Fire Punch

Trailer

firepunch

Article tome 1

Aujourd’hui on parle du manga Fire Punch !

La petite histoire :

    C’est un manga écrit par Tatsuki Fujimoto entre 2016 et 2018 pour 8 tomes publiés chez Kaze.

Personnage :

    Agni est le héros de cette histoire. Orphelin, il vit comme il peut avec sa petite sœur Luna grâce à ses capacités de régénérations. Il a un lien extrêmement fort avec Luna. C’est quelqu’un qui aime faire tout ce qu’il peut pour aider les gens autour de lui, quitte à donner de sa personne.

    Doma est un soldat de haut rang de l’armée de Behemdolg. Il possède la capacité de produire un feu qui ne s'éteint pas avant d’avoir consumé entièrement sa proie.

Scénario :

    Nous sommes dans un futur pour le moins glacial. Depuis qu’un esper à jeté une malédiction sur le monde, un froid polaire s’est abattu sur terre et a recouvert le monde de glace. Très vite, la famine et le chaos ont ravagé la terre. Dans un petit village perdu en pleine campagne gelée, Agni et sa petite sœur Luna font ce qu’ils peuvent pour maintenir les habitants du village qui les ont recueillis en vie. En effet, ils font tous les deux parties des élus : ils possèdent des capacités surnaturelles. Ils décident donc d’utiliser leurs capacités de régénération pour nourrir le village sur le point d’être dévasté par la famine. Mais un jour, Doma et ses hommes, alors en déplacement, découvrent ce village. D’abord ‘amicaux’, ils se rendent ensuite compte que nos pauvres villageois en sont réduit au cannibalisme pour survivre. Doma décide alors de détruire de ses flammes le village et ses habitants et s’en va. Agni parviendra-t-il à survivre aux flammes pour accomplir sa vengeance ?

    ça faisait déjà longtemps que je n’avais pas lu un titre mêlant esper et post apo, et je dois bien avouer que c’est très réussi. L’univers semble vaste et construit, tout du moins de ce qu’il est possible d’en juger à partir du premier tome, le personnage principal à beau incarner “la justice”, son passé nous permet d’avoir tout de même une réelle empathie en plus d’apporter un petit côté “horreur psychologique” au titre. On a encore du mal à identifier quels seront les personnages principaux des 7 autres tomes, mais le titre se termine de façon ouverte, ce qui ne présage que du bon.

Graphisme :

    Nous sommes en 2016. La qualité est très classique pour son époque, avec un design général laissant une grande place aux traits de construction et de mouvement. Le charadesigne est finalement assez discret et simple. Les trames de fond sont peu nombreuses, mais assez qualitatives. Les scènes d'action sont généralement très courtes et manquent encore un petit peu de punch. La partie gore du titre est très bien représentée.

    La couverture est excellente, même si elle donne un côté shonen à une oeuvre bien plus mature.

Point noir :

    Ce titre est extrêmement violent. D’un point de vue psychologique bien plus que du côté image finalement. Avec son nom très “shonen” et le bandeau avec la recommandation de One, l’auteur de One Punch Man, j’ai peur que beaucoup l’associent à ce dernier et ne se retrouvent choqués par le contenu.

Conclusion :

    J’ai beaucoup aimé Fire Punch. C’est un excellent seinen qui met en branle une formidable machine à vengeance. Reste plus qu’à découvrir la suite. Je conseille aux fans de seinen post apo d’il y a une bonne dizaine d'années.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire