Albator, Le Corsaire de l'espace

albator78

Article

On s’attaque aujourd’hui à un classique monumental de l’animation : Albator 78 !

 

La petite histoire :

    C’est à l’origine un manga écrit par Leiji Matsumoto entre 1977 et 1979 : Capitaine Albator en 5 tomes chez Kana. Son nom japonais est Uchû Kaizoku Captain Harlock.

    Albator, le corsaire de l’espace, est l’adaptation anime du manga cité précédemment. Sorti entre Mars 1978 et Février 1979, il compte 42 épisodes et est produit par la Tôei Animation. En France, la série passe sur Antenne 2 en 1980 dans l’émission Récré A2. Surnommé plus simplement Albator 78, cette série a marqué l’histoire de l’animation, au Japon comme en France. Elle est licencié par ADN et TF1.

    Nous sommes en 1982 quand sort le fameux anime Albator 84 ! Diffusé entre Octobre 82 et Mars 83, il compte 22 épisodes. Son nom complet est Mugen Kidô SSX.

    La même année, ce sera au tour du premier film d’animation de la série de sortir : Albator 84 : L’Atlantis de ma jeunesse. En 120 minutes, toujours par la Tôei.

    Il faudra attendre 1999 pour que la série face son retour avec une nouvelle saison anime : Harlock Saga : Nibelung no Yubiwa en 25 épisodes chez Beez Entertainment. 

    Cosmo Warrior Zero, aussi nommé La jeunesse d’Albator, sortira en 2001 pour 25 épisodes licencié par Kaze.

    En 2002, c’est au tour de Space Pirate Captaine Herlock the Endless Odyssey de sortir, en 25 épisodes chez Dybex. La transcription du prénom Harlock en Herlock me laisse assez dubitatif… Quoi que je n’en sois pas particulièrement surpris au vu de la politique de communication par le silence absolu de son éditeur.

    Alors que la saga reposait tranquillement dans les abysse du space opéra depuis 10 ans, le film Space Pirate Captain Harlock Movie 2013 dépoussière la série. Aussi appelé Captain Harlock 3D ou tout simplement Albator, corsaire de l’espace, il est licencié par Netflix et dure 1h55.

    On termine par un dernier manga : Albator SSX Dimension Voyage ! Depuis 2014, Leiji Matsumoto s’est décidé à réécrire son manga. Cette nouvelle version est licencié par Kana et compte 5 tomes, mais il y a très peu d’information à son sujet.

    La série est également liée à la saga Galaxy Express 999, mais ceci est une autre histoire...

Personnage :

    Capitaine Albator (Captain Harlock en Japonais) est un pirate de l’espace. Chef de l’équipage de l’Atlantis, il protège la terre contre tous les dangers qu’elle refuse de prendre en compte. Parfois difficile à suivre, il laisse tout de fois une grande liberté à son équipage et préfère les voir grandir par eux-même. Il tient toujours ses promesses. Il a promis de protéger Stellie et la considère comme sa propre fille. Il est très proche de Clio. C’est quelqu’un de très intelligent et réfléchi qui a toujours su s’entourer des bonnes personnes.

    Nausicaa (Yuki Kei ou Miss Kei en Japonais) est la navigatrice de l’Atlantis. Jeune femme loyale et efficace, elle passe le plus clair de son temps à travailler. Elle a une confiance aveugle en son capitaine. Elle s’entend très bien avec Ramis.

    Ramis (Daiba Tadashi en Japonais) est le fils d’un des derniers savants terrien. Jeune homme au caractère plutôt difficile, il a tendance à n’en faire qu’à sa tête, même s’il possède un courage à toute épreuve. Il a beaucoup de respect pour Albator.

    Clio (Mimeh en Japonais) est une extra-terrestre qui fut autrefois l’adversaire d’Albator, avant de décider de voyager à ses côtés. Elle lui a juré fidélité et tient depuis le rôle de bras droit et confidente. De nature calme et silencieuse, elle passe beaucoup de temps à boire de l’alcool en écoutant son capitaine. On ignore la nature de ses sentiments, mais elle s’inquiète toujours beaucoup pour Albator. C’est un personnage très intéressant que j’aime particulièrement.

    Stellie est la fille du regretté meilleur ami d’Albator. Elle grandit sur terre dans un pensionnat selon les volonté de celui-ci, en attendant les visites d’Albator. Elle passe tout son temps libre à jouer de l’ocarina.

    Alfred est le second de l’Atlantis. Passionné de modèle réduit, il fait des maquettes de tout et n’importe quoi. C’est quelqu’un de plutôt amusant et de bien plus intelligent qu’il n’y paraît. Il ne quitte jamais son poste. Albator a une très grande confiance en lui.

    Suzanne est la cuisinière de l’Atlantis. Malgré son âge avancé, elle n’a rien perdu de son énergie et passe une bonne partie de son temps à courir après les autres avec un couteau. Dans le fond, elle est très gentille.

    Sylvidra est la reine des sylvidres. Dirigeante autoritaire, elle est prête à tout pour mener son peuple vers une nouvelle terre. Elle se considère comme la rivale d’Albator et a une relation très ambiguë avec lui.

    Vilak est le chef des armées terrienne. Refusant de croire en l'existence des sylvidres, il cherche à capturer Albator par tous les moyens, quitte à prendre des otages…

Scénario :

    En l’an de grâce 2977, la face du monde a bien changé. Les humains ont colonisé l’espace pour y faire des cultures et vivent depuis une vie de repos et de loisir où le travail leur est inconnu. Seul une poignée d’entre eux se sacrifie pour faire fonctionner tout ça. Le tout est dirigé par une poignée d’homme dont la première priorité est de savoir s’ils iront au golfe ou à l'hippodrome. Mais une menace plane : les sylvidres, habitantes discrètes de la terre depuis des millénaires, ont l'intention de s’installer définitivement sur celle-ci, quitte à en massacrer les habitants. Mais le capitaine Albator, chefde l’équipage de l’Atlantis, compte bien les en empêcher et se lance dans une guerre intersidérale, seul contre l’immense armada du peuple le plus puissant de l’univers. Parviendra-t-il à vaincre Sylvidra ? Que sont réellement les sylvidres ? Pourquoi veulent-elles se rendre sur terre ? Qui est le 42ème homme de l’Atlantis ? Quelle est donc cette immense sphère noire qui s’est écrasée sur la terre ?

    Un univers d’époque, mais très bien ficelée pour une oeuvre aujourd’hui culte. On retrouve beaucoup d’éléments très intéressants que l’on ne retrouvera que des années plus tard, tel que l’état de bonheur omniprésent d’une grande partie de l’humanité. Il y a beaucoup de double sens, et ce malgré l’adaptation Française d’époque. Très peu de personnages sont réellement travaillés et il y a quelques incohérences d’un point de vue stratégique, mais il y a une atmosphère vraiment particulière qui donne un goût froid et infini à cette histoire et à la légende d’Albator. Bref, malgré son âge de plus de 40 ans, cet anime a encore de beau jour devant lui. Il mérite sa légende et sa réputation.

Graphisme :

    Nous sommes en 1978. Le niveau graphique est d’époque, c’est le moins que l’on puisse dire. Tout de fois, le côté space opéra de l’œuvre fait en sorte qu’un bon nombre d'imperfection reste dans l’obscurité, si bien qu’on ne s’en aperçoit pas vraiment. Il y a évidemment quelques redondances, mais rien de bien méchant. Le design des quelques personnages graphiquement travaillés est très intéressant. Je suis tout de fois assez déçu de voir la tête “patate” de la plupart des autres personnages. Le rythme est assez lent par rapport à une œuvre actuelle, mais très bien pensé à l’époque. Les quelques flash back sont très bien conçus et font que l’on s’attache aux personnages. La version VF passe étonnement bien au vue de la qualité de beaucoup d’œuvre de l’époque.

    Les OST sont très intéressants et restent culte aujourd’hui. On peut notamment citer ceux qui ont adapté ces éléments à la France : Caravelli, Didier Barbelivien, Eric Charden (qui chantera aussi le générique VF) et Guy Matéoni.

Point noir :

    Pour moi, un seul véritable point noir subsiste dans cet anime. Je passerais bien évidement tout ce qui a attrait à son âge ou à la série elle-même. Alors que l’univers est assez froid et profond jusqu’à la fin, l’atmosphère change soudainement pour les 3 derniers épisodes. Les doubleurs VF changent tous et les OST japonais sont remplacés par une version VF. La qualité de la traduction baisse également… C’est vraiment dommage, même si la fin de l’œuvre originale reste très qualitative.

Conclusion :

    J’ai beaucoup aimé Albator 78. C’est un anime qui a marqué des générations grâce à son héros charismatique et son univers étendu SF. C’est une œuvre culte que tout fan de SF se doit d’avoir vu une fois dans sa vie.

albator78
albator78

Opening

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 21/04/2020