Prison School

prisonschool01

Article Tome 1

Aujourd'hui on s’attaque à un manga très particulier : Prison School !

 

La petite histoire :

    Ce manga est écrit par Akira Hiramoto entre 2011 et 2017. Il compte 28 tomes et est publié chez Soleil Manga.

    En 2015, il est adapté en anime. 12 épisodes et 1 OAV voient le jour et son licencié par Crunchyroll.

    A peine un mois après la fin de l’anime, une série drama de 9 épisodes arrive à son tour.

    Notre Mangaka, Akira Hiramoto, est également connu pour ses séries Agonashi Gen to Ore Monogatari (1998 - 2009) et Me and the Devil Blues (2004 - 2008, 2014 - en cours et publié chez Kana).

Personnage :

    D’un point de vue strictement “casting”, on a l’impression d’être dans n’importe quel school life… Mais c’est loin d’être le cas.

    Fujino Kiyoshi, dit “Kiyoshi”, est le héros de cette histoire. Plein de bon sentiment, c’est un peu le niait de la bande. Il n’est pas plus pervers que la moyenne des hommes, mais il est souvent entraîné par ses compagnons. Il a parfois des pulsions de courage presque étonnante.

    Morokuzu Takehito, dit “Gakuto”, est celui qui est le plus proche de Kiyoshi. C’est quelqu’un de très intelligent. Grand passionné par les Trois Royaumes, c’est un maître en stratégie qui n’hésite pas à s'investit pleinement dans ce qu’il fait. C’est un pervers notoire qui préfère observer que de se risquer. J’ai un énorme coup de cœur pour ce personnage.

    Wakamoto Shingo, dit “Shingo”, est un ami de Kiyoshi. C’est le beau gosse du groupe. Il est d’une nature assez colérique et n’est pas très à l’aise avec les filles. C’est lui aussi un pervers notoire.

    Andou Reiji, dit “André”, est un pervers masochiste à l’état pure. Pas méchant pour un sou, il se laisse emporter par le groupe et il en est bien content.

    Nezu Jouji, dit “Jô”, est un personnage étonnant. Souffrant d’un asthme sévère, il tousse du sang à longueur de journée et se cache en permanence sous sa capuche. Il adore les fourmis. C’est lui aussi un pervers. J’aime beaucoup ce personnage.

    Kurihara Chiyo est une lycéenne souriante et toujours de bonne humeur. Très jolie et très gentille, elle s’intéresse à tout le monde. Elle est passionnée par le sumo.

    Kurihara Mari est la présidente du BDE (le conseil clandestin des élèves). C’est une fille froide et autoritaire qui déteste toute idée perverse et par extension tous les hommes. Elle est également la fille du proviseur et la grande sœur de Chiyo. Elle adore les corbeaux.

    Meiko Shiraki est la vice présidente du BDE. Très athlétique et dotée d’un corps pulpeux, elle ne se sépare jamais de sa cravache, qu’elle utilise à la moindre occasion (surtout sur Gakuto). Elle est plutôt sadique, mais semble avoir une crainte de la présidente du BDE.

    Midorikawa Hana est la secrétaire du BDE. Elle a une apparence assez juvénile, mais c’est en faite une des meilleurs karatéka du Japon. Elle passe souvent d’une mignonnerie surprenante à une colère violente en quelques instants.

    Voilà ! Nos personnages sont plutôt profond et originaux. J’ai vraiment eu un coup de cœur sur leur construction, aussi bien graphique que conceptuel.

Scénario :

    Le lycée Hachimitsu accueille pour la première fois des élèves masculins. Mais il n’y a que 5 nouveaux élèves masculins. Pas vraiment à l’aise avec la gente féminine, nos personnages remarquent vite que toutes les filles les ignorent. Mais ils ignorent qu’il s’agit en faite d’un ordre du BDE.

    Kiyoshi fait plus ample connaissance avec Chiyo grâce à la gomme sumo que lui a donné sa mère. Ils finissent par convenir d’un rendez-vous pendant le week-end pour aller voir une compétition entre étudiant.

    Mais nos 4 autres personnages décident que si les filles ne viennent pas à eux, c’est eux qui iraient aux filles. Ils montent une opération de voyeurisme dans les bains, Gakuto en tête. Mais tout ne se passera pas aussi bien que prévu et notre joyeuse troupe finira dans la prison du lycée, condamné à un mois de rétention par le BDE. Nos héros s'échapperont-ils ? Survivront-ils aux conditions de travail ? Kiyoshi réussira-t-il à aller retrouver Chiyo pour son rendez-vous ?

    Il y a plusieurs écrans sur ce scénario. D’un côté, cela semble être un scandale assez simpliste doublé de situations cocasses, mais la situation est en faite bien plus complexe. Nous vivons également la romance sourde de Kiyoshi et ses résolutions, ainsi que la vision décalée et drôle de part la perversion de nos personnages. Nous en arrivons petit à petit à une sorte de version School Life et ecchi deDeath Note, le tout agrémenté d’une bonne pincée d’humour.

Graphisme :

    Le niveau graphique général est très bon. Les trames de fond sont en général très intéressantes et bien pensés. Le design des personnages est particulièrement bien choisi et conçu. Mais l’aspect le plus intéressant, c’est que l’on passe souvent de planches plutôt aérés et légère à des planches de style réaliste, très marquées et très forte. Les scènes de ecchi sont de très bonnes qualités et amenées de façon intelligente et subtile.

Point noir :

    J’ai ici la même réflexion que pour l’anime. Le sujet est vraiment très spécialisé et ne plaira pas à tout le monde. Il réduit grandement la porté de ce manga et explique sans aucun doute pourquoi il n’est pas si connu que ça…

Conclusion :

    J’ai vraiment adoré Prison School. C’est un excellent seinen, qui compile les genres ecchi, thriller psychologique et humour. Je le conseil vivement aux fans de seinen et de ecchi.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire