Negima ! Le maître magicien

negima01

Article tome 1

Aujourd’hui on s’attaque à une oeuvre qui a fait scandale même au Japon : Negima ! Le maître magicien !

 

La petite histoire :

    Nous retrouvons notre mangaka Ken Akamatsu, qui, un an après avoir terminé Love Hina se lance dans un nouveau projet : Negima !

    Si vous voulez en savoir plus sur Ken Akamatsu, je vous invite à faire un tour sur mon article sur les premiers tomes de Love Hina, j’ai plutôt bien résumé…

    Pour en revenir à Negima! ce manga sort en 2003 et se continue jusqu’en 2012 où il se terminera avec 38 tomes au compteur !

    Ce manga a été adapté deux fois en animé ! (Même si une bonne partie de l’adaptation semble plutôt être des OAV…) Il aurait également été adapté en tokusatsu (drama avec beaucoup d’effet spéciaux souvent de mauvais goût…) en utilisant une mise en abîme dans un drama à la magical girl appelé Maho Shojo Biblion. Enfin, il y a eu pas mal d'adaptation en jeux vidéos...

    Passons à la parti la plus intéressante ! Ce manga à fait scandale dès sa sortie et ce même au Japon, le pays qui ne connaît pas l’impossible. En faite, tout part d’une ressemblance totalement assumé par l’auteur entre l’univers de Negima et un bon nombre d’élément d’une série de roman en vogue : Harry Potter. Ken est accusé de plagiat dès le début et ce jusqu’à la fin, mais il tient bon et continue à travailler malgré tout ! Deuxième polémique : Negi est un garçon de 10 ans (soit dit en passant, comme Harry au début de la saga) et il est entouré par des collégiennes en dernière année (l’équivalent de la 4ème chez nous, car le collège ne dure que 3 ans au Japon, alors que le lycée dure 4 ans). Non seulement les situations ecchi passent plus mal, (dans Love Hina, la plupart des filles étaient majeurs, c’étaient plus simple…), mais la notion de romance est beaucoup plus dure à accepter, surtout entre une collegienne et un prof qui doit avoir la 40ène… Bref, Negima a beaucoup été critiqué, mais Ken Akamatsu est allé jusqu’au bout et a tenu 9 ans !

Personnage :

    Ça se complique… Je ne vais vous présenter que 6 personnages, mais il y en a beaucoup plus…

    Le héro de cette histoire s’appelle Negi Springfield. Il a 10 ans et rêve de devenir Magister, une sorte de magicien bienfaiteur du monde. Il est très intelligent dans son domaine, mais reste un gamin malgré tout. Il s’attache très vite aux gens avec qui il vit et se démarque par sa maladresse. Il devient prof un peu par hasard, mais malgré son peu de motivation, il cherche à faire de son mieux.

    Asuna Kagurazaka est une des premières filles que notre jeune prof rencontre. Elle est agressive et déteste les enfants. Elle semble avoir une histoire familiale compliquée et est en faite beaucoup plus courageuse qu’elle ne le laisse paraître. Pourtant, elle est bête et est même intégré à un collectif de dernière de la classe : les Baka Ranger ! Elle est amoureuse d’un de ses professeurs : Takamichi Takahata.

    Konoe Kanaka est une fille très calme et très gentille. Elle est la meilleure amie d’Asuna, mais a était élevé comme sa sœur. C’est une fille très intelligente, mais un peu naïve. C’est la fille du directeur de l’école et elle n’hésite pas à se servir de ça quand elle en a besoin. C’est un personnage agréable.

    Miyazaki Nodoka est une collégienne à la timidité maladive. Passionnée par les livres, elle se retrouve proche de Negi par hasard. Elle ne parle pas beaucoup, mais semble avoir tendance à aimer facilement les gens autour d’elle. C’est une fille très agréable et un personnage que j’aime beaucoup personnellement.

    Yukihiro Ayaka est la déléguée de la classe. C’est la rivale d’Asuna avec qui elle passe son temps à se battre. Elle semble tout de fois un peu plus intelligente que notre héroïne. Elle est particulièrement attiré par Negi, ce qui donne lieux à des scènes un peu étrange…

    Takamichi Takahata est l’ancien professeur de la classe d’Asuna et Co. C’est un bon prof, et c’est sans aucun doute sa façon de procéder qui lui vaut l’amour de certaines des ses élèves. Il est très protecteur avec Negi qu’il semble considérer comme un ami malgré son âge. C’est peut-être le personnage le plus “normal” de cette série.

    Voilà ! Je suis désolé de ne pas plus détailler, mais ce manga possède une particularité sur ce point : il n’y a pas de figurant ! Alors que les autres manga du genre se contentent de placer 5/6 personnages principaux ou secondaires entre tout un tas de figurant, Ken Akamatsu a créé plus de 30 personnages avec une importance variable, mais des caractéristiques propres ! Du jamais vu !

Scénario :

    Comme je l’ai expliqué, Negi veut devenir Magister. Pour ça, il doit passer une dernière épreuve, devenir prof d’anglais (puisqu’il est anglais) dans un collège au Japon pour quelques mois alors qu’il n’a que 10 ans. Il fait alors la connaissance d’Asuna, qui lui montre tout de suite qu’elle déteste les gamins. On comprend tout de suite qu’elle est amoureuse de son prof. Par la suite, elle apprend la situation et pique une crise, mais c’est encore pire quand elle apprend que Negi va dormir chez elle et Konoe.

    Je vous passe les détails, mais les premiers cours de Negi sont désastreux. Personne ne le prend au sérieux. Pourtant, il fait ce qu’il peut pour aider ses élèves et va même jusqu’à utiliser la magie pour essayer d’aider les amours d’Asuna, sans pour autant que ce soit très glorieux. Réussira-t-il à obtenir le respect de ses élèves ? La romance viendra-t-elle mettre son grain de sel là dedans ?

    Bon, il y a pleins d’aspect vraiment étrange dans cette histoire. Déjà, beaucoup des filles ont des Shotacons (la version masculine des Lolicon). Elles trouvent donc Negi super mignon et le fait qu’il n’ait aucune concurrence dans cette école pour fille renforce l’impression un peu bizarre qu’on a. Après, le scénario crée volontairement un grand nombre de quiproquo un peu ecchi qui d’un point de vue purement éthique peuvent être regardé d’un œil un peu dure. Malgré tout ça, ce manga est drôle ! On retrouve les quiproquo, les embrouilles et les emportements made in Ken Akamatsu !

Graphisme :

    Le design des élèves est plutôt représentatif d’une école normal ! Toutes sont à la fois semblable et différente, c’est très intéressant. Ensuite, on peut remarquer de nombreuses trames de fond plutôt riche qu’on aurait jamais vu dans Love Hina par exemple. Le cadre est bien plus grand et ça donne des scènes bien plus compliqué à gérer, surtout au niveau du placement spatial. On retrouve dans certains personnages des aspects des personnages des séries précédentes, ça fait toujours plaisir quand on a aimé Ai Non-Stop et Love Hina ! Que dire d’autre… Il y a beaucoup de scène de ecchi qui sont assez réfléchi et un peu plus ambitieuse que de présenter une fille avec des seins énormes. On trouve même quelques scènes où nos héroïnes vivent leurs heures de gloire !

    Dernier point positif, Ken Akamatsu parle des étapes de construction, comme il l’avait fait dans ses précédents mangas. C’est très instructif et aide pas mal à saisir l’univers et les personnages.

Point noir :

    Il y en a plusieurs. Déjà, il y a beaucoup de personnage et c’est impossible de tous les connaitre dès le début de l’histoire. C’est notamment à cause de tous ces personnages que beaucoup de scènes semblent un peu fouillis…

    Enfin, l’idée de romance entre un prof de 10 ans et une collégienne de 13/14 ou entre une collégienne et un prof de 30 ans peut en gêner plus d’un (et ce sera totalement justifié).

Conclusion :

    J’ai bien aimé ce manga, même si je le trouve un peu bizarre. Malgré son cadre un peu étrange, il reste très drôle. Je le conseil donc aux fans de ecchi qui ne seront pas dérangé par son univers et aux fans de shojo dont l’esprit est le plus ouvert.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire