Banale à tout prix

Bande annonce

banaleatoutprix01

Article tome 1

Aujourd’hui on s’intéresse à un shojo qui commence à faire parler de lui : Banale à tout prix !

 

La petite histoire :

    C’est un shojo écrit par Nanaji Nagamu depuis 2015. Il compte déjà 8 tomes au Japon, mais seulement 2 en France. Nanaji a commencé sa carrière en 1995, mais son premier succès date de 2001 avec Parfait Tic ! en 22 tomes ! Elle continuera en 2007 avec Koibana - L'amour malgré tout, terminé en 10 tomes. En 2011, elle se lance dans Moving Forward (11 tomes) et un projet de manga pour soutenir les victimes du tsunami. Mais elle fait un AVC et retarde donc tous ses projets… Enfin bref, aujourd’hui elle va bien et semble prête à retrouver le devant de la scène !

    Assez parlé de l’auteur ! J’ai découvert ce manga grâce aux extraits gratuits. Pour une fois, j’ai été incité à l’acheter grâce à cet extrait (ce qui est rare !) et je suis loin d’être déçu de l’avoir fait !

Personnage :

    Dans ce premier tome, il y a 2 héros et 3 personnages importants.

    L’héroïne se nomme Koiko. C’est une lycéenne tout ce qu’il y a de plus banale et elle tient à le rester ! Elle s’habille normalement, n’est ni trop belle, ni trop moche, ni trop intelligente, ni trop bête, bref, la banalité incarnée ! Elle sort avec Satô, un lycéen normal et dans la moyenne. Pourtant, dans toute sa normalité, elle reste un personnage vraiment étonnant, puisqu’en cherchant à tout prix à rester banale, elle devient unique ! (Oui, c’est un peu contradictoire ce que je dis.) Elle se rend parfois compte de son état et semble vivre un vrai paradoxe en elle même. J’aime beaucoup ce personnage un peu déchiré entre ce qu’elle pense et veut être et ce que le héros voit d’elle.

    Le héros se nomme Tsurugi. C’est tout le contraire de Koiko. Il est cool, est apprécié de tous, a des bonnes notes et plait aux filles. Il ne se pose pas autant de question que Koiko, mais semble avoir un intérêt particulier pour elle. Il n’a apparemment jamais connu d’amour sincère. Finalement, on sait assez peu de chose de lui, en dehors de son attachement à Koiko. Il semble tout de fois assez perspicace, puisqu’il lit en l’héroïne comme dans un livre ouvert.

    Satô est le petit ami de Koiko. Il est banal, mais cache quelque chose qui va faire de Tsurugi son “rivale”, ou quelque chose du genre. Il y a une certaine rivalité entre eux, même si Satô est loin de faire le poids.

    Aiko Natsume est la grande soeur de Koiko. C’est une fille très réservé et austère qui place son travail de prof au centre de sa vie. Elle ne cherche absolument pas l’amour et possède un caractère très rigide. Personnellement, je l’aime bien, mais elle n’est pas très présente dans ce tome…

    Natsume, la mère de Koiko et Aiko est une personne totalement différente. Même si elle n’a connu que des échecs en amour, elle continue d’y croire et reste pour cela la personne la plus charmante de ce manga. Elle est très agréable, assez maligne et plutôt espiègle. Elle semble s’inquiéter pour les amours de ses filles et l'excès de banalité de Koiko. Elle tient un restaurant où elle fait des cours de cuisine pendant la journée. Elle a élevé seul ses filles, mais cela semble lui avoir donné beaucoup de bonheur, surtout qu’elle semble plus jeune que Aiko. Elle aime visiblement prendre soin d’elle, ce qui ne la rend que plus charmante.

    Il y a encore quelques autres personnages, mais ils ne sont que de simple figurants. Les personnages sont plutôt profonds et mystérieux et j’avoue que je trouve ça particulièrement intéressant, surtout au niveau du paradoxe.

Scénario :

    Koiko est une fille banale avec une vie banale. Tout fil parfaitement dans le plus banale des mondes quand elle fait par hasard la connaissance de Tsurugi alors qu’elle se balade avec son petit ami. Elle ne fait au début par particulièrement attention à leur interaction, mais Tsurugi la contacte un soir en lui révélant un détail plutôt perturbant pour elle. (Vous remarquerez l’effort que je fais pour ne pas vous spoiler.) Elle vérifie l’information par elle-même et cherche donc à retrouver sa vie banale. Mais les choses ne sont pas aussi simple. Ses interactions avec Tsurugi sont de plus en plus nombreuses et elle se pose de plus en plus de question. Elle semble tomber petit à petit amoureuse de lui, mais elle ne le veut pas. Elle est prête à renoncer à son sentiment d’amour pour rester banale et le repousse donc autant qu’elle peut. Mais de son côté, il semble avoir une sorte de fascination contemplative envers Koiko, qui le pousse à la “traquer”, ce qui la rend plutôt instable.

    J’aime beaucoup le scénario d’un amour entre une fille qui ne veut pas tomber amoureuse et un garçon qui ne sait pas s’il l’est. C’est original, il y a beaucoup de retournement de situation et un côté “idéologique” vraiment très agréable.

Graphisme :

    L’écriture est très agréable visuellement. Les effets de style sont nombreux et, même si on devine tout de suite qu’elles sont les personnages principaux, ça donne une vrai profondeur au dessin. Il y a beaucoup de message de l’auteure qui livre un peu ses secrets de fabrication. Elle donne d’ailleur le terme qui représente le mieux son style de dessin : “un peu bling-bling”. Ici, ce n’est pas un problème, car tout est parfaitement harmonisé pour un rendu vraiment magnifique. Même l’illustration de la jaquette et celles des chapitres sont réussies pour notre plus grand plaisir.

Point noir :

    J’en ai trouvé un ! Si l’on retire la jaquette, la couverture violette avec juste le titre est vide. J’avoue avoir été particulièrement surpris de trouver autant de tristesse sous une jaquette aussi réussi.

Conclusion :

    C’est vraiment un très bon shojo que j’ai adoré. Il plaira à beaucoup de monde, même à ceux qui n’ont pas l’habitude de ce genre. Je le conseil particulièrement aux fans de shojo et à ceux qui voudrait essayer le genre.

banaleatoutprix02

Article tome 2

Aujourd’hui on s’attaque au tome 2 du shojo : Banale à tout prix !

 

Scénario :

    Dans le tome précédent : Alors que Koiko, notre héroïne, fait tout pour repousser l’idée même qu’elle puisse être amoureuse de Tsurugi, celui-ci se fait embaucher par sa mère pour l’aider dans son restaurant. Koiko le vit mal et fait tout pour combattre son conflit intérieur. Alors qu’elle pense enfin avoir retrouvé son équilibre, Tsurugi profite d’un moment d'inattention et l’embrasse sur le front. Notre héroïne réussira-t-elle à rester la fille la plus banale du monde ?

    Perturbée par le baisé de Tsurugi, Koiko se rapproche de notre héros uniquement pour lui demander d’oublier ce qu’il s’est passé. Nos tourtereaux réussiront-ils à oublier cet instant gênant ?

    Noël arrive. Et avec Noël, les réjouissances romantiques propre à la culture nipponne. La mère de Koiko observe sa fille et décide de donner un petit coup de pouce au destin… Comment la situation déjà floue entre Koiko et Tsurugi évoluera-t-elle ?

    Maintenant que je résume ce tome, j’ai vraiment l’impression qu’il est court. Pourtant, c’est loin d’être l’impression que j’en avais en le lisant. Alors que le tome 1 présentait les choses de façon assez simple : Tsurugi d’un côté, Koiko de l’autre, ce tome ci va plus dans la profondeur des choses et adopte un point de vue plus régularisé. Non qu’il soit plus plat, mais il n’hésite pas à mettre des nuances sur les sentiments de nos personnages en pleine évolution. J’ai vraiment un coup de coeur pour ce scénario basé en très grande partie sur les sentiments cachés et en pleins bouleversement de nos personnage. Le tout est très romantique et d’une remarquable sensibilité.

    Mention spécial : un chapitre bonus sur Aiko Natsume, la grande sœur psycho-rigide de Koiko. Cette forcenée des haïku cacherait-elle un côté fleur bleue ?

Graphisme :

    Nagamu Nanaji avait dit de son tome 1 qu’il était “un peu bling bling”. De ce côté, le tome 2 n’y échappe pas… Et c’est très bien comme ça. Les effets de styles sont encore mieux maîtrisés et dosés que dans le premier tome. Le tout donne, en plus quelques trames de fond de bonne qualité et d’un bon design des personnage, une ambiance romantique très particulière, qui nous place dans la confidence des sentiments de nos personnages.

    Comme dans le premier tome, notre mangaka s’exprime beaucoup. C’est toujours un plaisir d’en apprendre plus sur la vie de nos auteurs, d’autant plus quand ceux-ci tressent autour de leurs histoires de vraies péripéties.

Point noir :

    Comme dans le premier tome, je trouve que sans sa magnifique jaquette, ce manga est un peu terne...

Conclusion :

    J’ai vraiment adoré Banale à tout prix tome 2 ! C’est sans conteste un de mes coups de cœur manga shojo de cette année. Je le conseil vivement aux fans de shojo.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 10/11/2018