Infinite Stratos

infinitestratos

Article

On s’attaque aujourd’hui à une excellente série anime : Infinite Stratos (IS) !

 

La petite histoire :

    C’est à l’origine un Light Novel écrit par Izuru Yumizuru depuis 2009 pour actuellement 13 volumes.

    La première adaptation manga a été dessiné par Kenji Akahoshi. Elle a commencé en 2010 et s’est terminée en 2012 après 5 tomes.

    L’anime dont on parle aujourd’hui est sorti en 2011. Il comporte 12 épisodes et 1 OAV.

    Deux ans plus tard, c’est autour de Infinite Stratos 2 de voir le jour, avec 12 épisodes et 2 OAV.

Personnage :

    Orimura Ichika est le héros de cette histoire. Petit frère de Chifuyu, il est le seul homme de la terre à être capable de piloter un IS. Il pilote Byakushiki, le même IS que sa sœur. C’est quelqu’un de sympathique qui aime le contacte des gens. Il est très proche de son amie d’enfance : Houki. Il fait semblant de ne rien comprendre à l’amour, mais il n’est pas dupe pour autant. C’est quelqu’un d’agréable, même s’il est un peu maladroit...

    Orimura Chifuyu est la grande sœur d’Ichika. Ancienne championne du monde du combat d’IS, ainsi que la première pilote de l’histoire, c’est une femme rigide qui impose le respect par sa seule présence. Elle est très appréciée pour ses talents de pilotes par l’académie. Elle a un comportement presque tsundere avec son frère., mais est en faite très protectrice et un peu jalouse avec celui-ci. Elle sera la prof principale de ce dernier.

    Shinonono Houki est une étudiante et amie d’enfance d’Ichika, qu’elle n’a pas vu depuis 6 ans. C’est une kendoka puissante et redoutable de niveau nationale. Elle est la petite sœur de Tabane Shinonono, la créatrice des IS. Amoureuse d’Ichika, elle fait des efforts pour cacher sa jalousie et se rapprocher de lui. C’est un personnage très intéressant avec beaucoup de facettes différentes.

    Cecilia Alcott est la représentante de l’Angleterre à l’académie. Orpheline, elle a grandit avec une très haute estime d’elle-même. Elle a un comportement tsundere avec Ichika et les filles qu’elle jalouse. Elle est plutôt entreprenante.

    Huang Lingyin est la représentante de la Chine à l’IS Academy. C’est une amie d’enfance d’Ichika. Amoureuse de ce dernier, elle doit compter sur la concurrence de sa grande soeur. C’est une excellente pilote d’IS, bien qu’un peu trop énergique. Elle a mal vécu le divorce de ses parents et son retour en Chine. Elle est très combative et se retrouve souvent en rivalité avec Cecilia.

    Charles Dunois est un étudiant transféré depuis la France à l’IS Academy. Héritier d’une grande entreprise française sur le déclin, il pilote avec beaucoup de savoir faire l’IS Rafale Revive Custom II, malgré la pression de sa famille. Il deviendra très vite très proche d’Ichika, qui le prendra sous son aile. C’est un personnage très intéressant, surtout qu’il cache une grande partie de sa véritable personnalité.

    Laura Bodewig est la dernière à être transférée en tant que représentante de l’Allemagne. Élevée en tant que soldat, elle a un immense respect envers Chifuyu, qui a été son instructeur pendant un certain temps. Dans un certain sens, c’est une yandere dès qu’elle a jeté son dévolu sur quelqu’un. C’est une combattante exceptionnelle, même si elle a beaucoup de mal à travailler en équipe.

    Les personnages sont en général assez profonds, avec un véritable background. Leur relations ont beau être assez classique, les réactions du héros rendent le tout intéressant et un peu plus original qu’un simple harem à la ecchi classique.

Scénario :

    Les Infinite Stratos, ou IS, sont des exosquelette de combat surpuissant créé par Shinonono Tabane. Trop puissant pour être utilisé lors d’une guerre réelle, les nations unis ont décidé de ne s’en servir que pour un usage “sportif”. Ainsi, l’IS Academy est née : une zone neutre où les pilotes d’IS se retrouvent à 15 ans pour apprendre à piloter.

    Alors que Chifuyu a disparu depuis plusieurs années, Ichika se retrouve par hasard dans un examen pour l’IS Academy. Mais alors qu’aucun homme n’est censé être capable de bouger un IS, l’un d’eux réagit à son contacte. Notre héros est donc transféré à l’IS Academy, où il sera le seul homme… Il y retrouvera Houki, son amie d’enfance, avec qui il va devoir partager sa chambre. Mais les problèmes ne tarderont pas à arriver, car si la plupart des filles s’intéressent à lui (ce qui n’est visiblement pas réciproque), toutes ne voient pas sa venue d’un très bonne œil. C’est ainsi que Cecilia le défie en duel d’IS pour savoir qui obtiendra la place de délégué. Mais l’IS d’Ichika, le même que celui de sa grande sœur, possède une particularité … Réussira-t-il à éviter les problèmes avec les filles et sa grande sœur, devenue sa prof principale ?

    Dans l’ombre, l’IS Academy est attaquée par des IS automatiques surpuissants. Ichika et ses amies parviendront-ils à s’en sortir ?

    Le scénario est très intéressant. D’un côté, nous avons la partie science fiction qui nous plonge dans une situation mondiale complexe et plutôt réaliste, de l’autre, nous avons une intrigue sentimentale très intéressante. Contrairement à la plupart des ecchi harem, notre héros ne laisse rien présager et ne se contente pas de prendre toutes les occasions qui s’offrent à lui. Les sentiments des  personnages sont complexes et nous offres une comédie romantique plus qu’un ecchi. La partie science fiction est bien travaillée et permet de donner une vraie profondeur à l’anime. On sent très vite l’origine Light Novel, même si on a aussi la sensation que certaines informations ont été laissé de côté. Dans l’ensemble c’est du bon travail.

Graphisme :

    Pour son époque, le niveau graphique de cet anime est vraiment bon. Le design des personnages est très bien pensé et nous permet de les identifier en un clin d’œil. Les trames de fonds sont très belles et bien travaillées, mais ce n’est pas le plus impressionnant. Les scènes de combats 3D sont vraiment magnifiques. Non seulement elles sont très bien conçu, mais elles sont aussi particulièrement bien intégrées à l’animation. Alors qu’on peine encore presque 10 ans plus tard à mêler animation et 3D, cet anime le fait sans aucun problème et avec un bon goût certain. Ensuite, les scènes de ecchi sont bien pensées et arrivent au bon moment, de façon à ne pas étouffer l’anime. De plus, elles restent assez soft, rendant l’anime plus accessible. Enfin, les scènes comiques sont bien faites et bien dosée. De manière général, le rythme est très bon et casse toute sensation d’ennuis, même pendant les épisodes les plus “calmes”.

    Les OST sont bons et possèdes quelques excellents titres. L’opening est particulièrement bon, musicalement avec STRAIGHT JET de Kuribayashi Minami, comme au niveau de l’animation. Enfin, le staff des seiyuu est vraiment énorme, avec un grand nombre de douleur très expérimentée et ayant participé à beaucoup de grandes séries du 2ème millénaire.

Point noir :

    Si cet anime doit avoir un point noir, je pense que c’est un simple petit problème d’accent. Je m’explique : cet anime possède des personnages venant d’Angleterre, de France et d’Allemagne. Pourtant ils ont tous un accent parfaitement japonais, c’est un peu dommage.

Conclusion :

    J’ai vraiment adoré Infinite Stratos. C’est un excellent anime mecha, mêlant une comédie romantique avec du ecchi soft et des combats de Science-Fiction. C’est un excellent titre “dérivé Gundam” qui plaira à énormément de monde. Je conseille donc à tous les fans de shonen mecha.

infinitestratos
infinitestratos
infinitestratos
infinitestratos
infinitestratos2

Article

On parle aujourd’hui de Infinite Stratos 2 !

 

La petite histoire :

    Pour rappel, cette saison est sortie en 2013 et compte 12 épisodes et 2 OAV.

Personnage :

    Tabane Shinonono est la grande soeur d’Houki. C’est un génie à l’origine de la création des IS. Elle a un caractère tout bonnement insupportable. C’est une amie de longue date de Chifuyu. Elle est très mystérieuse, mais améliore encore et toujours ses créations. Elle entretient une relation quelque peu compliquée avec sa soeur. On ignore jusqu’à son véritable camp dans l’histoire.

    Sarashiki Tatenashi est la présidente du conseil des élèves. C’est une fille sur d’elle et doué dans tous les domaines, écrasant sans problème toutes les autres filles de l’académie. Elle s’intéresse beaucoup à Ichika, qu’elle mène par le bout du nez. Elle semble très clairement inspirée de Kurokami Medaka du manga et anime Medaka Box. C’est un personnage sur qui on peut compter et qui s’inquiète des autres.

    Sarashiki Kanzashi est la sœur de Tatenashi. C’est une fille timide et une otaku spécialisée dans les tokusatsu. C’est une geek qui a décidé d’assembler son IS elle-même. Elle est très mal à l’aise avec les autres, mais est plutôt sympathique quand elle connaît.

Scénario :

    Dans la saison précédente : Après l’attaque soudaine de l’académie par un IS automate et la victoire à l’arraché d’Ichika et ses amies, un nouvel IS beaucoup plus puissant et lui aussi automatique se dirige à grande vitesse vers le Japon. Heureusement, Shinonono Tabane à refait entre temps son apparition pour offrir un cadeau d’anniversaire à sa petite soeur : un IS de 4ème génération : le Akatsubaki. Le plan est très monté par Chifuyu : Ichika est le seul à être capable de trancher cet IS et Houki est la seule à être capable de le rattraper. Ils feront donc équipe. Seulement, Houki, grisée par sa nouvelle puissance, se fait prendre par surprise. Ichika se sacrifie pour la sauver, mais termine à l'hôpital, dans une sorte de coma. Houki est brisée. Mais ses amies la sorte de sa torpeur pour retrouver ce fameux IS et l’attaquer pour venger Ichika. Grâce à une bonne stratégie de combat, les filles parviennent à mettre l’automate en difficulté, mais ne sont pas capables de l’achever. Heureusement, Ichika, sorti récemment de son coma, arrive et parvient à vaincre l’IS mystérieux. De nombreuses questions restent en suspens. Mais celle qui trône à la fin de l’anime est surement : “pourquoi Ichika a-t-il essayé d’embrasser Houki ?”.

    Sarashiki Tatenashi fait son apparition et décide de prendre Ichika sous son aile pour le rendre beaucoup plus fort qu’il ne l’ai actuellement. Celui-ci ne se laisse pas faire, mais elle lui démontre par a + b que c’est plus que nécessaire. Dans l’ombre, un mystérieux groupe prend Ichika et son Byakushiki pour cible… Qui est donc ce fameux groupe ? Notre présidente parviendra-t-elle à protéger son kouhai ?

    Houki, Charlotte, Laura, Rin et Cécilia sont bien embêté de la tournure des évènements, puisque les prétendantes autour d’Ichika se multiplient et qu’elles sont loin de faire l’unanimité. Qui finira par voler le cœur de notre héros ?

    La partie “sérieuse” du scénario est très intéressante et beaucoup plus mature que celle de la saison 1. Cette fois, on y trouve de réelles attaques avec une portée politique et terroriste. L’arrivé de nouveau personnage complexifie un peu le tableau et rajoute des acteurs, ce qui permet de laisser Ichika un peu de côté.

    La partie “sentimentale” est plutôt ratée… Alors que la saison 1 se terminait avec la victoire clair de Houki, celle-ci n’a pas grand chose pour elle, si ce n’est des scènes détentes…

    Bref, on termine ce scénario avec un note assez moyenne (mais nous y reviendrons). Heureusement, le second OAV remonte clairement le niveau de la première partie.

Graphisme :

    Clairement, le niveau graphique est très bon. Les personnages sont designés de façon beaucoup plus moe. Les scènes de combat et de 3D sont beaucoup plus précisent et on beaucoup plus d’impact. Le design des nouveaux personnages comme des nouveaux IS est très réussi et en rupture avec ceux de la saison 1. Les trames de fond sont toujours de très bonnes qualités.

    Les OST n’ont plus vraiment de fer de lance et sont vraiment ultra classiques, même s’ils ne sont pas mauvais. L’opening est bon, mais j’avoue que j’accroche beaucoup moins qu’au premier.

Point noir :

    Parlons tout d’abord de la partie “sérieuse”. Si le scénario est bon, il n’occupe qu’une partie mineure de l’anime et ne parvient donc pas à s’imposer. Résultat : les questions restent en suspens et les combats, même s’ils sont bons, sont beaucoup trop court. C’est dommage, il y avait du potentiel.

    La partie “sentimentale”, elle, se transforme totalement en partie fan service, n’ayant pas un héros suffisamment intéressé pour faire du vrai ecchi (tout du moins jusqu’au dernier OAV). Alors que la première saison laissait entendre que ça se jouerait entre Houki et Charlotte, la seconde rebat les cartes et met tout le monde au même niveau pour faire un simple harem sans originalité. Pas assez chaste pour une simple comédie romantique et pas assez poussé pour être un ecchi, on est coincé entre deux genre pour un résultat qui prend beaucoup de temps et qui n’apporte pas grand chose à l’histoire.

    La qualité graphique se dégrade un petit peu sur la fin pour réserver beaucoup plus de ressource aux combats finaux. C’est parfois un peu dommage.

Conclusion :

    Pour moi, Infinite Stratos 2 est un peu décevant par rapport à la saison 1. Le côté romantique disparaît totalement au profit d’un système de harem qui n’apporte pas grand chose. L’histoire en elle-même est relégué au second plan et les combats manquent de temps. Cette série a beaucoup de potentielle, mais est mal exploitée. Je conseille tout de fois cette saison aux fans de la série et aux fans de ecchi assez soft.

infinitestratos2
infinitestratos2

Opening & Ending

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 15/06/2019