AI Non-Stop !

ainonstop01

Article tome 1

On parle aujourd’hui du premier manga de Ken Akamatsu : AI Non-Stop !

 

La petite histoire :

    Ce manga a été écrit par Ken Akamatsu, l’auteur de Love Hina, de 1994 à 1997. Il y a 8 tomes, plus un tome spécial AI ga Tomaranai! 0→9, non édité en France. Ce manga est édité par Pika. Il est aussi connu sous le titre AI ga tomaranai, ce qui explique que Ken en parle souvent comme “AI toma”.

    Il n’est arrivé en France qu’à partir de 2004.

    Le titre de ce tome est un jeu de mot avec “AI”. Ce sont les initiales de Artificial Intelligence, le mot utilisé au Japon pour parler d'intelligence artificiel. Mais c’est aussi la prononciation du kanji 愛, qui signifie Amour.

Personnage :

    Kobe Hitoshi est le héros de cette histoire. C’est un garçon banale et sans personnalité qui n’est pas particulièrement apprécié par ses camarades, rapport au fait qu’il n’ait aucun talent, que ce soit dans les études ou le sport. Tout de fois, c’est un petit génie de l’intelligence artificiel. Il vit seul et aimerait se trouver une copine. C’est quelqu’un de droit et de pleins de bon sentiment. Il a une forte attirance pour Kimika, la star de sa classe.

    Satie Namba est une IA “invoquée” dans le monde des humains suite à un accident. C’est un concentré de gentillesse et de moe qui se comporte souvent comme la petite amie parfaite. Elle a encore beaucoup de chose à apprendre, puisqu’elle ne connaît que ce qu’Hitoshi lui a appris. Son état d’IA la rend ultra-performante, que ce soit en sport ou dans les études.

    Kimika est la star de la classe de Kobe. Elle est sans cesse le centre d’attention des autres et elle aime ça. Elle aime humilier les autres et déteste plus que tout que quelqu’un lui pique la vedette.

Scénario :

    Hitoshi est un loser banale qui se fait toujours avoir par les autres. Heureusement pour lui, il se réfugie dans la conception d’IA. C’est ainsi qu’il nomme sa 30ème réalisation Sakie. Mais alors qu’il est dans un énième discussion avec celle-ci, la foudre tombe sur son appartement et propulse l’IA dans le monde réel. Celle-ci va enfin pouvoir réaliser son plus grand rêve : devenir la petite amie d’Hitoshi. Satie arrivera-t-elle à d’adapter au monde réel ?

    Alors que tout allait pour le mieux, Satie tombe sur un virus qui détraque complètement ses capacités et ses programmes. Hitoshi parviendra-t-il à la sauver ?

    Bon, il faut être réaliste. Si cette œuvre est très agréable à lire, elle est très loin d’avoir la profondeur, aussi bien pour les personnages que pour l’histoire, de Love Hina ou Negima. En revanche, on y trouve déjà tout le côté comique et romantique des œuvres de Ken Akamatsu, ainsi qu’une certaine ressemblance avec les personnages de son prochain manga. De plus, même si le scénario n’est pas d’une profondeur marquante, il présente beaucoup  d’aspect intéressant et à au moins le mérite d’être bien construit et bien rythmé.

    Mais ce n’est pas tout. Cette œuvre a inspiré Ken pour ses œuvres suivantes, mais il n’est pas le seul. Je soupçonne fortement qu’il ait influencé le groupe de mangaka CLAMP pour son œuvre Chobits, qui comporte beaucoup de ressemblance avec AI non-stop, même si ce premier est beaucoup plus profond. Ce n’est pas la seul ressemblance troublante, car on peut également trouver une forte ressemblance entre Hitoshi et le personnage de Jérémie Belpois dans l’anime français Code Lyoko, leur principal différence étant que Jérémie est un génie des études.

Graphisme :

    Pour son année de sortie, le niveau graphique de ce manga est largement acceptable. Il n’y a pas d’erreur, le design des personnages est parfaitement adapté à l’histoire et les trames de fonds sont plutôt présente, tout en étant d’une qualité louable. Pour ce qui est du style général, que certain jugent vieillot, je rappellerais qu’au vue de son année de sortie, les standards graphiques du shojo n’étant pas encore apparus, Ken s’est sans doute inspiré des comédies romantiques sorties dans les années 80. Ça explique sans aucun doute que AI non stop ! ressemble plus à Kimagure Orange Road (1984-1987) qu’à Love Hina.

    Énorme point bonus de ce manga : il y a des bonus et des petits mots de Ken Akamatsu partout, qui datent de la réédition du manga au Japon, après le succès de Love Hina. On y découvre pleins de secrets et de petites anecdotes très intéressantes.

Point noir :

    Pour moi, la seul chose qu’on peut vraiment reprocher à ce manga, c’est qu’il n’est pas très profond. Que ce soit les scénario ou les personnages, ont fait très vite le tour de leur personnalité. Mais bon, ce n’est que la première série de l’auteur, et vue son niveau, c’est déjà une belle performance !

    Autre petit point négatif : ce manga aborde le sujet du ecchi, mais reste généralement au niveau des points romantiques sans entrer dans le vif du sujet… Ça s’améliorera peut être dans les tomes suivants.

Conclusion :

    J’ai prit beaucoup de plaisir à lire ce premier tome d’AI Non-Stop !. C’est un manga simple, mais très agréable à lire qui pose les bases des œuvres de Ken Akamatsu. Je conseille ce manga aux fans de comédie romantiques.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 19/01/2019