Pokémon Ecarlate et Violet

pev

Article

Aujourd’hui on parle de Pokémon Écarlate (et Violet par extension) !

La petite histoire :

    Ce jeu est sorti le 18 Novembre 2022, soit moins d’1 an après Pokémon Legend Arceus. Il est également développé par Game Freaks sous la direction de Junichi Masuda.

Personnage :

    Le héros / héroïne est un personnage des plus classiques dans un jeu Pokémon. Ayant enfin l’âge requis, il décide / on lui demande de partir à l’aventure et commence pour celà par s’inscrire à l’école. Il semble avoir une connexion toute particulière avec le pokémon à l’honneur dans chacune des versions du jeu.

    Clavel est le directeur de l’école de Paldea. Nouvellement nommé, il est très impliqué dans la vie de ses élèves et n’hésite pas à donner de sa personne pour les comprendre et prendre les meilleures décisions.

    Menzi est la fille de la voisine du héros. Dors et déjà passée maître, elle a une passion dévorante pour les combats et parcourt une nouvelle fois l’île par simple plaisir du défi. A sa façon, elle est un peu simple d’esprit, mais ne recule jamais face au danger.

    Pepper est un étudiant à la limite du démissionnaire. Impliqué dans des recherches sur l’apparition de nouveau pokémon d’une taille terrifiante, il est à la recherche d’épices secrètes gardées par ces fameux pokémon et cherche donc un allié.

    Pania est une jeune fille timide et discrète qui n’aime pas être sur le devant de la scène. Elle porte sans cesse son sac evoli.

    Alisma est la maîtresse en chef. Gérante de la league pokémon et tout ce qui lui est rattaché, c’est une femme charismatique et mystérieuse reconnu par tous pour sa très grande force comme pour son intelligence. C’est une des seules personnes à pouvoir faire taire Menzi.

Scénario :

    La nouvelle année commence et il est enfin temps pour nous d’entrer dans l’académie Pokémon de Paldea. C’est dans ce but que Clavel en personne se déplace chez les élèves. Il profite de l’occasion pour nous présenter 3 pokémons : Poussacha, Chocodile et  Coiffeton. Après quelques pas en leur compagnie, nous choisirons celui qui nous accompagnera le long de l’aventure. Menzi, venu nous rendre visite, en profitera pour nous initier à sa grande (et unique) passion : le combat Pokémon. A la suite d’une victoire mérité, nous avons rendez-vous à l’académie. En chemin, nous faisons la connaissance d’un pokémon mystérieux (qui diffère selon les versions) qui semble particulièrement nous apprécier et nous accompagnera donc tout au long de notre aventure. Une fois à l’académie, on nous présente notre chambre puis le projet principal de l’année scolaire : parcourir l’île à la recherche de notre trésor.

    Vous êtes désormais libre de parcourir l’île à votre guise. 3 routes s’offrent à vous : faire le tour des arènes pour devenir maître pokémon, affronter les boss de la team Star pour mettre fin à l'existence de celle-ci ou affronter les pokémons mystérieux et récupérer les épices secrètes.

    Le premier jeu véritablement open world de la saga pokémon. Le scénario peut être pris plus ou moins dans n’importe quel sens, même si différentes contraintes sont tout de même à respecter. Comme le laisse entendre le scénario, nous avons 3 trames à suivre. Le tour des arènes est sans grand intérêt d’un point de vue scénario. Les champions sont certes plutôt actuels, ils n’en restent pas moins qu’ils sont présentés de façon très sommaire et sans aucune profondeur. La trame de la team star est sans conteste la plus intéressante, puisqu’elle apporte une réflexion sociale à des personnages réfléchis et écrits (même si les dialogues restent trop souvent un calvaire à suivre). La trame des épices secrètes est quant à elle un peu particulière, puisqu’elle se base uniquement sur le personnage de Pepper et servira de tremplin à une conclusion surprenante par son sérieux et ses évènements.

Gameplay :

    A l’exception de la téracristallisation, le système de jeu est sensiblement le même que les anciens opus. L’exploration est également à rajouter, même là encore, rien de bien neuf par rapport à la concurrence à l’exception de l’incapacité du héros à effectuer des sauts.

Graphisme :

    Je ne pense pas avoir besoin de dire que graphiquement, ce jeu est un des pires sorties au cours des 10 dernières années. Il possède toutefois un excellent potentiel qui est caché derrière un nombre incalculable de bug, lag et autre problème d’optimisation.

Point noir :

    Premièrement : il paraît évident que cela est assez honteux de sortir un jeu avec cette qualité graphique en se cachant derrière la Switch. Xenoblade Chronicle est sortie sur la même console et même sur Wii et reste bien plus jolie et fluide avec un univers bien plus développé.

    Le scénario manque à mon sens de rédaction et d’évènement.

    L’écriture des personnages est certes actuelle, mais terriblement insupportable. Sans parler des clichés assez grotesques qui sont présentés.

    La fin du jeu est très bien, mais est clairement en rupture avec le côté enfantin de la saga. Est-ce un mal ou un bien ?

    La gestion des statistiques est complètement à revoir. Les coups critiques comme les coups normaux manquent de logique.

Conclusion :

    J’ai passé un 50ène d’heure à parcourir ce jeu de long en large pour le découvrir dans tous ses recoins. J’ai fini par m’y amuser en me replongeant un petit peu dans mon âme d’enfant. Il n'empêche que ce jeu est tout simplement une des pires hontes de l’histoire du jeux vidéo malgré ses ventes. Après avoir été sauvée par son gameplay, la saga pokémon est sauvée par son exploration d’un monde ouvert… mais Pokémon Écarlate sera-t-il le dernier à être sauvé ?

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire