Dragon Ball

dragonball

Article

Aujourd’hui on s’attaque à un monstre culturel de la culture japonaise qui étend son hégémonie sur l’art manga et animé depuis maintenant 33 ans : Dragon Ball !

Alors, déjà précisons de quel Dragon Ball on parle, car au fil des ans, de nouvelles séries éponyme sont apparu, recouvrant peu à peu l’original (tel que Dragon Ball Z, Dragon Ball GT, Dragon Ball Super…).

Donc : nous parlons aujourd’hui de Dragon Ball, l’animé sortit en 1984 à la suite du manga d’Akira Toriyama, donc quand San Goku à entre 14 (en faite il n’a que 12 ans) et 18 ans (quand il se marie et devient champion du monde des arts martiaux).

Scénario :

Dans les montagnes, un petit garçon vit seul et survit en chassant sa nourriture. Il possède une queue de singe et est fort comme un bœuf, vous l’aurez deviné : il s’agit de notre héros San Goku qui n’a alors que 12 ans (même s’il pense en avoir 14). Il vit seul depuis la mort de son grand père San Gohan (le nom sera réutilisé pour le fils de San Goku), mais rencontre alors Bulma, une jeune fille de 16 ans. Après que le jeune sauvageon ait détruit sa voiture, elle lui explique qu’elle est à la recherche des 7 boules de cristal afin de réaliser son rêve. Refusant de lui céder la 4ème boule qui appartenait à son grand père, San Goku décide de partir avec elle à l’aventure.

Une petite pause s’impose alors : à ce moment de l’histoire, San Goku possède la 4ème boule de cristal, le bâton magique que lui a légué San Gohan et c’est tout ! Il n’est pas encore capable de discerner un homme d’une femme et encore moins de faire la différence entre un véhicule et un monstre. Et oui, San Goku est le plus naïf et le plus ignorant de touts les personnages de l’histoire !

L’aventure commence ! Je vous résume les rencontres importantes pour la suite de l’histoire :

San Goku et Bulma partent à la recherche de Tortue Génial pour retrouver l’une des boules de cristal qu’indique le radar de Bulma. Impressionné par San Goku, le vieux pédophile (car oui, demander à une fille de 16 ans de nous montrer sa culotte quand on en a plus de 1000, c’est la pédophilie ou au mieux du harcèlement sexuel !) décide d’offrir son nuage magique/supersonique à San Goku. Il aurait acheté ce nuage d’occasion à Dieu, et ce nuage ne transporte que les personnes au cœur pur. Donc seul San Goku parvient à l’utiliser.

Un peu plus tard dans l’histoire, San Goku et Bulma son coincé dans leur recherche : l’une des boule est coincé dans le château en flamme d’un géant qui se fait appelé « Satan » (probablement une faute de traduction). En faite, ce géant n’est autre que le père de Chichi, une jeune princesse que San Goku à rencontré un peu plus tôt et à qui il a promis de se marier en échange d’une pomme. (Et oui, c’est romantique… Surtout qu’ils se sont battus juste après… San Goku est un grand romantique qui pense en priorité à son estomac.) Le géant étant un ancien élève de Tortue Géniale, le plus grand spécialiste d’arts martiaux de la planète, il demande à sa fille à et San Goku d’aller le chercher. Ils reviennent donc avec le vieil ermite qui éteint les flammes à l’aide de l’attaque qui restera dans l’histoire : le KAME HAME HA ! Après avoir récupéré la boule, San Goku essaya directement d’utiliser cette technique surpuissante et réussi du premier coup, à l’étonnement général. L’atout de San Goku était née ! (Et ne viens donc pas de lui-même, mais de Tortue Génial.)

Ensuite, comme l’avait promis San Goku, il va jusqu’au bout de sa quête des boules. Juste avant de faire apparaitre pour la première fois le dragon sacré, ils rencontrent Yamcha, un guerrier alors aussi puissant que San Goku. (Et oui, ça a pas mal changé ensuite.) Il est un peu plus âgé que Bulma, donc à environ 18 ans. Il n’est alors qu’un simple voleur qui à une peur bleue des filles et qui voudrait résoudre son problème.

C’est quand les 7 boules de cristal sont enfin réuni que San Goku verra pour la première fois la pleine lune. Il se transformera alors en gorille géant ultra puissant qui manquera de tuer ses amis. Ils s’en sortiront de justesse grâce à Arlong, le cochon pervers rencontré plus tôt, qui demandera au dragon sacré une petite culotte et à Yamcha qui à l’aide de son ami spécialiste en métamorphose coupera la queue du gorille, le retransformant en enfant.

San Goku, qui n’avait alors plus de queue, parti alors s’entraîner avec Tortue Génial. Il rencontra alors un jeune garçon de 13 ans : Krillin. Celui-ci est presque aussi fort que lui et base sa motivation sur l’espoir de trouver une copine. C’est lors de cet entrainement que San Goku apprendra à compter et à lire. (Il apprendra alors qu’après 11, ce n’est pas 14, mais 12.) Ils s’entraineront comme des fous pendant environ 6 mois jusqu’au championnat du monde des arts martiaux.

Une fois l’évènement arrivé, nous verrons les premiers combats plus ou moins intéressant de l’animé, grâce à nos nouveaux participants : Yamcha, Krillin, San Goku et Jackie Chen, qui n’est autre que Tortue Génial. Yamcha sera éliminé au 1er tour par Chen, Krillin au second et San Goku et Jackie Chen s’affronteront en final dans un combat qui est plus qu’à la hauteur.

Il y a ensuite une ellipse jusqu’à ce que les boules de cristal réapparaissent. San Goku partira alors à leur recherche afin de retrouver la boule à 4 étoiles de son grand père qui venait de réapparaitre. Car après leur utilisation, les 7 boules se retransforment en pierre et se dispersent autour du monde avant de se réveiller 3 ans plus tard. San Goku affrontera alors l’armée du ruban rouge qu’il vaincra seul sans aucun problème. Il fera un tour dans la tour sacré afin de vaincre l’assassin Tao Pai Pai, et il y rencontrera Carine, le chat-dieu qui sert d’antichambre au royaume du tout puissant.

Il s’entrainera encore et finira par croiser le chemin d’un bandit : Ten Shin Han. Ils se retrouveront en final dans le championnat du monde des arts martiaux suivants, nous permettant d’assister à un combat exceptionnel, un des meilleurs de la saga Dragon Ball. Evidement, Yamcha sera éliminé au 1er tour, comme à son habitude.

Après cela, San Goku et ses amis seront confronté à un être revenu des profondeurs de l’enfer : Satan. Et oui, L’abominable créature est ressuscité et créera d’innombrables créatures ultra puissantes. Le premier à en faire les fraies sera Krillin, qui mourra pour la première fois. San Goku se décidera alors à venger son ami et finira par réussir après un combat épique. Mais juste avant de trépasser, Satan lancera un œuf maudit dans la nature.

Le tout puissant s’en rendit compte et décidera alors d’entrainer personnellement San Goku. Le garçon découvrira alors que son bâton magique sert en faite à faire le lien entre la tour de Carine et Le royaume du tout puissant.

Enfin, le championnat du monde arriva. Tous s’y retrouvèrent avec la ferme intention de remporter la victoire. Ils eurent tous du mal à reconnaitre San Goku qui à alors 18 ans. Alors qu’il n’avait pas grandit de toute la série, il prend d’un seul coup sa taille adulte. Mais un participant est pour le moins exceptionnel, car il s’agit de Satan Junior, Picolo en japonais. Le tournoi se déroule plus ou moins sans encombre. Chichi (qui a beaucoup grandit entre temps) et San Goku s’affronte au premier tour. Elle lui  en veut à mort, mais lui n’est pas capable de la reconnaitre. Quand il découvre son identité, il décide de tenir sa parole et l’épouse sans plus de cérémonie après l’avoir vaincu. (Et oui, c’est tellement simple !) San Goku affrontera ensuite Ten Shin Han, qu’il vaincra facilement. Enfin, il se mesurera à Satan Petit Cœur, ce qui sera la confrontation ultime de l’histoire.

C’est très difficile de juger un animé aussi classique, car très peu d’animé à succès s’était démarqué avant. Donc la plupart des concepts sont nouveaux et donc souvent un peu brouillon. Toute fois, si cet animé est honnêtement extrêmement chiant, il est à son époque le phénomène international qui lancera le mouvement otaku dans de nombreux pays.

Graphismes :

Si on les compare à ceux d’aujourd’hui, il est clair que Dragon Ball ne fait pas le poids. Mais pour l’époque, ils sont excellents. De plus, non seulement les graphismes évolues, mais ils ont trouvé des moyens pour « égaler » nos effets modernes avec des moyens peu couteux et simple. (Ce qui explique surement les nombreuses scènes identique qui se suivent…) Enfin, le doublage VF de l’époque est une pure catastrophe. Non seulement les censures arrive à chaque goute de sang, mais les erreurs flagrantes sont partout et les changements de doubleurs arrivent souvent. Par contre, ils font évoluer la voix de San Goku au fur et mesure qu’il grandit, contrairement au japonais chez qui il a la même voix de 12 à plus de 30 ans…

Les points noirs de Dragon Ball sont évident et sont même la raison par la quel certain le regarde.

En résumé, c’est un classique de chez classique que je ne vous conseil pas ! (Sauf si comme moi, vous voulez voir ce que ça donne vraiment.) Cette histoire est devenue plus qu’un simple manga, elle a créé de nouvelles générations de mangaka et a changé à jamais la face du monde !

Rétrospective sur le nom de "Son Goku"

Rétrospective sur mon usage personnel du nom :

Vous l'avez surement remarqué, j'utilise l'orthographe "San" à la place de l'orthographe original "Son Goku". Je tiens à m'expliquer : j'ai regardé l'édition VF de Dragon Ball et comme vous l'avez surement remarqué, la traduction est à l'époque particulièrement mauvaise. La prononciation est donc incorecte en VF -et dans beaucoup de pays, je tiens à le préciser- ce qui implique une grande majorité de personne qui vivent dans l'erreure depuis leur adolescence !

Rétrospective sur l'usage de l'animation VF :

Comme je viens de le dire, la prononciation est fossé, notament par l'inaptitude des traducteurs, des doubleurs et à cause de la ressemblance entre le mot "San" et le mot "Son" (qui pour une majorité de personne sonne plutôt espagnol).

Rétrospective sur l'usage d'Akira Toryama :

Je vous vois venir : "Qu'est-ce qu'il vient faire là celui-là ?". Je m'explique en vous révélant un des plus grands secret de l'histoire : Son Goku n'est au début qu'un immense plagiat ! Et oui, déjà par son nom et ses attributs, mais aussi par la partie aventure de l'histoire. Je m'explique ! De l'autre côté de la mer, en Chine, en pleins XVIème siècle, Wu Cheng En écrit un des plus grands romans de l'histoire de la Chine : Le voyage en Occident (souvent traduit par La Pérégrination vers l'Ouest). Dans ce livre, le héro rencontre un des personnages les plus célèbres de l'histoire : un singe spécialiste en art martiale nommé Son Goku. Et oui, non seulement Toryama à réutiliser le nom, mais il a aussi gardé le principe du singe (d'où la queue et la transformation en gorille), ce qui fait du personne de manga le plus connu de l'histoire un magnifique plagiat ! Mais ce n'est pas tout, puisque l'auteur à reconnu avoir copié un autre mangaka dont la réussite venait d'une histoire d'aventure mettant en scène un petit singe (donc même le scénario du début était pompé).

Si ça peut rassurer les fans de Dragon Ball, quand Akira Toryama s'est fait taper sur les doigts car Dragon Ball était un grouffre financier, il s'est mis à rajouter des combats et des éléments comme Satan ou le tout puissant. A partir de ce moment, tout est de l'auteur original et ce jusqu'à la fin de Dragon Ball Z. Il lèguera ensuite le dessin et parfois même le scénario (malheuresement ou pas) à d'autres artistes fans de la série.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 18/03/2018