Hanbun no Tsuki ga Noboru Sora

hantsuki01

Article

Aujourd’hui on parle d’un anime assez court, mais plutôt intéressant : Hanbun no Tsuki ga Noboru Sora !

 

La petite histoire :

    C’est à l’origine un Light Novel écrit par Tsumugu Hashimoto entre 2003 et 2006, pour un total de 8 volumes.

    Il a été adapté entre 2005 et 2006 en manga par B.Tarô, mais l’adaptation s’est terminé au bout de 2 tomes.

    L’anime dont nous parlons aujourd’hui est sortie en 2006 et compte 6 épisodes de 24 minutes.

    Il y a par la suite eu un drama de 13 épisodes, sorti fin 2006 et un film LIVE sortie en 2010.

    Cet anime est aussi appelé Hantsuki. Son titre signifie littéralement Ciel à la demi-lune montante.

Personnage :

    Yûichi Ezaki est le héros de cette histoire. C’est un simple lycéen coincé à l'hôpital à cause de l’hépatite A. Mais il a beaucoup de mal à se tenir tranquille et finit souvent par sortir en douce. Il a perdu son père à cause de l’alcoolisme.

    Rika Akiba est l’héroïne de cette histoire. Atteinte d’une malformation des valves cardiaques, elle fait de son mieux pour continuer à vivre. C’est une fille très touchante, avec un caractère très fort. Elle aime beaucoup la littérature. J’aime beaucoup ce personnage.

    Akiko Tanizaki est une infirmière violente, fan de tuning, mais très attaché à ses patients… A sa façon !

    Gorou Natsume est un brillant chirurgien spécialisé dans le cœur. Il semble particulièrement attaché à Rika et pour un raison obscure, ne parte pas vraiment Yûichi dans son cœur.

    Il n’y a pas énormément de personnage, mais ils sont intéressants et très réalistes. On se rend compte assez vite qu’on s’attache très vite à eux.

Scénario :

    Yûichi, dans son hôpital, est intenable. Akiko, car elle en a assez qu’il fasse le mur sans cesse, décide de lui présenter Rika, une patiente de son âge atteinte de problème de cœur. Mais contre toute atteinte, les deux adolescents se rapprochent jusqu’à ce qu’à faire le mur ensemble. Grâce à Yûichi, Rika découvre le monde qu’elle ne vivait que grâce aux livres légués par son père. Mais la maladie va vite la rattraper… Malgré ses forces qui s'amenuisent, elle découvre l’amour… Qui gagnera la course, l’Amour ou la Maladie ?

    Cet anime est très court, mais il est bien plus profond qu’il n’en a l’air. Il parle d’un sujet qu’il est loin d’être facile d’aborder, surtout dans une histoire d’amour. On parvient à ressentir la tension insoutenable sur les épaules du héros, tout en s'émerveillant des traits d’originalité et d’esprit de l'indomptable Rika. Franchement, c’est du très bon travail.

Graphisme :

    Bon, même pour l’année, il n’y a franchement rien d’extraordinaire. Le design des personnages est très classiques et malgré les quelques éléments comiques ou la seul scène un peu ecchi soft de l’anime, il n’y a pas grand chose qui pourrait permettre à Hantsuki de se démarquer. C’est dommage, car certaines scènes sont très belles et avaient beaucoup de potentielles.

    En revanche, j’ai beaucoup aimé l’Opening : Aoi Kôfuku (littéralement : Bonheur bleu) de Dai Aizawa. Sa réalisation et la chanson choisi sont très touchantes.

Point noir :

    Cet anime n’est pas particulièrement populaire à cause de son thème jugé trop triste et de son rythme jugée trop lent. A titre personnel, je pense que c’est cette incertitude qui fait la beauté de cette œuvre. Quoi qu’on dise, la tristesse est belle.

    Les graphismes n’ont rien de particulier, à mon grand damne.

    Je dois reconnaître qu’on reste un peu sur sa faim une fois le 6ème épisode terminé…

Conclusion :

    J’ai beaucoup apprécié Hanbun no Tsuki ga Noboru. C’est un shojo extrêmement touchant et beau. Je le conseille vivement aux fans de shojo un peu triste, mais je le déconseille à ceux qui préfère les anime joyeux.

hantsuki02

Opening

hantsuki03
hantsuki04

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire