Blue Giant

bluegiant

Article tome 1

On parle aujourd’hui d’un de mes coups de cœur 2020 : Blue Giant !

 

La petite histoire :

    C’est un manga écrit par Shinichi Ishizuka entre 2013 et 2017, en 10 tomes chez Glénat.

    La suite a été commencé en 2016 sous le nom Blue Giant Supreme. Elle est toujours en cours avec à ce jour 8 tomes.

    Cette série n’est apparu en France qu’en 2018. Le 10ème tome devrait sortir le 15 Avril 2020.

Personnage :

    Dai Miyamoto est le héros de cette histoire. Lycéen banale, il occupe son temps à jouer au basket ou à traîner avec ses amis. Tout de fois jusqu’à sa découverte du Jazz. Dès lors, il passera la majorité de son temps à jouer du Saxophone ténor et à écouter du Jazz. Il veut devenir le meilleur Jazzman du monde. Il a une volonté et une force mental immense. C’est un ami fidèle, qui n’hésite tout de fois pas à rester seul. Il possède une excellente respiration grâce à son passé de sportif. C’est un personnage incroyable dont la simple évocation du nom donne des frissons. Il a une aura puissante et retentissante.

    Mitsuhaki est le meilleur ami de Dai. Basketteur lui aussi, il s’intéresse à différents style de musique, mais manque trop souvent de persévérance pour s’y investir. Il est très attaché à Dai et est prêt à tout pour le défendre. C’est quelqu’un de curieux et d’ouvert.

Scénario :

    Dai est un lycéen banale. Mais alors que sa saison de basket se termine tristement, son ami Mitsuhaki lui fait découvrir un genre peu commun : le Jazz. Notre héros subit un électrochoc et décide sur un coup de tête d’acheter un Saxo et de s’entraîner comme un dingue jusqu’à devenir le meilleur Jazzman du monde. Il n’a aucune connaissance en solfège, ni même en musique en général. Tout de fois, il possède un son puissant qui va saisir celui qui l’écoute jusqu’au fond de ses tripes. Parviendra-t-il à atteindre son rêve ? Infectera-t-il sa passion du Jazz à ceux qui l’entoure ?

    J’ai lu beaucoup de manga de musique. Parmi tous ceux que j’ai lu, Blue Giant se démarque particulièrement. Déjà, il choisit de s’attaquer au Jazz, un genre tout sauf populaire. Ensuite, il nous présente un personnage unique, doué de sa seule âme. Seul le jazz brise la banalité de notre héros. Tout de fois, j’ai été le premier étonné lorsque j’ai senti mon âme vibrer au son de Dai. Ce manga va chercher la fibre Jazz du lecteur et en arrache les émotions une à une. La façon dont il est pensé est plutôt original, très proche d’un biopic. C’est vraiment incroyable.

Artiste cité :

    Il y a beaucoup d’artiste qui sont cités dans cette œuvre. Pour avoir eu un véritable déclic après avoir lu ce tome, je me dois de vous simplifier la tâche en retranscrivant ici-bas les noms de ces fameux génies qui ont inspiré Dai.

  • Miles Davis
  • Charlie Parker
  • Bill Evans
  • Chris Potter
  • John Coltrane
  • Thelonious Monk
  • Clifford Brown
  • ou encore la chanson The Girl from Ipanema

Graphisme :

    Le niveau graphique est difficile à juger. Le style graphique est très personnel et inspiré d’autre mangaka qui ont commencé leur carrière dans les années 80/90 tel Naoki Urasawa (auteur de Monster et 20th Century Boys). Ainsi, le design est en grande partie basé sur un trait très fin et parfois presque raturé, laissant apparaître un certain nombre “d’imperfection”. Comme dans la plupart des manga dont le thème est la musique, une attention particulière est donné aux instruments. Côté design des personnages, il n’y a pas grand chose à dire. Dai est un personnage comme les autres, sans aucune autre distinction physique que son aura et son saxo. Il y a assez peu de trames de fonds travaillés, mais ces dernières sont souvent en accord avec le scénario pour mettre les personnages en avant. Les effets graphiques sont brutes et directs, mais terriblement efficace. Le côté flash back de l’œuvre est exceptionnel.

    La couverture est vraiment génial, donnant un côté suave et original au manga, tout en conservant son atmosphère. C’est du très bon travail.

Point noir :

    J’attendais un peu plus d’originalité sur la couverture cartonnée.

    Je suis contient que ce manga ne plaira vraiment pas à tout le monde, que ce soit à cause de son design ou de son thème…

Conclusion :

    J’ai eu un immense coup de cœur pour Blue Giant ! Un coup de cœur Jazz qui m’a fait frissonner et pleurer du début à la fin de ce tome. C’est une œuvre exceptionnelle que je conseille très fortement aux fans de manga musicaux ou de seinen orignaux.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire