Memesis

memesis

Article Tome 1

On s’attaque aujourd’hui à l’un de mes coups de cœur de l’année 2019 : Memesis !

 

La petite histoire :

    C’est un manga écrit par Takuya Yagyû entre 2018 et 2019. Il y a 4 tomes, après quoi la série semble avoir été abandonné sans plus de communication. Les 4 tomes sont publiés par Kana.

Personnage :

    Ash est un jeune noble épéiste et particulièrement robuste. De nature calme, il semble plutôt frêle. Il vit un énorme traumatisme par rapport à Léon, ce qui l’a poussé à se rapprocher de Kijira.

    Kijira est un jeune guerrier qui vient d’une pauvre famille nombreuse. Mage épéiste, il est bien plus expressif et emporté que son ami. Il ne sait pas grand chose, mais joue volontier le rôle du grand frère. Il garde une très grande rancune en Léon et s’est donc rapproché d’Ash.

    Linda est une guerrière aux formes pulpeuses qui cherche à affronter un monstre géant beaucoup plus puissant qu’elle pour venger ses parents. Elle est plus courageuse qu’elle en a l’air, malgré son côté simplette.

    Rose est une artiste martiale de premier ordre. Elle aime trois choses dans la vie : les combats contre des adversaires puissants, manger et les gros seins. Ayant grandis dans un environnement 100% masculin, elle apprécie particulièrement la compagnie des jolies femmes. C’est une excellente combattante, même si elle vie en dehors de sa réalité et que c’est une véritable tête brûlée qui ferait passer Kijira pour un sage.

    Lamka travaille dans une guilde. Si elle garde un attitude classe et une pokerface incroyable, c’est en elle-même une groupie d’Ash et Kijira.

    Léon est le héros le plus populaire du monde. Guerrier surpuissant reconnu par tous, il surclasse totalement tous ses adversaires en surveillant d’un œil distrait les progrès de ses anciens compagnons. Il aime les filles aux formes généreuses.

Scénario :

    Le monde a été envahi par le roi des démons et ses sbires. Alors que les humains tentent depuis plusieurs années de renverser la balance, un héros fait son apparition : Léon. Accompagné de ses deux compagnons : Ash et Kijira, massacrer les démons uns à uns n’est qu’une formalité. Mais un jour, il annonce à ses deux compagnons qu’il décide de se séparer définitivement d’eux pour partir à l’assaut du roi des démons avec deux créatures aux formes beaucoup plus généreuses que les leurs. Ash et Kijira sont anéanties et après des mois de douleurs à massacrer des monstres, ils se rapprochent et décident de faire regretter son choix à Léon en tuant le roi des démons avant lui. Ce traumatisme est si important que la simple évocation de ce nom provoque une violente crise de rage chez nos deux héros. C’est alors qu’ils font la connaissance de Linda, une jeune femme qui cherche à se venger de Golem, un des fidèles du roi des démons… Nos deux héros parviendront-ils à triompher de l’immense monstre de pierre ? Ash et Kijira finiront-ils par attirer l’attention de Léon ?

    Ce scénario est constitué de plusieurs trames. La première est la simple mise en situation. Simple et efficace, elle donne son trait shonen à l’histoire avec une raison de se battre plus que discutable. La seconde consiste en un enchaînement de combat dantesque et surdimensionné, nous y reviendrons. La dernière apporte le dernier élément shonen de l’histoire : la relation d'amitié très profonde entre Ash et Kijira, critiqué mainte et mainte fois par les démons dans l’histoire et en légère pique à d’autres titres shonen beaucoup plus connus. Ce dernier point se complexifie tout de fois grâce à l’apparition de nouveaux personnages. Si on met tous ses éléments bout à bout, on obtient un univers dark, une histoire drôle et orientée autour des combats.

Graphisme :

    Le niveau graphique de cette œuvre est étonnant. Si c’est scénaristiquement un shonen, le design des scènes de combat nous en fait douter plus d’une fois. On distingue deux design très différent, aussi bien pour le chara-design que pour le reste des planches. D’un côté, nous avons les combats, avec un travail du détail hallucinant pour le genre et pour un premier manga. L’impact est fort, les personnages sont sombres et badasse, et l’action dépeint avec une qualité incroyable. Le reste du titre est certes moins travaillé, mais n’en reste pas moins intéressant, avec un côté médiéval et comique bien dosé. Le rythme est très bon et contribue à garder les combats aussi intéressant que possible. Les trames de fond sont étonnamment détaillées. On ressent dans ce tome l’influence de beaucoup de mangaka, notamment Kentaro Miura et son légendaire Berserk. J’ignore pour qui Yagyu Takuya a travaillé comme assistant, mais j’image que ces auteurs ont eux aussi laissé leur marque dans cette patte graphique très agréable, quoique loin des standards actuels du shonen.

    Notre mangaka laisse un petit mot intéressant, la couverture est agréable et la couverture cartonnée laisse un petit côté ecchi, même s’il n’en est rien dans l’œuvre.

Point noir :

    Je me demande ce que vaut la fin avec uniquement 4 tomes…

    Ce manga ne semble pas avoir marqué beaucoup de monde, alors qu’il le mérite amplement.

Conclusion :

    J’ai vraiment adoré Memesis ! C’est un shonen aux combats surdimensionnés, le tout accompagné d’humour, de WTF et de personnages lunatiques très intéressant. Je conseille fortement aux fans de shonen orienté combat, presque seinen. Ce titre est une bonne porte d’entrée vers des œuvres plus ancienne, notamment niveau graphisme.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire