avec moi.

La petite histoire :

    Le père de Fairy Tail se nomme Hiro Mashima. Je vais vous raconter aujourd’hui les prémices de cette histoire en vous parlant de son auteur. Hiro est né en 1977 et à commencé sa carrière de mangaka en 1998 avec deux One Shot. Après deux succès plus que moyen, il dessine, toujours la même année le manga qui le révèlera : Rave. Il continuera cette histoire jusqu’en 2005, où elle se terminera après 35 tomes. Fairy Tail commencera en 2006 et se continua jusqu’à l’année dernière où son auteur le laissa en pause avec 63 tomes au compteur. Mais rassurez-vous, Hiro a déjà prévu de reprendre son plus grand succès en 2018 !

    Ce qui est étonnant avec ce mangaka, c’est sa capacité à écrire plusieurs manga à la fois, surtout quand son histoire principale vit une petite baisse de régime. Il a en effet écrit plus de 5 one shot ou manga en deux tome pendant Rave et deux pendant Fairy Tail.

    Dernière information, l’animé Fairy Tail est sorti en 2009 et s’est continué en 2016 avant de partir en pause après 277 épisodes. On ignore toujours s’il reprendra.

Univers :

    Alors, je vois déjà les sceptiques arriver et me reprocher cette partie de l’article en parlant du système magique et des guildes ultra expliqué dans ce tome. Mais je voudrais ici parler du véritable style Mashima : un univers de conte de fée. On peut dire ce qu’on veut sur ce manga, je pense que sa véritable force réside dans les petites scènes cachées qui trainent par ci par là. Je l’ai véritablement compris après avoir vu quelques épisodes de Rave et donc avoir fait la connaissance de Plue. En faite, je pense qu’il s’agit ici du véritable rêve de l’auteur et c’est clairement ce que l’on ressent plus tard dans l’histoire, notamment quand on s’approche du sujet des esprits.

Personnage :

    J’ignore si on a toujours besoin de les présenter, mais pour ceux qui auraient eut un coma, je vais faire un effort… Il y a 3 personnages principaux dans ce tome.

    Natsu Dragnir est un jeune homme d’environ 18/20 ans qui possède une faculté particulière. Après avoir été élevé par un dragon, il a appris la magie de chasseur de dragon lui permettant de manipuler les flammes et notamment de les manger. Membre de la guilde de Fairy Tail, c’est un fervent défenseur de la justice et du nom de sa guilde, mais aussi un énorme bourrin qui finit souvent par tout dévaster sur son passage. On remarque plusieurs choix très habile, comme ses cheveux roses ou sa tenue, qui font de lui un personnage totalement inimitable. C’est le héros de l’histoire et tout le scénario tourne autour de lui et de son pouvoir. Détail : il a le mal des transports.

    Happy est un chat. Mais un chat spécial ! C’est un de seul chat à parler et à pouvoir utiliser la magie. Il peut ainsi créer des ailes pour lui permettre de voler. Un chat bleu qui parle et qui peut voler, il faut avouer que ce n’est pas courant. Il a bon caractère, mais possède aussi l'espièglerie digne d’un félin. C’est le meilleur ami de Natsu, dont il semble plus près d’un frère que d’un ami.

    Lucy Heartfilia est une jeune fille aux formes appréciables de 17 ans. Elle voyage dans le but d’intégrer Fairy Tail, la guilde de ses rêves. Plutôt naïve, elle se laisse souvent embarquer n’importe où et finit généralement sauvée par Natsu. Elle a une histoire familiale intéressante, mais est dans les faits un personnage assez simple et dont la principale utilité est de faire des leçons sur la justice. Elle peut tout de fois invoquer des esprits qui peuvent se battre à sa place et semble être écrivain. La façon dont elle est présentée met certe son physique en valeur, mais son intellect est loin d’être son meilleur atout.

    Il y a beaucoups d’autres personnages et je parlerais d’eux dans les autres tomes ! On peut tout de fois citer le maître Makarov, Grey Fullbuster, Elfman, Macao, Reby, Mirajane et bien d’autres qui apparaissent dans ce tome sans tout de fois y laisser une profonde empreinte.

Scénario :

    Lucy est une jeune magicienne qui cherche à intégrer Fairy Tail. Au détour de son voyage, elle rencontre un mage qui se fait appeler Salamender et qui dit appartenir à la fameuse guilde. Dans le même temps, Natsu et Happy arrivent en ville. Ils cherchent ce mage pour vérifier s’il s’agit d’un dragon (oui, ils ne sont pas futés). Après avoir découvert la vérité, ils délivrent accidentellement Lucy du sort de séduction de Salamender.  Celle-ci les en remercie et c’est ainsi qu’ils font connaissance. Mais notre héroïne se fait embarquer sur le navire de Salamender, qui lui a promit une place à Fairy Tail en échange de sa présence. Mais les choses ne se passent pas comme prévu et Lucy apprend que Salamender est en faite un marchand d’esclave. Par hasard, Natsu apprend que Salamender est un mage de la guilde de Fairy Tail et il décide d’aller vérifier lui-même. Après quelques péripéties que je vous passe, Natsu apprend à Lucy qu’il est surnommé la salamandre et qu’il fait parti de Fairy Tail. Il la ramène à la guilde où la magicienne devient officiellement une mage de Fairy Tail. Elle fait connaissance avec l’ambiance un peu spécial causé par les autres membres…

    Bon, il faut pas se mentir, le scénario est ultra simplifié. Même si certains éléments sont intéressants, comme le passé de Natsu ou l’origine du voyage de Lucy, il n’en reste que la surprise est loin d’être omniprésente.On a souvent l’impression que les évènements arrivent un peu au hasard, sans but précis… Et mon avis est que la raison en est simple : il n’y avait encore aucun fil rouge à l’histoire. Après, à chacun de juger !

Graphisme :

    Bon, alors que j’étais plutôt négatif sur le scénario, je donne une note plutôt correcte aux graphismes de ce manga. Même si c’est vraie que l’auteur joue un peu trop sur le décolleté de son héroïne, sans tout de fois jamais arriver au ecchi, et que les scènes de Natsu sont souvent bien trop caricaturales pour en faire un personnage à l’ultra-présence (en tout cas pas comme on peut le ressentir avec Alucard de Hellsing par exemple). Mais pour être totalement honnête, on trouve beaucoups de bon point dans ce manga ! Déjà, l’écriture en général est agréable et d’une qualité plus qu’acceptable par rapport à la majorité des grandes sagas (comme One Piece ou Hunter X Hunter par exemple). Ensuite, notre héros possède des scènes de gloire qui le mette enfin en valeur et c’est sans aucun doute ce qui fait de Natsu un des personnages les plus populaires du genre Shonen.

Point noir :

    J’en ai déjà parlé, mais il y a pas mal de point noir. Déjà, les personnages sont à mon sens un peu trop idéalisé, que ce soit en tant que “super défenseur de la justice” ou en tant que “tout pour l’amitié”. Mais je m’égare déjà, car cette partie n’est pas encore particulièrement visible dans ce tome. Le scénario est vraiment simpliste et c’est vraiment dommage. Si Mashima n’a pas son pareil pour créer un univers unique, il n’est clairement pas un bon scénariste et je pense que travailler en collaboration avec un auteur pourrait révéler sa maîtrise tout en donnant plus de profondeur à ses mangas. J’ai déjà pas mal parlé des graphismes, donc vous savez déjà à quoi vous en tenir.

Conclusion :

    Quoi que je puisse en dire, c’est un bon manga, agréable, qui reste un classique du genre shonen. Je le conseil à tous ceux qui souhaite découvrir le monde des shonens, notamment les plus jeunes, mais pas à ceux qui recherchent des oeuvres plus scénarisées ou plus profondes.

Actu (04/2018)

Pour information, le manga vient de reprendre et l'animé, après le succès en demi-teinte de Dragon Cry, se préparent pour la saison 3 !

fairyTail02

Article Tome 2

Aujourd’hui on parle du tome 2 de Fairy Tail !

 

La petite histoire :

    Aujourd’hui on va parler d’actualité !

    Premièrement, la nouvelle est tombé il y a quelques mois : Fairy Tail va s’offrir une saison 3 que l’on surnomme déjà : Fairy Tail 2018 ! Elle sera diffusé à partir du mois d’Octobre et est très attendu par les fans en attente du requiem de la série qui a lancé beaucoup d’entre nous dans le monde des mangas et des animés. L’animé est licencié par Kana.

    Au cas où j’aurais oublié de le dire, le manga est terminé au Japon avec 63 tomes au compteur. Il y a en France un bon nombre d’édition spécial sur les derniers tomes, donc profitez-en (c’est au édition Pika).

    Un spin-off de la série scénarisé par Hiro Mashima et dessiné par Atsuo Ueda est dors et déjà dans les startings blocks.

Alors qu’on parle encore beaucoup de Fairy Tail, Hiro Mashima a déjà dévoilé sa nouvelle série de l’année : Eden’s Zero ! Bon, comme on pouvait s’y attendre, le personnage principale ressemble fortement à Grey… On retrouve des personnages qui ressemblent à Lucy et on a une copie plus ou moins conforme d’Happy. Du Hiro Mashima quoi… Par contre, le design semble, lui, vraiment différents de ses séries précédentes ! Affaire à suivre...

Personnage :

    Bon, retournons sur notre tome 2 de Fairy Tail ! Les personnages ne changent pas beaucoup, donc je vais essayer de ne présenter que ceux dont je n’ai pas encore parlé.

    On commence par un personnage que j’ai toujours adoré : Mirajane Strauss ! C’est une fille particulièrement mignonne et douce qui travail comme serveuse à la guilde. Elle pose souvent pour des magazines, mais semble être une “ex”-magicienne renommée. Elle est très respectée. Petite anecdote personnel : physiquement, elle n’est pas vraiment mon genre de fille. Pourtant, j’ai toujours eu un faible pour ce personnage… Elle est profonde, agréable, parfois un peu déjanté, mais juste ce qu’il faut… Bref, c’est un des meilleurs personnages de la série !

    Vient ensuite un autre personnage que j’aime beaucoup : Grey Fullbuster ! En plus d’avoir un nom plus que classe, c’est un mage de glace puissant capable de modeler son élément à sa guise. Il se dispute tout le temps avec Natsu et a une tendance naturelle à l'exhibitionnisme… A part avec Natsu, il s’entend à peu près avec tout le monde. Il est assez réfléchi contrairement à la plupart des personnages de ce manga. Il a un passé intéressant dont nous reparlerons dans d’autres tomes.

    Dernier personnage à apparaître dans ce tome et un des personnages phare de la série : Erza Scarlett ! C’est une femme-chevalier qui fait peur à tout le monde. Elle est très sévère et d’un tempérament assez froid. Elle n’hésite pas un seul instant à utiliser la violence pour atteindre ses objectifs. Elle est surpuissante, mais on ignore dans ce tome à quel point. Elle a un sens de la justice très aiguisé. J’aime beaucoup la Erza du début : une sorte de tank à apparence féminine qui peut taper sur tout et tout le monde sans problème… Malheureusement, j’ignore si c’est le cas dans le manga, mais l’animé l’a très vite humanisé gâchant un peu, à mon sens, le personnage. C’est une fois de plus un personnage plutôt profond, mais il faudra attendre un moment avant de s’en rendre compte.

    Voilà pour nos personnages. On en est encore à présenter les personnages principaux… Mais j’aime bien cette présentation toute en douceur qui évite qu’on s'emmêle les pinceaux.

Scénario :

    Lors que nous avons terminé le 1er tome, Natsu avait convaincu Lucy de travailler avec lui. C’est ainsi que notre joyeuse troupe débarque chez le comte Ebar pour lui voler un livre nommé “Day Break” et écrit par Kemu Zaleon. Cet “épisode” est court et ne présente pas grand intérêt. Les combats sont rapides et pas particulièrement intéressant. On y apprend juste que Lucy peut invoquer d’autres esprits tous plus étranges les uns que les autres et qu’elle aime les livres (ce qui n’a aucune incidence sur la suite)... Par contre, ils rencontreront un personnage dont nous reparlerons dans le tome 3…

    La deuxième parti est bien plus intéressante ! Erza débarque à la guilde et décide d’embarquer de force Grey et Natsu pour qu’ils lui donnent un coup de main. Pour rendre service à Mirajane, Lucy finit par les accompagner… Notre joyeuse troupe se met alors à poursuivre une guilde clandestine du nom d’Eisen Wald. Cette guilde dirigée par Shinigami Eligoal, a pour objectif la résurrection d’un sort maudit permettant de tuer un grand nombre de personne d’un seul coup : la Lullaby. La course poursuite commence… Nos héros réussiront-ils à arrêter Eisen Wald ?

    Bon, même si ça reste assez simpliste, c’est déjà plus intéressant. On trouve pas mal de gag, parfois réussi parfois non. On a enfin l’explication d’un bon nombre d’élément un peu hasardeux : Hiro Mashima explique lui-même qu’il ne sait pas ce qu’il va se passer et demande aux lecteurs ce qu’ils voudraient comme histoire. Bref, dans ce tome, la première partie est à mon sens un peu ennuyante et inutile… Mais la seconde remonte le niveau et permet d’avoir un début de “scénario” dans cette histoire.

Graphisme :

    Je vais déjà parler des bons points. Les illustrations et la couverture sont de bonne qualité et mettent bien en valeur l’histoire sans pour autant spoiler. Ensuite, quand il y a des trames de fond, elles sont de bonne qualité. Comme je l’avais déjà dis, la qualité globale de l’œuvre est vraiment très bonne pour un shonen à grand tirage.

    Pour parler des choses qui fâchent, ont retrouve encore un bon paquet de fan service, surtout au niveau de Lucy. Parfois, on remarque une absence totale de trame. Je pense en avoir trouvé la raison : comme Hiro ne prévoit rien à l’avance, il a du trainer un peu sur le scénario et manquer de temps, ce qui peut expliquer les planches sans trames… Enfin, les quelques combats de ce tome sont moins bons que ce du 1er. Natsu est presque “chibi-isé”, ce qui rend les combats simpliste et sans grand intérêt. Cet aspect s’améliore à la fin du manga…

Point noir :

    On retombe dans les travers habituels d’Hiro Mashima. Nos héros ne sont pas vraiment meilleurs dans ce tome, le scénario reste simpliste avec un mini-arc à mon sens plus ou moins inutile… Les graphismes souffrent parfois d’un manque de temps, mais reste largement acceptable !

Conclusion :

    J’ai eu plus de mal avec ce tome qu’avec le 1er… Je le conseil tout de même aux fans de shonen traditionnel !

fairyTail03

On s’attaque aujourd’hui au tome 3 de Fairy Tail !

 

Personnage :

    Maître Makarof est le maître de la guilde Fairy Tail. Petit grand père généralement pas le dernier à s'amuser, il a construit sa guilde comme une famille. Il est capable de changer de forme et maîtrise beaucoup de type de magie différentes. Il est plutôt pervers, mais c’est un très bon maître. Il incite souvent ses “enfants” à n’en faire qu’à leur tête et à vivre, peu importe les conséquences. J’aime beaucoup ce personnage, il est très attachant.

    Kageyama est un membre de la guilde clandestine d’Eisen Wald. Il utilise le pouvoirs des ombres et est capable de lever des sorts très puissant, même si c’est loin d’être un excellent combattant (ce qu’on ressent beaucoup plus dans le manga que dans l’anime). Il semble tout de fois avoir plutôt bon fond. C’est un personnage secondaire qu’on ne croisera pas par la suite, peut être à cause de sa ressemblance au niveau des pouvoirs avec un certain Shikamaru de Naruto.

    Shinigami Eligoal est le membre le plus puissant d’Eisen Wald, et de loin. Impitoyable, il maîtrise le vent et est prêt à tout pour se venger. C’est un fier combattant qui aime qu’on lui résiste avant d’imposer sa supériorité. J’aime bien ce personnage.

    Bon, pas vraiment de nouveau personnage dans ce tome. On avait déjà fait la connaissance avec Makarof dans les deux premiers tomes. Eligoal est loin d’être un des grands personnages de ce manga, même si on sera peut être amené à revoir…

Scénario :

    Dans le tome précédent : Natsu, Happy, Lucy, Grey et Erza poursuivent les membres de la guilde clandestine d’Eisen Wald, qui ont réussi à mettre la main sur un sort interdit : la Lullaby. Elle prend la forme d’une flûte et tue tous ceux qui entendent son son. Sous les ordres du puissant Eligoal, Eisen Wald réussi à garder une longueur d’avance sur l’équipe de Fairy Tail et se retranche dans un garre. Quel est donc le sombre dessin d’Eisen Wald ? Nos héros arriveront-ils à temps pour l’arrêter ?

    Fairy Tail s’est infiltré de force dans la gare et tombe sur les membres d’Eisen Wald après qu’ils aient vaincu les brigades de l’ordre local. Les choses s’organisent : Natsu et Grey vont chercher Eligoal, tandi qu’Erza, Lucy et Happy (plutôt juste Erza d’ailleurs) affronteront le reste de la guilde. Le combat fait rage pour empêcher Eligoal de diffuser la Lullaby à grande échelle. Et si ce n’était pas son véritable objectif ?

    Deuxième partie de ce tome : nos héros découvrent quel est le véritable dessin d’Eisen Wald. Ils réussissent à sortir du piège dans lequel ils étaient tombés grâce à un clin d’oeil du destin. Alors que tous cherchent un moyen de transport, Natsu en profite pour rattraper Eligoal grâce à Happy. Le combat commence… Eligoal Vs Natsu : le vent Vs le feu, qui l’emportera ?

    Bon, même si du point de vue du scénario ce n’est toujours pas la quintessence du shonen, il faut bien avouer que ce tome est le plus intéressant depuis le début de la série. Il y a beaucoup de combat, dont certains sont de loin les plus intéressants depuis le début du manga. Les personnages sont bien utilisés et on trouve toujours autant d’humour, que ce soit de bon ou de mauvais goût. On s'enfonce un peu plus dans l’univers en abordant le thème des sorts interdit d’un certain Zeleph.

Graphisme :

    Ce tome reprend grosso modo les caractéristiques des autres. Tout de fois, il présente enfin un combat où Natsu, tout comme Grey et Erza d’ailleurs, n’est pas Chibi-isée. On remarque d’ailleurs que le manque de trame ne se fait pas trop ressentir, les combats se faisant généralement sur fond blanc. Il semble tout de fois aimer dessiner les dégâts des combats.

    Pour ce qui est des onomatopées, Hiro Mashima nous fait une sorte de mixte entre du Nobuhiro Watsuki (Kenshin le Vagabond) et Eiichiro Oda (One Piece). Le résultat est parfois un peu étrange, mais on s’y habitue.

Point noir :

    De ce point, il n’y a pas grande évolution. Les personnages souffrent toujours d’un apport de puissance dû, soit au “pouvoir de l’amitié”, soit simplement à l’énervement… Graphiquement, la constitution en combat de ce tome gomme pas mal les défauts habituels. Enfin, le scénario est certes un peu plus intéressant, mais il reste simpliste.

Conclusion :

    Ce tome est le meilleur pour le moment. Fairy Tail découvre enfin sa partie combat  avec des personnages à la hauteur de la tâche. Je conseille ce tome aux fans de shonen, ils ne seront pas déçu.

fairyTail04

Article tome 4

On s’attaque à la suite de Fairy Tail !

 

Personnage :

    Léon Vastia, aussi surnommé Zero, est un ancien camarade de Grey. Premier élève de Oul, il était beaucoup plus sérieux et assidu que lui et à très mal vécu la mort de son maître. Depuis, il cherche à prouver sa valeur en détruisant le monstre pour lequel Oul s’est sacrifiée. C’est un mage de glace très puissant spécialisé dans la glace mobile. Il tient beaucoup à ses camarades, mais ça ne se voit pas vraiment. Il a une relation très conflictuel avec Grey.

Scénario :

    Dans le tome précédent : Tandis que Natsu et Grey s’occupent de leur adversaire respectif, Erza s’occupe d’anéantir à elle seule la guilde clandestine d’Eisen Wald, retranchée dans une gare. Mais alors qu’elle apprend le véritable plan de la guilde, elle se retrouve enfermé avec ses compagnons de Fairy Tail dans la gare par un sort de tornade très puissant. Alors que tous cherchent plus ou moins intelligemment une méthode pour s'échapper et prévenir les maitres de guilde du danger qui les gattes, Happy se souvient que Virgo, l’esprit qu’avait affronté Natsu chez le comte Ebard, souhaite former un contrat avec Lucy. Grâce à cet esprit, l’équipe parvient à sortir et fonce vers le lieu du rassemblement en volant un véhicule magique et en emportant Kageyama, grièvement blessé par un de ses camarades. Mais entre temps, Natsu et Happy partent seuls en tête et rattrape Eligoal. S'ensuit alors un combat d'anthologie que Natsu remporte après s’être énervé. Quand le reste du groupe arrive, le combat est déjà terminé. Mais alors que tous sont descendu du chariot, Kageyama prend les commandes, vole la Lullaby et fonce en direction du rassemblement des maîtres de guilde. Là, il est surpris par Makarov qui le convainc à sa façon d’abandonner. Psychologiquement à bout, Kageyama laisse tomber la Lullaby. Celle-ci reprend alors sa forme de monstre géant, que Natsu, Grey et Erza s’occupe de tailler en pièce, écrasant au passage la résidence qui servait de lieu de rassemblement aux maîtres. Plusieurs jours plus tard, Natsu et Erza décident de s’affronter en combat singulier. Mais alors que la tension est à son comble, Erza est arrêté par le conseil magique suite à tous les dommages causés par Fairy Tail lors de leur dernière mission. Comment se terminera le procès ?

    Au conseil de la magie, Erza attend patiemment d’être jugée pour retourner à Fairy Tail. Mais un événement pourrait bien lui rendre la tâche plus lourde que prévu…

    Quelques jours plus tard, l’ambiance est à nouveau à son beau fixe à Fairy Tail. Alors que Natsu enchaîne raclé sur raclé, il décide de s’attaquer à Luxus, un autre mage de rang S et petit fils du maître Makarov. Suite à la provocation de ce dernier, Natsu décide de se lancer dans une S Quest pour prouver sa valeur. C’est ainsi qu’il se retrouve à embarquer Lucy et Happy sur une île maudite. Mais le maître s’en rend compte et envoie Grey à leur poursuite… Natsu et Co parviendront-ils jusqu’à l’île maudite pour résoudre leur quête ? Quel est donc l’étrange phénomène qui touche l’île et transforme les gens et animaux en démon ?

    Ce tome est très intéressant pour plusieurs raisons. Premièrement, il ramène Natsu à son véritable niveau, rappelant ainsi qu’il est encore très loin du niveau d’un mage de rang S. Ensuite, il nous lance dans le deuxième arc cours de l’histoire et introduit le passé d’un des personnages les plus profond de l’histoire : Grey Fullbuster. Non seulement on en apprend plus sur l’univers, mais de nouveaux personnages sont introduits, préparant les combats futur. Si ce tome est loin d’être le plus puissant d’un point de vue combat, c’est un bon tome de transition où on ne s’ennuie pas.

Graphisme :

    Le charadesign de ce tome prend un gros coup de boost en présentant de nouveaux personnages, mais aussi en donnant de nouvelles émotions à des personnages déjà très ancré dans l’histoire comme Makarov, Erza ou Mirajane. Les illustrations sont très belles. Là encore, assez peu de trames de fond, mais suffisamment pour qu’on se situe bien la scène. Les trames de fonds sont plutôt bien détaillées, surtout quand il s’agit d’arbre et de rocher.

Point noir :

    Ce tome possède très peu de scène d’action, ce qui ne plaira pas à tout le monde.

Conclusion :

    Ce tome de Fairy Tail nous lance dans un nouvel arc en introduisant la passé de Grey ! Je le conseille à tous ceux qui aiment l’univers du manga, comme de l’anime.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 05/12/2019