Shigurui

shigurui

Article

On parle aujourd’hui d’un anime original et très japonais : Shigurui !

 

La petite histoire :

      C’est à l’origine un manga écrit par Takayuki Yamaguchi entre 2003 et 2010 pour un total de 15 tomes au Japon, pour 11 publié en France par Panini Manga. (J’ignore si l’éditeur a refusé de terminer la série ou s’ils ont compressé les tomes. Tout de fois, j’opterais plutôt pour la première hypothèse.) Quoi qu’il en soit, ce manga n’est plus commercialisé en France.

      L’anime dont nous parlons aujourd’hui est sorti au Japon en 2007 et compte 12 épisodes de 25 minutes. Il sera licencié en France à partir de 2017 par Black Box et Netflix.

Personnage :

      Gennosuke Fujiki est le meilleur élève du dojo Kogan. C’est quelqu’un de calme et qui possède une parfaite maîtrise de lui-même. Il reste impassible et maître ses sentiments quoi qu’il se passe. C’est un excellent combattant que même Kogan Iwamoto respecte. Malgré sa force, il garde une certaine humanité et place sa recherche de la force au sommet de ses priorités. C’est quelqu’un d’agréable, quoi que pas particulièrement causant.

      Seigen Irako est un excellent combattant qui fait le tour des dojos pour trouver un art martial à sa taille. C’est quelqu’un de très sûr de lui qui n’hésite pas à se montrer insolent pour l’emporter. C’est un bon parleur qui sait séduire les femmes qui l’entourent. Il est plutôt jovial et aime mettre l’ambiance. Très vite, il s’entendra bien avec  Gennosuke qui sera pour lui un rival parfait.

      Kogan Iwamoto est le maître et fondateur du dojo Kogan. Malgré sa sénilité qui le rend fou plus de la moitié de l’année, c’est un combattant exceptionnel qui ne craint rien ni personne. Dans sa folie, il est tout de fois bien plus clairvoyant qu’on pourrait le penser. C’est quelqu’un qui aime les femmes et le sang. Il est très fière de ses élèves et qui fait attention à ne pas tacher leur honneur. Signe particulier : l’une de ses mains possède 6 doigts.

      Mie Iwamoto est la fille unique de Kogan. C’est une fille belle et douce, mais elle n’est vue par son père que comme le trophée de celui qui deviendra son héritier, ce qui la rend instable psychologiquement. Elle s’entend bien avec Gennosuke, mais à un faible pour le côté charmeur de Seigen.

      Iku est la concubine de Kogan. C’est une belle femme qui a souffert d’une rumeur de malédiction depuis son enfance. Elle s’accroche à Kogan même s’il ne l’aime pas et se rapprochera très vite de Seigen.

      Gonzaemon Ushimata est un des lieutenants du dojo Kogan. Très proche de Kogan, c’est un excellent combattant qui base sa force sur sa puissance physique. Il a une confiance aveugle en son maître et exécute sans réfléchir chacun de ses ordres. Il s’entend bien avec Gennosuke, avec qui il passe beaucoup de temps.

      Les personnages de cet anime sont très intéressants, aussi bien d’un point de vue profondeur que d’un point de vue psychologique. Tous ont une histoire particulière, qui parfois se croise avec celle des autres personnages. Ils ont une façon de penser, d’appréhender les évènements qui est mise en avant au cours des épisodes, mettant l’accent sur leur psychologique.

Scénario :

      Nous sommes au début de l’air Edo, alors que la paix vient d’être retrouvée grâce au gouvernement Tokugawa. Son jeune frère, Tadanaga Tokugawa, organise malgré le sacrifice d’un de ses conseillers un tournoi entre samurai. Deux combattants se font face : le manchot Fujiki Gennosuke et l’aveugle Irako Seigen. Mais ces deux hommes pourraient bien offrir le plus beau combat du siècle compte tenu de leur passé…

      Remontons le temps. A l’époque, Gennosuke était considéré comme le meilleur espoir du dojo Kogan et semblait promis à épouser Mie. Mais Seigen Irako fit irruption et défia le dojo. Gennosuke se fit écraser, mais eu la satisfaction de voir son futur rival échouer face à Gonzaemon. Le challenger décida de rester au dojo, où il pourrait enfin devenir plus fort. Très vite, nos deux rivaux firent beaucoup de progrès, au point que le maître Kogan s’intéresse à eux pour effectuer sa succession et transmettre ses techniques les plus secrètes. Mais Seigen Irako se rapproche dangereusement d’Iku et semble avoir une ambition dévorante. Comment l’histoire du dojo Kogan va-t-elle évoluer ?

Le scénario est assez particulier. Il fait beaucoup d’aller-retour dans le temps et pas seulement entre le duel de démonstration et la jeunesse des deux protagonistes. Nous revenons sur l’histoire de tous nos personnages au point d’en perdre la notion d’excuse ou de justice. L’évolution des relations est très intéressante et influe beaucoup sur la psychologie de nos personnages. Les rebondissements sont nombreux et cruels. Amitié, amour, rivalité, ambition, secret, folie. Les pétales des sentiments dansent sur le vent des lames.

Graphisme :

    Le niveau graphique est bon pour son époque riche en sorti. Cet anime est très original, ce qui dans un sens le rend vraiment intemporel. Le design des personnages est suffisamment bien choisi pour qu’on retienne très bien les protagonistes, au détriment des autres personnages. Les combats sont vraiment excellents et très réalistes. L’ambiance est lourde et très japonaise, tout comme le cadre. Les trames de fonds sont très intéressantes si vous vous intéressez au Japon féodal.

    Les OST et l’Opening, composés par Yoshida Kiyoshi , sont vraiment extrêmement typée « Japon traditionnel » tout en gardant une orientation très surnaturelle. Les moins habitués au style japonais traditionnel seront surement dérangés par ceux-ci, mais c’est à mon avis un excellent point.

Point noir :

    Je déconseille cet anime aux moins de 16 ans et aux plus sensibles. Que ce soit les scènes de sexe bien loin du ecchi conventionnel et en fait assez proche du mouvement Ero Guro ou les nombreuses scènes gores qui incombent aux combats, on est sur quelque chose de très mature que seul un véritable amateur de Seinen pourra apprécier à sa juste valeur.

Conclusion :

    J’ai vraiment un énorme coup de cœur pour Shigurui. Le scénario est très intéressant et nous plonge dans le Japon de l’époque Edo, en plus d’y mettre une grande dimension psychologique. Je conseille fortement cet anime aux fans de seinen historique et très cru.

shigurui
shigurui
shigurui
shigurui

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 01/04/2019