La Colline aux Coquelicots

lacollineauxcoquelicots

Article

Aujourd'hui on parle du 1er film des studios dont j'ai parlé : La Colline aux coquelicots !

La petite histoire :

Ce film est sorti en 2011. Il est réalisé par Gorō Miyazaki et scénarisé par Hayao Miyazaki et Keiko Niwa. Pour information, Gorō n'est autre que le fils de Hayao Miyazaki, le cofondateur des studios Ghibli.

Il y a une version manga de ce film.

Personnage et Scénario :

      Umi est élève dans un lycée au bord de la mer en 1963. Elle a perdu son père quelques années plus tôt et vit avec sa grand-mère, son petit frère et sa petite sœur. Elle s’occupe de la plupart des taches ménagères et a pour habitude de lever des drapeaux dans l’espoir que son père, un marin, revienne un jour. Le lycée où elle va est un endroit plutôt mouvementé où règne la joie d’apprendre (si, ça existe) et où se démarque le directeur du journal du lycée : Shun Kazama.

     C’est alors qu’un bâtiment particulier est mit en danger : la maison des élèves en plein quartier latin. C’est un endroit pour le moins habité où tous les clubs s’entassent dans le seul et unique but d’approfondir leurs passions. Mais le bâtiment incroyablement réalisé doit être détruit par l’administration, au grand désespoir de tous les élèves qui organisent la résistance.

    Umi et Shun se rapproche petit à petit l’un de l’autre. Mais l’histoire familiale de Shun va les rattraper et les possibles liens du sang pourraient leur causer bien des ennuies. Vont-ils réussirent à sauver la maison des élèves ? Comment les choses vont-elles évoluer entre Umi et Shun ?

    Pour avoir vu un petit paquet de film de Miyazaki, je dois dire que celui-là est à part. Pas de magie, pas de hauteur, tout reste sobre. Et c’est justement ça qui est incroyable, on reste les pieds sur terre et on voyage tout de même. Il y a une sorte de grandeur qui nous pousse à nous motiver nous aussi pour sauver cette maison qui ferait fantasmer n’importe quel bon rêveur. Comme on peut si attendre, tout se passe sur un fond d’histoire d’amour sobre et calculé aux multiples dénouements imprévisibles.

Graphisme :

Les graphiques sont assez constant, mais largement à la hauteur. La plus grande prestation reste tout de même la maison des élèves qui est d’une surprenante complexité, ce qui rend justement cet endroit pourtant peu accueillant au premier abord si exceptionnel.

Il y a un certain nombre de personnage, mais ici il n’y a vraiment que les deux principaux qui comptent. Si la majorité des personnages sont des figurants, les deux personnages principaux et leurs proches sont construis d’une façon particulièrement complexe autour du scénario.

Point noir :

Il est clair que tous ceux qui recherchent l’action souvent présente dans les films du studio Ghibli vont s’ennuyer. C’est surement la raison pour laquelle se film n’a jamais atteint la notoriété des plus grands alors qu’il en a clairement les moyens.

Conclusion :

    Pour les fans de shojo, c’est un pur chef d’œuvre. J’ai pris énormément de plaisir à regarder ce film, que ce soit pour le côté romance que pour le côté sauvons la maison des élèves. Je le conseille vivement à tous ceux qui veulent découvrir les films Ghibli sans forcément commencer par les ultra classiques.

lacollineauxcoquelicots2
lacollineauxcoquelicots3

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 30/10/2018