Biorg Trinity

Biorg trinity 1

Article tome 1

Aujourd’hui on parle du dernier manga dessiné par Oh! Great (Ogure Ito) : Biorg Trinity.

 

La petit histoire :

    Déjà, il faut savoir que Biorg Trinity, comme de plus en plus de nouveau manga, possède deux auteurs : le dessinateur et le scénariste. Ainsi, Oh! Great est le dessinateur, connu pour ses oeuvres Enfer et Paradis et Air Gear, tandi que Otaro Maijo est le scénariste, considéré comme l’un des meilleurs romancier du japon et connu pour son roman policier Smoke, Soil, and Sacrifices. Le manga est sortie en 2012, juste après la fin de Air Gear, mais toujours pas d’animé prévu.

Principe :

    L’histoire se passe dans le futur (>2025). Depuis les années 2000/2010, une étrange maladie se propage : le bio-bug. Pour une raison inexpliqué, des troues étranges apparaissent sur les mains de certaines personnes. Ces trous permettent à ceux qui les possèdent de fusionner avec ce qu’ils veulent. Mais ils sont soumis à certaines règles naturels qu’il ne vaut mieux pas ignorer.

Personnage :

    Il y a 4 personnages principaux dans ce tome : Fuji, Hosaka Shoji, Kiwako et Enomoto Fumiho. Commençons par le début et parlons des héros de l’histoire.

    Fuji est un lycéen comme les autres. Ou presque, car il possède des bio-bugs. C’est un personnage assez complexe qui ne vie que pour l’amour de sa camarade de classe Enomoto Fumiho, ce qui le pousse vers un comportement parfois Yandere. Il est plutôt timide en général et particulièrement en amour. Il vit une sorte de rivalité avec Hosa et porte une affection particulière à Kiwako qu’il considère comme sa confidente.

    Hosaka Shoji a le même âge que Fuji. Mais contrairement à lui, il a une personnalité très forte tourné Tsundere. C’est l’ami d’enfance de Fumiho et également son protecteur. Il est étonnamment mature par rapport à ses amis et cache un secret bien à lui.Il semblerais tout de fois qu’il apprécie la compagnie de ses amis et aille parfois jusqu’à les demander.

    Kiwako est la meilleure amie de Fuji. Elle est également atteinte de bio-bugs, ce qui lui a permis de fusionner avec son objet favori : sa moto ! Elle maitrise très bien sa transformation, ce qui lui permet de se battre et de servir de transport à ses amis. Elle à une personnalité à double visage, lui permettant d’être parfois une vraie gamine tout en étant à d’autres moments une des clefs dans l’évolution de Fuji. Si elle est amie avec Fumiho, je pense à titre personnel qu’elle en pince légèrement pour son ami d’enfance.

    Finalement, c’est surement Fumiho Enomoto qui est la plus mystérieuse dans cette histoire. On sait juste qu’elle est l’amie d’enfance de Hosa, qu’elle possède des bio-bugs et qu’elle est impliqué dans l’organisme d’état qui informe ses semblables. Elle possède un pouvoir étrange dont on ignore la nature, ce qui en fait quelqu’un d’assez mystérieux, surtout quand on sait qu’elle a besoin d’une protection. Elle est très gentille de nature, ce qui la pousse à aider les gens et notamment les biorgs (possesseurs de bio-bug) avec ou sans leurs consentement. Elle ne semble pas faire particulièrement attention à Fuji en dehors de ses activités, mais elle reste sans aucun doute le personnage le plus sympathique de ce 1er tome !

Scénario :

    Fuji a des bugs. Nous suivons le parcours de lui et de ses amis dans un monde ultra-moderne façonné par de nouveaux principes de normalité. Les biorgs sont loins d’avoir des vies facile, surtout au lycée où la différence pèse sur certains. Les incidents éclatent, provoquant l’action de nos héros. Mais alors que de “simple” problème de lycéen se règle, une trame bien plus sombre se dessine, alliant le secret d’Hosa et une rumeur de chasse au biorgs. Fuji, notre héros, se fera entraîné bien malgré lui dans son monde et devra évoluer pour s’en sortir.

    Le scénario est assez complexe et possède un tel recule qu’il est impossible d’en donner un aperçu véritable en parlant uniquement du tome 1. Je peux tout de même vous dire qu’il est à la hauteur des oeuvres de Ito Ogure (Enfer et Paradis, Air Gear) et fait avancer l’histoire d’une façon incroyable.

Graphisme :

    Dans ces mangas, en règle général, Oh! Great possède une véritable malédiction quand aux 1er tomes. Les personnages sont souvent mal dessiné, faute de temps pour peaufiner les détails. Et bien c’est loin d’être le cas dans Biorg Trinity. Il utilise l’univers ultra riche fournit par Otaro pour créer un graphisme unique et ultra détaillé comme il peut le faire dans les meilleurs scènes de ses précédents manga. Plus structuré qu’Air Gear, plus performant qu’Enfer et Paradis, notre mangaka démontre son savoir faire avec brio jusque dans les planches les plus banales. Bref : le dessin est vraiment divin, digne de son auteur !

Point noir :

    Je trouve pourtant quelques petits points négatifs… Ce manga est certe une pure oeuvre d’art, mais son style est finalement assez peu accessible au débutant, car il demande un très bon sens de la scène pour être lu parfaitement (j’avoue avoir moi-même du mal à saisir certaines scènes). Deuxième et dernier point noir : le petit “book design” au début du manga, fait par Anna Kawamura. En plus d’être à des années lumière de la maîtrise d’ Ogure, il ne s'adapte pas au reste du manga et m’a laissé une idée négative du personnage qui ne correspond pas à celle de l’oeuvre.

Conclusion :

    Personnellement, je pense que c’est un des mangas les plus beau de l’histoire. Il se dresse bien au dessus des grandes séries et au niveau des maîtres tel que Kentarō Miura (Berserk) ou Nobuhiro Watsuki (Kenshin le Vagabond). Pour une fois, le héros est totalement différent des héros très “extraordinaire” des oeuvres précédente d’Oh! Great. Si je ne le conseil pas vraiment aux nouveaux lecteurs de manga, je le conseil vivement à tous les fans de shonen et seinen.

biorgtrinity02

Article tome 2

Aujourd’hui on s’attaque au tome 2 de Biorg Trinity, l’avant dernière oeuvre d’Ogure !

 

La petite histoire :

    Dans ce tome, Oh ! Great nous racontes qu’il a eu le privilège de dessiner la couverture de l’anthologie officiel de Ah My Goddess. Mais il a tellement eu le trac qu’il a redessiné encore et encore jusqu’à prendre du retard… Résultat des courses, il a prit une semaine de retard sur Biorg Trinity… Décidément, notre mangaka sera toujours maudit avec les délais ! A la différence près qu’il est aujourd’hui capable d’atteindre un niveau exceptionnel malgré le retard.

    Plus récemment, Oh ! Great c’est mis à travailler sur l’adaptation manga d’un des plus gros Light Novel japonais : Bakemonogatari !

Personnage :

    Il y a quelques nouveaux personnages dans ce tome... Et nous avons l’apparition d’un “nouveau” héros.

    Michael Jesterkovich est le biorg hunter n°8, ancien collègue de Hosa, qu’il porte en haute estime. C’est un personnage plutôt cruel et mystérieux, un peu pervers, dont on ignore jusqu’à la façon de penser et la personnalité. Il est très fort et ne recule devant rien pour atteindre ses objectifs, même si ignore ce que c’est.

    Bellwood est une jeune fille qui partage sa présence entre une humaine un peu bizarre, perverse et insolente, et un être mi-cheval, mi-dragon, mi-meca qui sert de monture au biorg hunter n°8. Elle semble ne pas avoir d’avis particulier sur Fuji et ses amis et donner beaucoup plus d’importance à ses loisirs (sexuels compris) qu’aux missions de son maître.

    Hosafuji est un personnage née de la fusion entre Fuji et Hosa. Personnage surpuissant à la personnalité incertaine, mais toujours imprégné de confiance en soit, c’est une des énigme de ce manga. Une chose perdure : l’amour pour Fumiho Enomoto. Seul Kiwa semble vraiment comprendre ou au moins être sur la voie, ce qu’implique cette fusion de personnalité entre deux personnages très différents.

    Mandra est le prof de Hosa, Fuji, Kiwa et Fumiho. Il a fusionné avec une mandragore officinale, ce qui l’a rendu tout petit. Il possède un volume sonore littéralement décapant et zozote. Il semble tout de fois plein de bonne volonté.

    Nous faisons encore une fois la connaissance de personnages toujours plus complexes et mystérieux. Il y a un peu plus de figurants dans ce tome, mais ce n’est pas pour autant qu’ils sont bâclés. C’est du très bon travail.

Scénario :

    Dans le tome précédent : Le biorg hunter n°8 a remarqué un détail chez Fuji et demande au biorg hunter n°9 : Hosa, de le tuer. Celui-ci refuse et le combat s’engage. Mais notre tsundere ne fait pas le poids et prend un coup mortel. Mais alors qu’il est sur le point de mourir, Fuji utilise un de ses bugs et aspire son meilleur ami pour le sauver.

    Le combat s’engage alors entre n°8 et Hosafuji, un guerrier qui ne fait plus qu’un avec ses armes. Mais Kiwa et un mega crash buggler vont venir perturber la confrontation. Qui va donc l’emporter ?

    Fumiho, inquiète de la disparition soudaine d’Hosa, son ami d’enfance, se met à le rechercher. Elle se tourne très vite vers Fuji. De son côté, il a beaucoup de mal à comprendre ce qu’il lui arrive. Il a reprit son apparence et sa personnalité. Alors que Kiwa travail toujours plus dur pour obtenir les compétences nécessaire pour délivrer ses deux amis de leur fusion, Hosa et Fuji mettent les choses au clair en communiquant par portable. Mais Fumiho n’a pas l’intention d’en rester là et décide de débarquer chez Hosa, une vieille clinique désaffectée gardée par un bio-bug un peu spécial. Fuji et Hosa arriveront-ils à temps pour la sauver ? Kiwa réussira-t-elle à les séparer tout en évitant une mort certaine à Hosa ?

    Comme on pouvait s’y atteindre de la part de Otaro Maijo, c’est non seulement très bon, mais également très drôle et abracadabrant. On commence à bien mieux saisir l’univers ultra-complexe et révolutionnairement moderne de ce manga. Les personnages et leurs relations sont au final aussi complexe que l’univers lui-même.

Graphisme :

    Sur ce point, ce tome est aussi bon qu’on pouvait l’espérer ! Comme on pouvait s’y attendre, c’est du grand Oh! Great ! Scène de combat ultra détaillé tout droit sorti d’une autre dimension, scènes mélancolique, détails comiques, trames ultra-riches… Ogure arrive dans cette œuvre à un niveau surpassant l’exceptionnel. Le seul et unique détail de son univers encore absent : des scènes de ecchi et des filles à la poitrine opulente. Personnellement, je ne trouve pas ça plus mal. Nos personnages féminins comme masculins possèdent ainsi un graphisme bien plus réaliste et c’est un régal pour les yeux.

    Il y a pas mal de bonus toujours plus drôle et intéressant, c’est vraiment un très bon point.

    Dernier détail : ce tome est peut être un peu plus accessible que le précédent. Un gros point positif qui explique surement l’astucieux coffret 3 tomes de Kazé.

Point noir :

    A la fois point fort et point négatif : le scénario ultra-complexe. Il faut un certain temps pour assimiler tout l’univers. Heureusement les personnages sont peu nombreux et très bien conçu, ce qui annule souvent l’impression de ne pas tout comprendre à la première lecture.

    Petite déception personnelle : il n’y a pas de message des auteurs sur la jaquette ! Bon, au moins le book design d’Anna Kawamura est bien meilleur dans ce tome, plus effacé, mais mieux adapté.

Conclusion :

    J’ai vraiment adoré ce manga. Il est graphiquement stratosphérique, scénariquement dément et le tout donne une œuvre unique et d’une finesse transcendantale. Je conseil ce manga à tous les fans de shonen, seinen et aux fans des ouvres de Oh! Great ! Je le déconseille tout de fois aux débutants dans le genre manga qui risquent de s’y perdre.

biorgtrinity03

Article tome 3

On s’attaque aujourd’hui à la suite de Biorg Trinity !

 

La petite histoire :

    Ce manga est terminé en 14 tomes, dont 13 sont déjà publiés chez Kaze. Le dernier tome sortira le 6 Mars 2019.

Personnage :

    Les personnages dont on parle aujourd’hui sont déjà, pour la grande majorité, apparu dans les précédents chapitres.

    Matsukage Chieri est dans la même classe que Fujii et les autres. C’est une fille peu sur d’elle qui pour améliorer le regard des autres à son égard, va fusionner avec tout et n’importe quoi quitte à utiliser des drug illégaux. Elle finira dans le corps d’une araignée, mais l’histoire ne s’arrête pas là. Elle semble avoir pris le parti d’Ouranos et être prête à combattre.

    Ouranos n’est autre que le délégué de classe de Fujii et ses amis. C’est un personnage extrêmement mystérieux dont on ignore jusqu’au véritable nom. En tant que délégué, il s’entend bien avec tout le monde et utilise son autorité naturel pour garder une bonne entente entre les élèves. Mais en tant qu’Ouranos, c’est un puissant Bugglers qui recueille et protège les autres bugglers avec l’objectif de détruire les Biorg Hunter. Il est à la tête des 21 étoiles constituant le ciel d’Ouranos. Il semble avoir beaucoup d’informations que les autres n’ont pas, notamment sur la fusion entre deux humains… C’est un personnage très classe que j’aime beaucoup.

    Sayuki est une buggler qui a fusionné avec un couteau-suisse et qui vole les passants. Nous l’avions vu dans un tome précédent et elle était entré en contact avec les Fumiho, Fujii et Kiwako. Malgré ses retrouvailles pour le moins étrange avec son père, elle sera tuée par le Biorg Hunter n°8. Tout du moins c’est ce qu’on pensait, car on la retrouve au côté d’Ouranos.

    Personnage sans doute le plus complexe de ce tome : Spica ! C’est un buggler mystérieux qui possède l’apparence d’une petite fille. Elle est couverte de troue, ce qui lui permet de fusionner avec le sol et de solidifier son corps. Elle a vécu des expériences traumatisantes, ce qui explique surement qu’elle soit devenu la messagère d’Ouranos. Je vous laisse découvrir ce personnage hors du commun…

Scénario :

    Dans le tome précédent : Fujii et Hosa viennent de fusionner afin de sauver la vie de ce dernier, vaincu par le Biorg Hunter n°8. Au terme d’un combat d'anthologie, Hosafujii réussissent à venir à bout du Biorg Hunter. Mais c’est loin d’être terminé car Fumiho, inquiète de la disparition de son ami, le cherche jusque chez lui. Fujii et Hosa doivent faire vite pour sauver leur amie du système de sécurité d’Hosaka Shoji. Heureusement, tout est bien qui finit bien. Dans le même temps, la jolie Kiwako, qui a compris depuis longtemps la situation, cherche un moyen pour faire sortir Hosa de Fujii sans le tuer.

    Alors que Fujii prend petit à petit conscience de ce qui risque de passer s’il reste trop longtemps fusionné avec Hosa, Matsukage est de retour et sème à nouveau la zizanie en cherchant par tous les moyens à redevenir humaine. Pour ça, elle décide d’aspirer des humains, en profitant de leurs caractéristiques physiques pour obtenir le corps qu’elle a toujours voulu. Biorg Hunter n°8 n’a pas l’intention de laisser passer cela, mais il a beau  combattre et trancher l’ancienne élève, celle-ci fusionne son corps tranché et ressuscite. Elle annonce alors que les chasseurs sont devenus les chassés. La discussion entre buggler et Biorg Hunter commence, mais la tension est insoutenable, surtout quand Ouranos envoie Spica pour porter un message de menace. C’est alors que le chemin de Fujii et Kiwako croise par hasard celui de la buggler. Pour un simple chat, celle-ci perd le contrôle et se met à tout faire pour les capturer. Fujii réussira-t-il à sauver son amie Kiwako ? Hosafujii réussira-t-il à venir à bout de la légendaire Spica ?

    Ce tome possède bien plus de combat que les précédents. On met enfin à contribution des personnages que l’on pensait à l’origine de simples figurants. Mais ce n’est pas tout, car l’univers se voit gratifier d’un nouveau conflit dans lequel nos personnages se positionne entre deux feux. On revient également sur la partie historique du scénario en abordant le cas complexe de Spica. Mais ce n’est pas tout, car on va aussi devoir aborder un immense côté psychologique : celui qui est à l’origine des bugs eux-même ! C’est encore une fois un excellent travail de la part d’Otaro Maijo.

Graphisme :

    Les combats de ce tome sont encore meilleurs que ceux des précédents. Oh! Great nous montre tout son savoir faire et une chose est sûre : c’est démentiellement puissant ! Il y a un peu plus de scène de ecchi, même si elles sont induites dans les combats. On retrouve la patte si particulière d’Ogure Ito !

    En dehors de ça, on reste dans ce qui a fait cette série depuis le début : un graphisme au niveau stratosphérique !

    Ce tome est peut être un peu moins gore en terme de combat. Tout de fois, il rattrape largement les deux autres sur le plan de la torture psychologique.

    Petit plus : Otaro Maijo laisse une petite planche à la fin !

Point noir :

    On retombe dans le point noir du premier tome. Si tout est magnifique, on se perd très vite dans le niveau divin du dessin. Ce manga est assez dur à lire et je ne pense donc pas qu’il soit convenable pour une initiation.

Conclusion :

    Ce troisième tome de Biorg Trinity est immense ! Aussi bien graphiquement que scénariquement. Nous sommes dans une œuvre d’art à part entière ! Je le conseille vraiment à tous les fans de shonen assez hard ou de seinen. Je le déconseille tout de fois aux débutants.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 31/12/2018