We Never Learn

weneverlearn

Article

On s’attaque aujourd’hui à une comédie romantique : We Never Learn !

 

La petite histoire :

    C’est à l’origine un manga écrit par Taishi Tsutsui depuis 2017. Il y a aujourd’hui 15 tomes, publiés en France chez Kaze.

    Un Light Novel écrit par Hamubane est sorti le 4 Avril 2019.

    L’anime dont on parle aujourd’hui est sorti entre le 7 Avril et le 30 Juin 2019, pour un total de 13 épisodes chez Wakanim.

    Un saison deux est sortie entre le 6 Octobre et le 29 Décembre 2019, pour 13 épisodes, et elle n’est pas licencié en France.

    Cet anime est aussi connu sous son nom japonais : Bokutachi wa Benkyô ga Dekinai.

Personnage :

    Nariyuki Yuiga est le héros de notre histoire. Lycéen sans le sou, il fait ce qu’il peut pour réduire ses frais de vie et permettre à sa famille de vivre correctement. S’il n’est pas particulièrement doué de nature, il a énormément travaillé pour obtenir une bourse d’étude. Il est en troisième année au lycée. C’est quelqu’un de sérieux qui a su trouver un bon équilibre entre son temps de bachotage et ses maigres loisirs. Il sait beaucoup de chose et s’intéresse naturellement aux autres. Toutefois, il n’a pas vraiment confiance en lui côté sentiment.

    Fumino Furuhashi est une génie de la littérature. Fille détendu, voir somnolente, elle est passionnée par les étoiles. Pour cette raison, elle aimerait aller étudier les sciences, mais son niveau en maths est tout bonnement catastrophique. Elle comprend très bien les sentiments des autres et finit par essayer de les aider. C’est un peu la miss cupidon de l’histoire.

    Rizu Ogata est une génie des mathématiques et des sciences. Fille terre à terre et direct, elle ne comprends les sentiments, ni dans les livres, dans quand ils lui arrivent. Elle travaille dans la boutique d’Udon de ses parents. Elle en pince pour Nariyuki très vite. Elle parle assez peu. Elle se passionne pour les jeux de société, mais est probablement la plus mauvaise joueuse du siècle. Elle voudrait étudier la psychologie.

    Uruka Takemoto est une championne de natation et de sport en général. Toujours de bonne humeur, c’est une véritable boule d’énergie. Elle a de grosse lacune en anglais. Amie d’enfance de Nariyuki, elle est amoureuse de lui depuis longtemps et a beaucoup de mal à l’aborder naturellement. Dans le fond, c’est une fille timide et très sensible. C’est un personnage que j’apprécie beaucoup.

    Mafuyu Kirisu est une jeune professeure au lycée. Ancienne tutrice de Fumino et Rizu, elle est de nature plutôt sévère… Tout du moins, c’est ce qu’elle veut montrer. Dans le fond, c’est une fille immature qui rêve juste de rattraper sa jeunesse.

Scénario :

    Grâce à ses efforts, Nariyuki parvient enfin à décrocher une bourse d’étude. Mais c’est alors que le proviseur le convoque et décide de faire de lui le tuteur de Fumino et Rizu. Évidemment, il le menace de faire sauter sa bourse pour qu’il accepte. Nariyuki est sceptique, d’autant plus qu’aider des génies est assez inhabituel pour lui. Devant l’ampleur de la tâche, il pense d’abords à abandonner, puis décide de leur laisser leurs chances malgré la pression exercé par le proviseur et Mafuyu Kirisu pour qu’il les convaincs de profiter de leurs dons respectifs. Mais alors que Nariyuki se tue déjà à la tâche, le proviseur lui apporte une nouvelle élève : Uruka Takemoto. Parviendront-elle à avoir la moyenne ?

    Mais autant de proximité ne pouvait entraîner qu’une seule chose : des sentiments vont commencer à venir mettre le bazard. Qui apprendra l’amour à Nariyuki ?

    D’un point de vue scénario, c’est plutôt intéressant et original. L’histoire se tient et nous montre une comédie romantique avec des personnages un peu plus intéressant que des dérivés de Love Hina. Leur relation est intéressante, surtout qu’ils n’ont pas vraiment de notion d’amour, ni même d’envie particulière. La façon dont Uruka et Mafuyu prennent leur place dans l’histoire est également très intrigante. Pour une fois, on ignore vraiment vers quelle romance l’histoire avance.

Graphisme :

    Le niveau graphique est assez moyen pour son année de sortie. Le design des personnages est très proche de celui du manga, mais nous y reviendrons. La partie comique est très bien travaillée, avec une excellente utilisation du chibi. Les quelques scènes de ecchi très softs sont en général assez bien réalisées.

    L’opening est très bon d’un point de vue animation, avec une excellente intégration de 3D. J’avoue tout de fois être moins fan de la chanson : Seishun Seminar de Study, même si c’est un bon choix.

Point noir :

    D’un point de vue graphique, les personnages sont vraiment trop proche du manga. Même si c’est pour donner un côté “kirakira”, les effets ne fonctionnent vraiment pas de la même façon en anime et donne un côté fade au coloris, alors qu’il n’en est rien. Pour continuer sur les personnages, je trouve à titre personnel que l’anime ne va pas assez loin dans l’utilisation des personnages, que ce soit en terme de ecchi, de personnalité ou d’effet kawaii.

    Pour en finir, cet anime se contente d’adapter les scènes du manga tel qu’elles sont et ne fait pas l’effort de les orienter pour proposer quelque chose de différent. C’est vraiment dommage, car c’est sans conteste ce fait qui rend l’anime aussi peu populaire en France.

    Les OST sont tout simplement presque invisibles… Je n’en est aucun souvenir …

Conclusion :

    J’avoue que même si j’ai quand même apprécié We Never Learn, j’ai été un peu déçu d’y trouver quasiment la même chose que dans le manga. C’est une comédie romantique au scénario intéressante, mais qui manque encore d’ambition par rapport à d’autres, notamment Nisekoi. Je conseille tout de fois cet anime aux fans de comédie romantique à la Nisekoi.

weneverlearn
weneverlearn

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire