Umi Ga Kikoeru

oceanwaves

Article

On s’attaque aujourd’hui à un film Ghibli peu connu : Umi ga Kikoeru !

 

La petite histoire :

    Premièrement ce film possède plusieurs noms. N’étant pas licencié, la communauté se bat encore pour savoir quel titre lui donner. Trois noms sortent tout de fois du lot : Je peux entendre l’océan; Tu peux entendre la mer; Ocean Waves.

    Ce film est réalisé par Tomomi Mochizuki pour le studio Ghibli. C’est en fait un téléfilm de 72 minutes qui n’a jamais été licencié en France. Il est sorti le 25 Décembre 1993.

    C’est une adaptation du roman Umi Ga Kikoeru de Saeko Himuro, sorti entre 1990 et 1992.

Personnage :

    Taku Morisaki est le héros de cette histoire. C’est un lycéen courageux qui n’hésite pas à se retrousser les manches pour obtenir ce qu’il veut. Il a une forte personnalité et est plutôt apprécié par ses camarades. C’est le meilleur ami de Yutaka.

    Yutaka Matsuno est le meilleur ami de Taku. Même s’ils ne sont pas dans la même classe, ils sont très proche. Yutaka est quelqu’un de très intelligent qui aime suivre ses principes à la lettre, quitte à se mettre tout le monde à dos.

    Rikako Muto est une lycéenne originaire de Tokyo transférée en cours d’années. Elle a d’excellentes notes partout et est très apprécié des garçons. Particulièrement jalousée, elle est souvent seule. Elle n’a pas une situation familiale très facile…

Scénario :

    Taku Morisaki et Yutaka Matsuno se rencontrent le jour où prétextant des mauvais résultats, le lycée décide d'annuler le voyage scolaire tant attendu des élèves. Nos deux compères furent alors les seuls à se lever pour affirmer clairement leur opinion. C’est suite à cet événement qu’une solide amitié est née entre les deux lycéens. Plusieurs mois plus tard, une certaine Rikako Muto est transférée au lycée, mais celle-ci a beaucoup de mal à s’intégrer. Yutaka la prend alors sous son aile. Mais lors du voyage scolaire suivant, celle-ci va se rapprocher de Taku pour lui emprunter de l’argent… Qui obtiendra le coeur de Rikako ? Quel est donc la situation de cette dernière ?

    Ce scénario est en total rupture avec toutes les autres productions de Ghibli. Il se présente sous deux phases. La première est une tranche de vie des années 90, en campagne. On retrouve vraiment l’ambiance et le contexte social de l’époque en plus d’une certaine mélancolie nostalgique. C’est très intéressant si vous aimez cette période. La seconde partie est un triangle amoureux au développement très lycéen et très japonais. Si on est loin d’un shojo, ça rappellera surement des souvenirs à tous les pas doué de l’amour qui n’ont jamais réussi à se déclarer au lycée.

    Bref, c’est une grande bouffée d’air frai dans le Japon des années 90 !

Graphisme :

    Comme on pouvait s’y attendre, le dessin est très travaillé et d’une très grande qualité. Ce film est sorti il y a plus de 25 ans, mais il est toujours d’actualité. Le design des personnages est assez classique des film Ghibli. On peut notamment retrouver un design très semblable dans la colline aux coquelicots de Goro Miyazaki.

    Le vrai point fort dans ce film, c’est bien sur sa vision des scènes absolument délirante et en totale rupture avec tous les autres Ghibli. C’est du grand art.

    Les OST sont également très différents de ce qu’on entend d’habitude, puisqu’ils sont vraiment placés dans les années 90, alors qu’ils sont habituellement intemporels.

Point noir :

    Premièrement, ce film est assez court. Ensuite, son thème et la façon dont il est traité fait qu’il sera surement assez dur à comprendre pour qui connaît mal les années 90 et le Japon. C’est sans doute cet aspect qui explique qu’il n’est pas licencié.

Conclusion :

    J’ai vraiment adoré Umi Ga Kikoeru ! C’est un film frappant sur les années 90 qui propose un doux embrun d’amour lycéen. Je le conseille aux fans de cette période.

PS :

    Si vous voulez en savoir plus, écoutez l’émission spécial de Mangacast ! C’est très bien développé.

oceanwaves
oceanwaves

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire