la série Ys

ys8

Article Ys VIII : Lacrimosa of Dana

Aujourd’hui, on s’intéresse à un jeu sorti il y a deux ans et toujours d’actualité : Ys VIII : Lacrimosa of Dana.

 

La petite histoire :

    Ys est une série de jeux vidéo développé par Falcom depuis 1987 ! Les plus vieux ont beaucoups de réédition, mais seul les derniers sont encore d’actualité. Je ne suis pas sûr de l’information, puisque je n’ai pas joué à tous les jeux, mais il semblerait que l’on suive les aventures d’Adol, le héros de ce jeu. Ys VIII est sorti en 2016 sur Playstation Vita (c’est la version avec laquelle j’ai joué), en 2017 sur PS4 et en 2018 sur Steam et Switch.

Personnage :

    Bon, je vais essayer de ne spoiler personne… Du coup, je ne vais présenter que les personnages centraux.

    Adol Christin, le héros de cette histoire est un explorateur. Il n’a peur de rien, ne se prend pas la tête et se bat à l’épée. Il fait des visions qui semble le plonger dans un lointain passé.

    Laxia est une jeune fille de la haute société. Elle semble avoir un problème avec son père et les hommes en général. Elle a mauvais caractère, mais s’adoucira au fur et à mesure de l’aventure, jusqu’à ce qu’on découvre la facette douce de sa personnalité. Elle est très intelligente et connaît beaucoup de chose, ce qui sera très utile. Elle se bat avec un fleuret.

    Sahad est un pécheur tout ce qu’il y a de plus classique. Il parle fort, s’entend bien avec tout le monde et aime plaisanter et faire la fête. Malgré son âge et sa famille, il est détendu et fait bien plus jeune qu’il ne l’est. Personnellement, je le trouve très agréable. Il se bat avec une ancre et tient le rôle de tank/berserker.

    Le capitaine Barbaros est le capitaine de Lombardie, un navire où circule tout ce beau monde au début de l’histoire. Il a beaucoup de charisme, sait gérer n’importe quel situation et est capable de tout organiser d’une main de fer. Il est très agréable et donne une figure paternel, surtout avec les plus jeunes.

    Dogi est le compagnon de toujours d’Adol. Si ce n’est qu’un PNJ, il reste qu’il possède une force surhumaine ! Il est très agréable et servira de second au capitaine Barbaros.

    Il y a beaucoup d’autres personnages et ils ont tous une histoire propre qu’il est bon de découvrir.

Scénario :

    L’histoire commence sur le Lombardie, un bateau tenu par le capitaine Barbaros. Adol et Dogi travail pour payer le voyage, mais le bateau passe au large d’une île mystérieuse : l'île de Seiren. Mais le bateau est attaqué par une sorte de calmar géant qui le coule sans problème. C’est alors qu’Adol se réveil sur l’île maudite dont personne n’est jamais revenu. Il retrouve d’abord Laxia, puis Sahad, Barbaros et Dogi.

    Après avoir trouvé un endroit où s’abriter des bêtes qui habitent l’île, le groupe d’Adol, Lixia et Sahad se met à parcourir l’île à la recherche de survivant. Mais les choses ne sont pas si simple, car Adol fait des rêves de plus en plus réaliste sur une certaine Dana. Quel est donc le secret de cette île ?

    Personnellement, j’ai adoré le scénario ! Je me suis fait avoir plus d’une fois ! Il est vraiment mystérieux et nous permet de ressentir les sentiments de personnages au cours de l’aventure.

GamePlay :

    C’est un jeu d’aventure et de combat à la RPG. Si la partie aventure est assez standard avec des puzzle et des labyrinthes, je dois dire que j’ai été assez enthousiaste sur le système de combat. On y retrouve les commandes habituels, mais le mode esquive et le mode blocage permettent beaucoup de chose, notamment d’avancer dans l’aventure sans avoir le niveau requis. Les techniques sont intéressantes et la distinction des techniques de combat entre les différents personnages jouables est vraiment très agréables, surtout une fois que l’on a doublé l’équipe d’exploration. Bref, j’ai vraiment adoré le principe !

    Il y a également tout une panoplie de mini-jeu étalé un peu partout qui se charge de rendre tout ça encore plus intéressant.

Graphisme :

    C’est maintenant qu’on va parler de l’aventure. Habituellement, j’ai tendance à m’ennuyer sur ce genre de jeu. Mais là, entre les combats et le paysage qu’il faut bien le dire est juste superbe, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer ! Le jeu prévoit même des zones spécials que l’on peut contempler encore et encore sans se lasser ! Bref, les graphismes sont juste magnifiques et le nombre de bug est vraiment minime par rapport à la quantité de donnée.

    Ensuite, pour ce qui est des personnages, je suis là aussi plutôt satisfait. Les personnages ont leur propre individualité et même si on remarque tout de suite qui sont les principaux, ils ont tous une apparence qui les rend unique et facile à discerner.

    Autre détail intéressant, les OST sont juste géniaux ! Ils donnent une dimension supplémentaire à l’exploration et aux combats qui empêche toute notion d’ennuie !

    Enfin, nous trouvons à la  fin un générique inspiré de Fire Emblem qui donne vraiment un côté nostalgique à l’aventure.

Point noir :

    S’il devait y avoir un point noir, je pense que ce serait la fin. Après le jeu, on est obligé de revenir au dernier chapitre ou de recommencer l’aventure… Je trouve personnellement ça un peu dommage.

    Dernier détail, la Vita à parfois un peu de mal à suivre quand les combats deviennent un peu bordélique (du genre à 25 contre 3), ça fait un peu ramer le jeu et c’est bête...

Conclusion :

    J’ai adoré ce jeu et je le conseil aux fans de rpg ! Si vous voulez en savoir plus, faites un tour sur leur site : ysviii.com !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 30/10/2018