Zero no Tsukaima

zeronotsukaima

Article

On s’attaque aujourd’hui à l’anime Zero no Tsukaima !

 

La petite histoire :

    C’est à l’origine un light novel écrit par Noboru Yamaguchi et illustré par Eiji Usatsuka entre 2004 et 2017 pour un total de 17 volumes.

    Une première adaptation manga fait son apparition en 2006. Dessinée par Nana Mochizuki, elle tiendra jusqu’en 2009 et atteindra les 7 tomes.

    L’anime dont nous parlons aujourd’hui est sorti en 2006 et compte 13 épisodes. Il était licencié par DoCoMo France, mais est actuellement libre.

    Le jeu vidéo Zero no Tsukaima : Shôakuma to harukaze no concerto est un visual novel qui sort sur PS2 en 2007.

    La seconde saison de l’anime : Zero no tsukaima : Futatsuki no kishi sortira en 2007 et contiendra 12 épisodes.

    Une nouvelle adaptation manga  et fera son apparition : Zero no tsukaima Gaiden : Tabitha no Bôken dessiné par Takuto Kon et sorti entre 2007 et 2010 pour 5 tomes.

    La troisième saison anime sortira en 2008 : Zero no tsukaima : Princess no rondo en 12 épisodes et un épisode OAV.

    Deux nouvelles adaptations manga verront le jour : Zero no Tsukaima : Yôchien nano ! de Masaya Takamura sorti entre 2009 et 2012 pour 3 tomes et Zero no tsukaima : Chevalier en 4 tomes et dessiné par Yakari Higa entre 2010 et 2013.

    Enfin, une dernière saison anime sortira en 2012 : Zero no Tsukaima F, en 12 épisodes.

    Malgré les apparences, cette série compte 50 épisodes d’anime, 19 tomes d’adaptation manga, 1 jeu PS2 et 27 volumes de light novel à son actifs, ce qui en fait une des plus grosses séries de son époque, même si elle passe souvent dans l’oubli de nos jours…

Personnage :

    Hiraga Saito est le héros de cette histoire. Simple lycéen japonais comme les autres c’est quelqu’un de plutôt agréable qui a du mal à gérer les gens excentriques. S’il s’adapte assez bien aux situations et à sa propre condition, il s’inquiète souvent pour les autres. Il a faible pour les filles à la poitrine voluptueuse. Il est prêt à prendre des risques quand quelqu’un qu’il apprécie est en danger.

    Louise Françoise Le Blanc de la Vallière est une étudiante en magie. Dernière d’une prestigieuse famille noble, elle est incapable de lancer le moindre sort, même les plus simple, d’où son surnom : Louise la Zero (Zero on Louise en japonais). C’est une tsundere, surtout avec son familier Saito. C’est une fille insolente, mais qui souffre beaucoup de la solitude et de ses capacités magiques. Elle est complexée par la taille de ses seins. Elle a un faible pour Saito et pour les hommes naturellement à la fois viril et gentil. C’est un personnage que j’aime beaucoup, d’autant plus qu’elle est doublée par Kugimiya Rie.

    Siesta est une servante avec qui Saito se lie vite d’amitié. C’est une fille adorable et particulièrement agréable. Elle tombe très vite amoureuse de Saito. Elle est doublée par la superbe Yui Horie !

    Kirche Augusta Frederica von Anhalt-Zerbst est une camarade de classe de Louise. Venue tout droit d’Allemagne, elle est d’une grande famille noble et fait honneur à sa famille par le feu. C’est une fille volage qui aime draguer, même si on s’approche plus souvent du prédateur sexuel que de la drague… C’est une excellente magicienne. Étonnamment, c’est quelqu’un qui s’inquiète souvent pour les autres et n’hésite pas à leur venir en aide.

    Guiche de Gramont est un camarade de classe de Louise. Fils d’un général, c’est quelqu’un de particulièrement narcissique. Il drague toutes les filles mignonnes qu’il croise malgré le fait qu’il soit en couple avec Montmorency. C’est un pétochard qui n’aime ni les efforts, ni la douleur. Il sera assez vite ami avec Saito, aussi étonnant que ça puisse paraitre.

    Montmorency Margarita la fère de Montmorency est une camarade de Louise et la petite amie de Guiche. Magicienne de l’eau, c’est une bonne élève. C’est une fille plutôt yandere qui n’aide pas souvent les autres.

    Charlotte Hélène d’Orléans est une camarade de Louise. Surdouée, elle passe la majeure partie de son temps à lire en silence. Si elle n’est pas très causante, elle n’hésite jamais quand il s’agit d’aider ses amis. Elle possède une force magique remarquable. Elle semble froide, mais s’attache assez vite à ceux qui l’entourent.

Scénario :

    A l’académie Tristein, Louise est la dernière de la classe. Incapable de lancer le moindre sort, son destin se joue lors de sa deuxième année, quand elle doit invoquer un familier. Quand ses camarades invoquent des créatures magiques, elle se retrouve à invoquer Saito : un simple humain aspirée dans ce monde par hasard. Non seulement notre héroïne est déçue, mais son familier semble bien décidé à lui fausser compagnie. Saito parviendra-t-il à fuir les tâches de sa maîtresse ?

    Au cours d’une de ses tentatives de fuite, il se retrouve à affronter Guiche. Réussira-t-il à s’en sortir vivant face à un magicien ?

    Alors que Saito décide de rester auprès de Louise, celle-ci se retrouve impliqué dans des évènements de plus en plus dangereux… Le mystérieux pouvoir de son familier l’aidera-t-il à survivre à ce qui l’attend ?

    Le scénario est très intéressant. Si le début est très clairement une simple comédie romantique scolaire, la seconde partie de l’anime met en scène l’univers complexe du light novel. La partie isekai (même si le genre n’était pas encore déclaré à l’époque) est vraiment bien gérée et utilisée d’une façon très intelligente. Le second plan de cet anime est la relation entre Louise et Saito. On finit par ne plus savoir s’ils ont une relation de maître à esclave, de chevalier à princesse ou d’amant. C’est vraiment un élément très intéressant.

Graphisme :

    Pour son époque, même si les combats manquent de temps en temps d’impact, le niveau graphique est plus que respectable. Le design des personnages est plutôt bien pensé, même s’il n’est pas particulièrement original. Les scènes de ecchi sont soft et les scènes comiques plutôt bien réalisées. Les trames de fonds sont très réussies.

    Le staff, notamment au niveau des seiiyu est très intéressant. Les OST sont assez classiques, mais bien choisis. L’opening First Kiss de ICHIKO est bien réalisé.

Point noir :

    Cet anime manque parfois d’originalité. Dommage qu’il ne prenne pas plus de risque.

Conclusion :

    J’ai beaucoup aimé Zero no Tsukaima. C’est un excellent anime qui mixte isekai et comédie romantique. Je conseille cet anime aux fans d’isekai et de romantisme.

zeronotsukaima
zeronotsukaima

Opening

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire