La mélancolie de Haruhi Suzumiya

lamélancoliedeharuhi01

Article

Aujourd’hui on s’attaque à un animé pas comme les autres : La Mélancolie de Haruhi Suzumiya !

 

La petite histoire :

    Cette série est à l’origine un Light Novel écrit par Nagaru Tanigawa entre 2003 et 2011. Il y a 11 volumes et le début de l’histoire (c’est tout ce que j’ai pu trouver) est publié chez Hachette.

    Il y a eu beaucoup d’adaptation manga, mais la plus connu est sorti en 2005 et s’est arrêté en 2013 après 20 tomes. Ce manga est publié en France par Pika. Il y a en tout 31 tomes d’adaptation et certaines sont encore en cours.

    C’est là qu’on arrive à la partie compliqué de cette série : l’animé. La première saison est sorti en 2006 et compte 14 épisodes. Jusque là tout va bien. Mais en 2009, c’est au tour de la saison 2 de sortir. Seulement l’ordre des épisodes de la saison 2, en plus de reprendre les 14 épisodes épisodes de la première, ne suis pas l’ordre chronologique. Au Japon, la série a été diffusé dans l’ordre chronologique, mais l’œuvre “original” est resté dans son sens de sortie. Bref, c’est de là que vient le bordel pas possible pour trouver les épisodes dans le bon sens. Donc en fonction de si vous regardez une version dans l’ordre de diffusion ou dans l’ordre du DVD, l’histoire sera plus ou moins facile à suivre. En France, l’animé est licencié par Kazé.

    Il y a également eu un film animé : La disparition de Haruhi Suzumiya, sorti en 2010 et qui dure tout de même 2h30.

    Enfin, cette histoire a été plusieurs fois adapté en jeux-vidéo. 8 fois entre 2007 et 2011, et sur différente plateforme allant de la PSP à la Wii en passant par la PS3.

Personnage :

    Cette série est construite autour de 5 personnages principaux, entourés par quelque personnages secondaires plus ou moins important.

    Le héro et narrateur de cette histoire s’appelle Kyon. On ne connaît pas son vrai nom, mais tout le monde l’appel comme ça. C’est un type banale embrumé dans sa banalité qui se contente d’approcher l’étrange en essayant de ne pas se mouiller. C’est un râleur qui malgré tout se laisse faire la plupart du temps. Il est très proche d’Haruhi Suzumiya, mais a un faible pour la jolie Mikuru.

    Haruhi Suzumiya est une fille excentrique, autoritaire et un peu fole. C’est le centre même de cet animé. Elle est doué en tout, mais trouve que tout est bien trop simple. Elle rêve de surnaturel, mais ne se doute pas de ce qui se passe. En faite, elle peut modeler le  monde à sa convenance, mais n’en à pas conscience. Il découle souvent de ses actions des réflexions anthropologique sur le monde.

    Yuki Nagato est une fille calme et effacée qui était dans le club de littérature. Haruhi se sert souvent d’elle comme bouche troue. Il s’agit en faite d’un extraterrestre aux capacités démentiels venu sur terre pour observer Haruhi. Elle semble assez proche d’Itsuki, mais ne communique pas beaucoup. J’aime bien ce personnage personnellement.

    Mikuru Asahina est une fille plein d’entrain que Haruhi a obligé à intégrer son club. Elle n’a pas beaucoup de personnalité et se retrouve souvent à jouer la mascotte pour Haruhi. Elle est très proche de notre personnage principal, qui est bien le seul à tenter de la défendre. C’est une fille plutôt agréable en dehors de ça. C’est en faite une visiteuse du futur envoyée par ses confrères pour assurer l'existence du futur.

    Itsuki Koizumi est un un psion, un humain doué de super pouvoir. Il fait parti d’une organisation secrète nommé l’agence. Il se charge de détruire les mini-dimensions parallèle créé par Haruhi. C’est un personnage plutôt étrange qui, dans son intérêt, est prêt à sacrifier ses compagnons pour éviter l’ennuie d’Haruhi. Il s’entend en général assez bien avec tout le monde, mais Kyon ne semble pas l’apprécier plus que ça. Ses manières sont parfois un peu étranges…

    Voilà pour nos personnages principaux. On peut dire que c’est original ! Ils sont en général plutôt profond et même s’ils n’ont pas toujours un passé très influent, ils ont tous une personnalité et une façon de voir les choses qui leur est propre.

Scénario :

    Haruhi est une fille excentrique que tout le monde au lycée évite. Kyon est assis juste devant elle. Le hasard les rapproche doucement, mais rien de bien incroyable. Jusqu’à ce qu’elle décide de créer un club : la brigade SOS. Son but : prouver et étudier les phénomènes surnaturel en tout genre. Le club est créé en deux temps trois mouvements. Notre boule d’énergie embrigade Yuki, qui était à l’origine dans le club de littérature. Elle enlève ensuite Mikuru pour en faire la mascotte du club. Elle lui fait ensuite revêtir des cosplay qui vont de la soubrette à la Bunny Girl. Itsuki intégrera ensuite le club de son plein grès. C’est alors que nos aventures commence. Kyon se rend compte que ses compagnons ne sont pas normaux. Très vite, il se retrouve embarqué dans des univers empruntés à la SF aux antipodes de ses convictions de vie. Tout cela semble créé par Haruhi, qui serait une sorte de déesse autour duquel graviterait le monde. Tout se baserait sur ses désir. Mais alors, puisqu’elle souhaite être en relation avec un psion, un visiteur du futur et un extraterrestre, pourquoi veut-elle être en relation avec lui, qui est complètement ordinaire ?

    Le scénario est un peu rocambolesque, mais il est loin d’être stupide ou hasardeux. Il finit par poser des questions digne d’un cours de philosophie, même si on est encore loin de l’animé d’anticipation. Au final, c’est plus la relation entre Kyon et ses compagnon qui fait office de fil rouge. On trouve tout de même des éléments vraiment intriguant comme des épisodes répétitif où les mêmes scènes reviennent légèrement différentes… Nos personnages réussiront-ils à éviter une catastrophe mondial ?

Graphisme :

    Pour l’année de sortie, cet animé est plutôt bon. Le design des personnages est plutôt bien choisi et même les quelques personnages secondaires sont facile à identifier. Les trames sont bien faites et la qualité général est plus que satisfaisante.

Point noir :

    Je peux trouver plusieurs choses à redire sur cet animé. Déjà, le fait que les épisodes ne soit pas chronologique est parfois vraiment embêtant pour trouver dans quel ordre les choses se passent...

    Ensuite, certains éléments scénaristique rende certaines période de cet animé un peu longue, voir pénible.

    Enfin, le premier opening un peu fleur bleu donne un aspect Shojo alors que cet animé n’en a que le nom. A mon sens, le deuxième opening n’est pas bien meilleur que le premier…

Conclusion :

    Cet animé m’a beaucoup fait rire. Il est très intéressant, mais j’ai peur que beaucoup le trouve un peu incompréhensible à cause de son montage. Je le conseil à ceux qui aiment le “school life” et les histoires atypiques.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire