Créer un site internet

Kenshin Le Vagabond - Chapitre de la mémoire

kenshin

Article

Aujourd’hui on parle d’une suite d’OAV d’une saga mythique du shonen Jump : Kenshin le Vagabond - Le Chapitre de la mémoire

 

La petite histoire :

    Mon premier article sur la saga commence à se faire vieux… Donc il est grand temps de réécrire tout cela correctement.

    C’est à l’origine un manga écrit par Nobuhiro Watsuki entre 1994 et 1999 pour 28 tomes chez Glénat.

    L’anime, dont nous avons déjà parlé, est sorti entre 1996 et 1998 pour 95 épisodes et licencié par Dybex.

    Le film d’animation Kenshin : Requiem pour les Ishin Shishi est sorti en 1997. Il dure 90 minutes et est une fois encore licencié par Dybex.

    La suite d’OAV dont nous parlons aujourd’hui est aussi nommé Kenshin Tsuioku Hen. Elle est constitué de 4 épisodes pour un total de 120 minutes, le tout sorti en 1999, une fois encore chez Dybex.

    Les 2 OAV Kenshin Seisou Hen sont sortis en 2001 pour un total de 80 minutes chez Dybex.

    Le manga Rurouni Kenshin : Tokuhitsu-ban, est sorti entre 2012 et 2013 pour 2 tomes, par Nobuhiro Watsuki et chez Glénat.

    Le film live de la saga est sorti en 2012 et dure 134 minutes.

    Dernièrement, une partie du catalogue de Kenshin (si ce n’est la totalité), a été diffusé par Netflix.

Personnage :

    Himura Kenshin est le héros de la saga. J’ai déjà présenté ce personnage lors de mon premier article sur la série.

    Hiko Seijûrô est le maître de Kenshin. Sorte de vagabond qui parcourt le Japon, évitant les villes, il occupe son esprit en massacrant ceux qui attaquent les faibles. Maître du style hiten Mitsurugi, c’est un combattant surdoué qui a conscience qu’il tue pour son idéal sans se réfugier dans une idée de bien ou de mal. Il refuse de mettre sa puissance au service de qui que ce soit et ne veut que protéger ceux qui sont à sa porté. Il a énormément de charisme et il se trouve qu’il est particulièrement sage, en décalage avec son style excentrique, voir to much.

    Yukishiro Tomoe est une jeune femme que Kenshin rencontre alors qu’il vient de tuer un assassin envoyé par les concervateurs. C’est une femme digne et d’une prestance très noble.

Scénario :

Nous revenons sur l’enfance de Kenshin. Une enfance où il voit les quelques personnes l’ayant recueillis se faire tuer avant d’être sauvé par Seijûro. Mais le jeune Kenshin va grandir en apprenant cet art de l’épée et prendre la décision d’essayer de sauver un maximum de gens en participant activement à la révolution Meiji sous les ordres de Katsura. Comment Kenshin en est-il arrivé à passer de Batosai l’assasin au vagabond à la lame inversé ?

    Autant qu’une bonne partie de l’anime d’origine est assez détente, autant ce titre se déroule dans un cadre de guerre civile où la mort et le sang sont plus que jamais d’actualité. Le côté psychologique et la torture de Kenshin sont particulièrements présents. C’est très intéressant a voir et ça explique beaucoup de chose, notamment la frilosité de Kenshin par rapport à Kaoru.

Graphisme :

    Nous sommes en 1999 et c’est le studio DEEN qui est au commande. Si le design est ancré dans les années 90, le niveau graphique est excellent. On peut tout de fois séparer ce titre de l’anime par un design beaucoup plus mature et sombre. Les scènes de combat sont également beaucoup plus cru et sanglante et les relations sexuels, si elles ne sont pas montrés, sont tout de fois abordées sans complex. Le rythme est bien pensé et sait s’adapter à l’état psychologique de Kenshin.

Point noir :

    Peut-on vraiment trouver un point noir à ce titre ? Personnellement, je n’en ai pas vraiment trouvé…

Conclusion :

    J’ai vraiment adoré ces OAV de Kenshin le Vagabond - Le Chapitre de la mémoire. Ils répondent à beaucoup de question laissé en suspens dans l’anime. La qualité est vraiment excellente et a très bien vieilli. Je conseille très fortement ce titre aux fans de la saga tout comme à ceux qui s’intéresse à la révolution meiji.

kenshin
kenshin
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire