L-DK

LDK01

Article Tome 1

Aujourd’hui on parle du shojo L-DK écrit par Ayu Watanabe depuis 2009 et qui à obtenu une adaptation LIVE ( film ) en 2014. Nous parlerons du tome 1 !

Scénario :

Alors, pour faire simple, Shusei est LE beau gosse de son lycée. Il a aussi le caractère légendaire qui va avec : c’est un véritable salopard avec les filles. Il a rembarré salement Moe, qui était tombé amoureuse de lui. Et c’est là que commence l’histoire ! Aoi, la meilleur amie de Moe, va voir Shusei pour l’engueuler et c’est ainsi qu’ils font connaissance.

Quelques temps plus tard, son nouveau voisin sonne à sa porte et surprise : Shusei se ramène, tout fier et blasé ! Après quelques péripéties (je vous passe les détails), Aoi entend un bruit étrange dans l’appartement de son voisin et décide d’aller voir. Elle se rend compte qu’il est mort de faim et décide de le nourrir. (Car il vit seul, mais ne sait pas cuisiner… ^^’) Après un regrettable accident, le dispositif anti-incendie s’active et ravage l’appartement traditionnellement japonais du lycéen. Il doit donc attendre la fin des travaux et n’a donc plus de logis. Pour éviter les complications avec se parents, Aoi décide de l’aider et sur un malentendu plutôt bien fait, Shusei s’installe chez sa voisine. C’est là que l’histoire commence réellement, car il s’agit pour la jeune fille de cacher sa « relation » avec son voisin, véritable super star dans son lycée, alors qu’il n’a absolument pas l’intention de s’en cacher. Le scénario de base est plutôt classique et on passe malheureusement un peu vite du stade où Aoi déteste son voisin à celui où elle tombe amoureuse. Ça reste tout de même une bonne base qui donne au manga de grandes possibilités pour la suite.

Personnages :

Aoi est en soit un personnage assez simple. Elle vit la peur, la honte, les doutes, la colère et les sentiments comme n’importe qui. Si il y a un personnage que l’on pourrait passer du côté des figurants, c’est bien elle. À l’inverse, Moe, qui n’est pourtant qu’une figurante, possède une façon de penser semi-paradoxale vraiment intrigante et mériterait d’être plus mise à l’épreuve. Enfin, Shusei est un personnage lui aussi assez standard, même s’il possède tout de même une originalité : les filles l’ennuie et il les trouve inutile et inintéressantes. Il a un comportement toujours assez subjectif, et un passé plus complexe qu’il n’y paraît, surtout sentimentalement. On estime qu’il s’intéresse à Aoi parce qu’elle le déteste, tu du moins au début. Serait-il du genre à apprécier la conquête des filles qui ne lui tombent pas tout de suite dans les bras ?

Graphismes :

Honnêtement, si le manga à un point fort, c’est bien celui-là. Les premières pages sont clairement ratées, surtout au niveau de Shusei. Par contre, le manga est truffé de petites techniques qu’on ne retrouve habituellement pas dans les premiers tomes d’un manga à l’avenir incertain. Les détails parfois placés à des endroits uniques, ainsi que la post-face sur la façon de procéder de l’auteur est également intéressante. On observe une véritable dissonance entre la couverture de l’œuvre et le contenue en général. Étonnamment, le style de la couverture s’inscrit dans les shojos traditionnel, avec des personnages particulièrement efféminé, ce qui explique sûrement la sale tête de Shusei. Le manga en lui-même, au contraire, se passe de certains codes traditionnels et permet une certaine liberté dans l’écriture. On peut sûrement l’expliquer par le processus de création de l’auteur…

Point noir :

Si ce manga à un défaut, c’est le manque d’originalité du scénario. Il est standard, mais sans grand plus scénaristique. Mais ce n’est que le tome 1, alors tout peu changer ! ^^

Conclusion :

En bref, c’est un manga assez agréable et sans prise de tête. Il est drôle, romantique sans être culcul, donc bien équilibré. Je le conseil à toutes (et tous) les fans de shojo.

LDK02

Article Tome 2

Aujourd’hui on s’attaque au tome 2 de L-DK de Ayu Watanabe.

La petite histoire :

    Je dois dire que j’ai eu du mal à trouver quelque chose d’intéressant à raconter… L-DK à commencé en 2009 et c’est terminé en 2017 au bout de 24 tomes. Alors qu’Ayu Watanabe écrit généralement des one shot ou dépasse rarement le stade du 1er tome, elle a enfin réussi à obtenir un véritable succès ! Le manga a été adapté en film live en 2014, comme quelques uns de ses précédents mangas. Elle travail en ce moment sur un nouveau manga shojo : Men’s Life qui sortira d’ici quelques mois en France.

Personnage :

    Dans ce tome, Moe disparaît totalement, mais laisse sa place à deux nouveaux personnages ! Mais commençons par un rapide rappel/mise à jour.

    Aoi est l’héroïne de cette histoire. Elle est assez simple d’esprit et amoureuse de Shusei, un autre lycéen qui vit chez elle en attendant que son appartement soit réparé. Totalement ballotté par les autres personnages, elle a bon coeur, mais se retrouve trop souvent victime ou soumise au scénario. Elle n’a pas une grande force de caractère, ce qui pourrait en faire une parfaite figurante.

    Shusei en le monsieur beau gosse du lycée. Toutes les filles veulent sortir avec lui, mais il souffrirait encore d’une ancienne histoire d’amour, ce qui le dissuaderait de ressortir avec quelqu’un. Pourtant, il fait particulièrement attention à Aoi, qu’il “martyrise” dès qu’il en a l’occasion. Il devient dans ce tome plus sensible qu’il n’y paraît, ce qui en fait un personnage un peu moins cliché qu’au début de l’histoire.

    Eri est la grande soeur de Shusei. Elle est plutôt autoritaire et n’hésite pas à mettre son grain de sel partout. On ne sait pas grand chose sur elle, en dehors du fait qu’elle enchaîne les petits amis. Elle a un physique banale, mais a une forte personnalité. Personnellement, j’aime bien ce personnage, mais elle ne gagne qu’une place de figurante sacrifié sur l'autel de l’amour entre les deux protagonistes.

    Shôta Komine est un an plus jeune que Aoi et Shusei. C’est encore un beau gosse, mais celui-ci est beaucoup moins mature que son concurrent. Il avoue dès sa première apparition son amour pour l’héroïne et est en faite un ancien camarade de Shusei. Détail intéressant, il semble légèrement troubler Aoi par sa gentillesse (tout le contraire de Shusei), rendre Shusei légèrement jaloux et connaîtrait le passé mouvementé du protagoniste.

Scénario :

    Aoi a retrouvé Shusei dans les bras d’une femme à la fin du 1er tome. On apprend ici qu’il s’agit de sa soeur : Eri (ouf !). Mais la situation se complique, car pour expliquer leurs situation, Aoi décide de faire semblant d’être la petite amie de son colocataire devant sa soeur. Évidemment, celui-ci va en profiter, créant une multitude de scènes toutes plus intéressantes les unes que les autres.

    En parallèle, entre la réapparition de Shôta et plusieurs évènements du même ordre, le passé de Shusei semble remonter à la surface. Son comportement change légèrement, ce qui n’apporte que plus à l’histoire.

    Le passé de Shusei est à mon sens le vrai point fort du scénario. On en découvre quelques brides, mais j’avoue être curieux de savoir ce qu’il s’est réellement passé et c’est surement ce qui me poussera peut être à acheter les prochains tomes.

Graphisme :

    Honnêtement, je trouve cette façon de gérer le dessin un peu étrange pour un shojo. Les personnages sont assez ordinaire, mais la façon de dessiner les scènes et les cases est très sobre. Je pense qu’il représente une façon plus mature de présenter l’amour, ce qui diffère des shojos orientés pour les plus jeunes. Les effets visuels sont bien dosé sont assez bien dosé, même si j’attendais à certains instant un peu plus “d'emballage”. Il reste bon, quoi qu’on en dise et c’est sans aucun doute ce qui lui a permis de démarrer l’histoire sur des bases solides.

Point noir :

    Bon, j’ai beau enjoliver un peu le scénario, j’avoue ne pas savoir comment tenir 24 tomes avec quelques choses d’aussi simple (rien que de le savoir me donne envie d’acheter la suite). L’originalité n’est pas là, il faut l’avouer, ce qui baisse largement en gamme cette histoire. Ensuite, la couverture, même si elle est meilleur que la précédente, est toujours loin d’égaler le contenu général du manga. Enfin, la clôture de tome 2 casse un peu le suspense des sentiments d’Aoi, ce qui est sans doute préjudiciable pour la série…

Conclusion :

    Il a beaucoup de points négatifs sur ce manga, mais il reste tout de fois très agréable à lire et satisfera un grand nombre de lecteurs et lectrices fans de shojo.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 23/05/2018