Comme Elles

commeelles

Article tome 1

On parle aujourd’hui du shojo manga Comme Elles !

 

La petite histoire :

    Ce manga est sorti entre 2004 et 2008 pour 13 tomes, dessiné par Fujisue Sakura et publiés chez Delcourt Tonkam Akata.

Personnage :

    Kanori Sakashita est une des héroïne de cette histoire. C’est une lycéenne ordinaire qui a déjà vécu un échec sentimental. Depuis, elle est plutôt méfiante avec les garçons et hésite à avoir à nouveau un copain. Sa meilleure amie est Kazumi Sakagami. C’est une fille plutôt équilibrée qui s’inquiète pour son amie.

    Kazumi Sakagami est la seconde protagoniste. C’est une fille frivole et naïve qui tombe facilement amoureuse. Lunatique, elle n’accepte pas les remarques, même quand c’est pour son bien. Ce n’est pas quelqu’un de très agréable...

    Kôta est un jeune étudiant sympathique. Meilleur ami d’Ena, il n’aime pas vraiment sa façon de procéder avec les filles. Il semble avoir un passé trouble.

    Ena est un jeune étudiant qui enchaîne les conquêtes, couche avec, puis les laisse de côté jusqu’à qu’il y trouve à nouveau de l’intérêt. Il n’a pas vraiment de respect pour la gente féminine et se contente de s’amuser.

Scénario :

    Kanori et Kazumi sont voisines de classe au lycée. Très vite, elles deviennent les meilleurs amies du monde et décident de participer à un gokon ensemble (réunion entre célibataires fille/garçon). Pendant la soirée, Kazumi jette son dévolu sur Ena, tandis que Kôta drague Kanori, sans tout de fois parvenir à la séduire. Ena et Kazumi terminent la soirée ensemble, en “privée”. Pendant ce temps, Kôta parvient tout de même à raccompagner la belle jusqu’à chez elle et à prendre ses coordonnées pour la revoir. Finalement, Kanori finit par accepter de sortir avec Kôta. Mais la fidélité parfois douteuse aussi bien au passé qu’au présent de nos deux chevaliers pourrait bien mettre en péril l'amitié entre Kanori et Kazumi…

    Wikipedia décrit cette histoire comme “encrée dans la société d’aujourd’hui et traite de ses problèmes”. Franchement, je ne vois pas où. Moins qu’une histoire d’amour ou qu’un récital à la souffrance comme le fait si bien le manga Nana, Comme Elles se contente de recenser des bouts d’histoires très souvent terminés par des parties de jambe en l’air, le tout dans un romantisme réduit, voir parfois inexistant. Mais je reviendrais sur ce sujet. Seul partie intéressante du scénario : le passé de Kôta sous forme de flash back et la relation entre nos deux protagonistes.

Graphisme :

    Le style est ultra épuré. Graphiquement d’un niveau moyen, voir bas, le design des personnages les rends souvent disgracieux sans la moindre raison. Les trames de fonds sont quasi inexistantes et les seuls scènes vraiment réussies sont celles de lit.

    Il y a pas mal de texte de l’auteur qui sont eux très intéressants.

Point noir :

    Revenons sur le scénario. Je n’ai vraiment apprécié cette histoire et je m’explique. Non seulement il se contente de retranscrire un enchaînement de conquête, mais il laisse entendre que tous les hommes ne pensent qu’à coucher, qu’ils sont incapables d’être fidèles et qu’ils sont prêt à faire du forcing pour avoir ce qu’ils veulent. Je ne parle même pas du fait que des collégiens passent pour des adultes et parviennent à coucher avec des étudiantes (ce qui est illégale, au Japon comme ailleurs…).

    Avoir des personnages qui couchent ensemble n’est pas gênant. Mais le fait que la majorité des lycéens (voir collégiens) soient présentées comme ayant des relations sexuels alors que l’histoire se passe au Japon et que c’est très loin d’être une réalité (même chez les adultes), je trouve que c’est un peu too much...

    Graphiquement, l’œuvre est simpliste et souvent disgracieuse. Si certains aime le style, je n’y trouve personnellement aucun intérêt. Le style de l’auteur est certes particulier, mais il n’est pas mis en valeur… Loin de là !

    Un problème que j’ai rencontré lors de ma première lecture : les personnages sont peu nombreux, mais le design des personnages est suffisamment mauvais pour qu’on confonde les héroïnes avec d’autres personnages…

    L’histoire courte Sentimental Gold est publiée à la fin de ce manga. Scénaristiquement légèrement plus acceptable, elle est graphiquement encore plus attaquée par le style de l’auteur…

    La couverture est à mon sens ratée. Elle ne représente pas le style du manga, sans tout de fois être belle...

Conclusion :

    Je ne pense pas avoir besoin de continuer plus. Vous l’aurez compris, Comme Elles n’a pas grand chose pour lui. C’est un shojo manga qui manque de profondeur, n’a aucune vision du romantisme et voit les hommes comme des prédateurs. Je ne conseille pas ce tome.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire