To Your Eternity

toyoureternity01

Article tome 1

Aujourd’hui on s’attaque à un manga qui a eu pas mal de succès à sa sortie : To Your Eternity !

 

La petite histoire :

    Ce manga est écrit par Yoshitoki Oima depuis 2016 et compte aujourd’hui 7 tomes. Il est publié chez Pika.

    Parlons un peu de Yoshitoki Oima. Vous avez sûrement entendu parler d’elle, puisqu’elle est passé en France il n’y a pas longtemps. Bref, cette mangaka a commencé en 2009 avec son adaptation en manga d’une série de roman de Tow Ubukata : Mardock Scramble. Il y a eu 3 films anime entre 2010 et 2012 (licenciés chez Kaze) et 7 tomes de manga.

    A partir de 2013, elle travail sur A Silent Voice, un manga qu’elle termine en 1 an et demi après 7 tomes, publiés chez Ki-oon. Le film d’animation est sorti en 2016 au Japon. Il arrivera cette semaine en France au cinéma (Allez le voir !!) et est licencié par Art House et Kaze.

Personnage :

    Ça risque d’être compliqué, mais je vais faire de mon mieux pour vous décrire au mieux ce manga.

    Le personnage principale de cette histoire est un être surnaturel dépourvu de nom. Lancé sur terre sous la forme d’une sphère par un être supérieur (dieu ?), il peut prendre l’apparence des choses avec lesquels il est en contact physique s’il est soumis à une stimulation particulière. Il est immortel et ne possède strictement aucune connaissance. Il semble tout de fois s’attacher assez facilement aux êtres qui l’entourent.

    March est une petite fille qui vit dans une tribu aborigène pauvre. Elle est très jeune, mais rêve d’être une adulte dans le seul et unique but de devenir une “maman”. Elle a un instinct maternelle extrêmement prononcé et c’est quelqu’un de naturellement gentille avec tout le monde.

    Paloma est une jeune femme de la même tribu que March. Elle est très attachée à cette dernière et veut tout faire pour la protéger. C’est quelqu’un de réfléchie et courageux et en faite le personnage le plus logique de tout ce manga.

    Bon, c’est vraie que c’est peut être un peu compliqué à comprendre… Je pense que les choses seront plus simple quand j’expliquerais du scénario.

    Au niveau du personnage, on tombe sur quelque chose d’étonnant : un personnage 100% vide. Pas d’histoire passé, pas de but précis, pas de connaissance, rien de superflue. C’est vraiment intéressant de voir un personnage évoluer petit à petit dans un monde, surtout qu’il part de 0.

Scénario :

    Pour simplifier un peu mon article, disons que jusqu’à nouvelle ordre, notre personnage principale se nommera “Il”.

    “Il” est envoyé sur terre par une entité inconnu. Au début sous la forme d’une pierre, il attend patiemment une nouvelle stimulation. Jusqu’au jour où un loup/chien blessé lui-tombe dessus et meurt. “Il” devient alors le loup et continue la quête de celui-ci : rentrer chez son maître. Nous sommes dans le nord et la tâche est plus compliqué qu’elle n’en a l’air. “Il” finit par arriver chez son maître : un jeune garçon qui vit seul au milieu des neiges et d’un village déserté. Il lui apprend à manger et à vivre. Au bout d’un moment, la solitude lui pesant, notre ermite décide de retrouver sa famille et ses amis et entreprend un long voyage à travers la neige. Réussira-t-il à retrouver sa famille ?

    “Il”, après avoir prit l’apparence du garçon qui l’avait aidé, marche encore, encore et encore, jusqu’à quitter les régions glacées et s’enfoncer dans la forêt. Dans le même temps, March est choisie pour être le sacrifice annuelle du seigneur Oniguma, une divinité crainte par toutes les tribus des environs. Réussira-t-elle à échapper à la mort ? Comment se passera sa rencontre hasardeuse avec “Il” ?

    Dans toute la première partie du tome, il faut être honnête : il ne se passe pas grand chose. Mais ce n’est pas quelque chose de gênant, car le manga se concentre plus sur les scènes et le sentiment qu’elles procurent. Globalement, on sent que tout le scénario n’est qu’un prétexte pour faire évoluer “Il” et ça donne un sentiment vraiment très particulier.

Graphisme :

    La première partie est graphiquement assez effacé, les régions enneigées étant naturellement blanches. C’est juste impossible de comprendre ce qu’est capable de faire Yoshitoki Oima avec juste le premier chapitre. La suite est tout autre. Premièrement, on remarque que le design des personnages, “Il” excepté, est très enfantin, mais pas mal conçu pour autant. Ensuite, et c’est le véritable point fort de ce manga, le dessin de notre mangaka est tel qu’il permet une finesse de détail incroyable sur les trames de fond. Enfin, la qualité graphique général est vraiment pas mal, même si elle n’est pas sensationnelle.

    Dernier détail inflexible dans ce manga : il n’y a pas beaucoup d’effet graphique manga. Même le dessin général n’est pas vraiment typique du style habituel des shonen. C’est ces deux aspects qui expliquent les bonnes critiques des médias. On en revient à ce dont j’avais parlé dans mon article sur L’Atelier des Sorciers.

    Le rabats et la couverture sont vraiment très sympathiques, un très bon point.

Point noir :

    Pour ceux qui attendent un shonen pure avec de l’aventure, autant dire qu’ils peuvent abandonner tout de suite. Ce manga n’est ni drôle, ni particulièrement fixé sur l’aventure à la Dragon Ball. Il suit un schéma vraiment très particulier qui ne plaira sans doute pas à tout le monde.

    Enfin, son design un peu spécial ne plaira pas aux fans de manga les plus traditionnelle.

Conclusion :

    J’ai beaucoup apprécié ce manga au design très personnalisé. Il plaira aux fans de shonen comme de shojo, mais je vous conseil avant d’en lire des extraits pour savoir si vous aimerez le style.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire