Iria - Zeiram the Animation

iria01

Article

Aujourd’hui, on s’attaque à une vieille série de S-F : Iria - Zeiram the Animation !

 

 

La petite histoire :

    Iria est un animé sorti en 1994 et réalisé par Tetsuro Amino. Il servirait en faite d’introduction au film Zeiram du même réalisateur. Contrairement aux habitudes, la série compte 6 épisodes de 35 minutes chacuns, contrairement aux animés standards de l’époque qui tendent à avoir beaucoups d’épisodes de 20 minutes. Puisqu’on parle de Tetsuro, c’est un réalisateur japonais qui a travaillé sur un certain nombre de série de film S-F tel que la série des Broken-Blade ou des Macross 7. En 2008 et en 2010, il produit 2 films de la licence Lupin III du Détective Conan.

Personnage :

    Il y a 3 personnages récurrents, mais l’animé se base vraiment sur l’héroïne.

    Iria est une apprenti chasseuse de prime. Elle travail pour le gouvernement de la planète où elle vit et son grand frère Gren lui apprend le métier. C’est une fille au caractère bien trempé qui n’a peur de rien et surtout pas de se battre. Malgré son comportement plutôt masculin, son âme vibre la féminité à certain instant, ce qui lui donne une vrai résonance. Elle est très courageuse et astucieuse, même si c’est clairement une tête brulée sur certains sujets. Personnellement, je la trouve très attachante. Elle semble avoir un passé particulier qui aurait établi un lien fort entre elle et ses compagnons d’arme.

    Fujikuro est un ami de Gren et Iria. C’est un bon chasseur de prime qui semble avoir pas mal d’ancienneté dans le métier. Il se bat avec un sabre un peu spécial et se sépare très rarement de son vaisseau en forme d’ombrelle. Il a un fort caractère et même s’il est souvent bien plus prudent que ses camarades, il est prêt à beaucoup de chose pour leur venir en aide. Il sert un peu de tuteur à Iria, qui semble avoir du mal à supporter son air protecteur.

    Kei est un jeune garçon plutôt inventif qu’Iria sauve au cours de son aventure. Il est très pauvre et pas particulièrement fort, mais c’est peut être un des personnage les plus intelligent de la série.

    Il y a évidemment d’autres personnages, comme Gren, Bob, certains membres des autorités ou encore le Zeiram lui-même, mais je préfère vous laisser les découvrir.

Scénario :

    Nous sommes dans le futur. Le gouvernement demande à une équipe constitué de Gren, d’Iria et de Bob d’intervenir sur un vaisseau en détresse. Ceux-ci s'exécute, malgré les mises en garde de Fujikuro. Mais sur place, les choses ne se passent pas comme prévu. Gren demande à ses compagnons d’évacuer les passagers le plus vite possible. Iria décide tout de fois de l’aider. C’est alors que nous faisons la connaissance de la créature ultime qui règnera en maître sur cet animé. Je passe les détails, mais Bob, blessé, accompagnera les passagers vers leur terre natale. C’est au terme d’un combat plus que serré que Gren demande à sa soeur d’embarquer sur une navette de secours et de s’éloigner un maximum du vaisseau. Celle-ci refuse, mais son frère ne lui en laisse pas le choix. Alors qu’elle s’éloigne précipitamment, Gren saborde le vaisseau pour tenter d’éliminer le Zeiram. C’est à cet instant qu’on comprend avec effroi la puissance de cette créature : un être immortel au pouvoir dévastateur et qui sème le chaos et la destruction sur son passage. Iria atterrit sur une planète où elle fera la connaissance de Kei. Mais le Zeiram parvint à la rejoindre et commence à tout détruire. Réussiront-ils à anéantir cette créature étrange et apparemment immortel ?

    Le scénario est bien ficelé et se lie très bien avec l’univers remarquablement conçu. Ici, pas de petits hommes verts ou d’homme lézard comme dans beaucoup d’oeuvre S-F. Si les machines et l’environnement ont beaucoups évolués, tout reste un pure produit de l’imagination un peu plus ambitieux qu’un simple transfert de la connaissance populaire. On s’attend vraiment à tout dans cette animé, ce qui le rend vraiment intéressant. Il possède toute la fougue scénaristique de sa décennie, ce qui en fait une oeuvre à part entière.

Graphisme :

    Rappelons que cet animé est sorti en 1994, soit quelques années avant Berserk et Kenshin le vagabond, mais quelques années après le début de Dragon Ball Z. En comparaison de ceux-ci, exception faite de Kenshin, les graphismes sont bien meilleurs et recherchés. Même si le temps fait qu’ils sont aujourd’hui largement dépassés, ils ont pour l’époque une très bonne qualité qu’on ne peut que féliciter. En plus de cette qualité, l’opening possède une aura de mélancolie que transmet aussi bien la bande sonore que l’image. Les choix de design sont logiques avec eux même et respecte l’ambiance d’époque tout en possédant leurs propre univers.

Point noir :

    Même si c’est pour l’époque un très bon animé, il n'empêche qu’il est aujourd’hui totalement dépassé. Les censures et la mystérieuse chance des héros gâche parfois un peu le scénario. Ensuite, les 6 épisodes réduisent pas mal l’impacte de la série. Enfin, si à l’époque le genre S-F était populaire, il est aujourd’hui totalement laissé pour compte par le grand public et la plupart des studios.

Conclusion :

    Si cet animé n’est plus d’actualité, il reste une magnifique relique de l’aire Science-Fiction de l’animation niponne. Je le conseil vraiment à tous les fans du genre et à ceux qui aimeraient tenter l’expérience.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire