Mayo Chiki !

mayochiki

Article

Alors, aujourd’hui on parle de Mayo Chiki !, un animé qui mélange un ecchi soft et agréable à une romance et une relation maitresse/majordome.

 

La petite histoire :

Cette histoire est à l'origine un Light Novel écrit par Hajime Asano et sorti en 2009. Le novel s'est arrêté en 2012 après 12 volumes.

L'histoire à ensuite été adapté en manga par Niito entre 2010 et 2014 avec 7 tomes (c'est rare pour une petite adaptation).

En 2011, Mayo Chiki! est adapté en un animé de 13 épisodes qui n'est pas licencié en France.

Personnage :

Alors, d’abord les personnages.

En premier, le héro de l’histoire : Sakamatchi Kinjiro, un simple lycéen à lunette qui à la particularité d’avoir la phobie des femmes. C'est-à-dire qu’à chaque fois qu’une femme le touche, il saigne du nez, ce qui n’est pas très pratique.

Ensuite, nous avons le second personnage le plus important qui est au centre même du scénario : Konoe Subaru, une fille travestie en majordome avec un caractère assez sérieux et un complexe de sa véritable apparence de fille. C’est clairement LE personnage de l’animé et de loin (à mon sens) la fille la plus mignonne de l’animé. Un alliage entre le sobre du majordome, du karaté et un uniforme féminin.

Bref, viens ensuite Suzutsuki Kanade, la fille héritière d’une riche famille, maîtresse de Subaru et qui tire toutes les ficelles dans l’ombre. On ignore son penchant amoureux, mais on la ressent comme un peu sadique sur les bords, notamment avec Subaru. Elle est prête à tout pour arriver à ses fins et c’est justement ce qui fait tout son charme. Elle s’est décidée de guérir Kinjiro de sa Gino phobie.

Viens ensuite d’autres perso secondaire, comme Kureha, la sœur de Kinjiro, une fan absolue de catch. Konoe Nagare, le père de Subaru hyper protecteur ; Usami Masamune, une fille un peu tordu en pleine contradiction avec elle-même, ou encore Narumi Nakaru, la spécialiste du Boys Love avec une obsession pour les lunettes.

Scénario :

Maintenant, pour le scénario, on peut dire que c’est un mix entre le classique et une originalité pointu. Kinjiro, par hasard, découvre le secret de Konoe Subaru. Alors qu’il se fait littéralement massacré (un mort ne parle pas), Kanade intervient, sauve Kinjiro et décide de le guérir de sa phobie. Elle fait tout pour rapprocher Subaru et Kinjiro et dirige ainsi tout les évènements durant la grande majorité de l’animé.

Les personnages sont bien construits et ont tous une histoire particulière qui pourtant n’écrasent en aucun cas les personnages principaux. C’est vraiment très bien construit et ça permet d’en profiter un maximum.

Le rythme et le scénario sont bien faits, car on ressent un minimum le temps qui passe, puisque l’histoire se passe sur un laps de temps assez long. On ne se lasse pas, les scènes arrivent naturellement et suivent une certaine logique. Le tout est très agréable et évite les overdoses de personnage ou de scène semblable.

Les scènes de ecchi sont bien construite et placé de façon à s’intégrer parfaitement dans le scénario.

Graphisme (ma vision de l'époque) :

Les graphismes sont bons en général, mais ils le deviennent particulièrement pendant les scènes de ecchi ou de combat.

Points noirs :

Je n’en vois que deux. Tout d’abords la fin, notamment le dernier épisode qui est à mon sens mal placé. Ensuite, un animé de cette qualité aurait largement mérité une saison 2.

Conclusion :

En résumé, cet animé allie avec talent la romance, le quiproquo des genres et les scènes de ecchi et de combat. Je le conseil vraiment à touts les fans du genre ou à ceux qui veulent s’initier aux ecchi.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 02/07/2018