Fate/Grand Order - The First Order -

Fate/GO01

Article

Aujourd’hui on s’attaque à un nouveau volet de la saga Fate : Fate/Grand Order !

 

La petite histoire :

    A l’origine, Fate/Grand Order est un jeu mobile RPG basé sur le combat tour par tour et sorti en 2015 au Japon (d’après mes informations, il n’est jamais sorti en France). Le film d’une heure et dix minutes est sortie en 31 décembre de l’année suivante, précédé de peu par un nouveau jeu, mais sur PlayStation VR cette fois. Il y a eu deux séries de manga sorties en 2017 et qui sont toujours en cours. Un nouveau jeu est prévu en juillet 2018, ainsi que deux nouveaux films de la franchise au cours de l’année.

    Cette partie de l’univers Fate semble totalement déliée de l’univers créé par le Light Novel de Gen Urobuchi. En faite, on peut même totalement dissocier le monde de Fate/Zero et Fate/Stay Night avec Fate/Apocrypha, Fate/Grand Order et toutes les autres séries. En faite, il semblerait même que ce soit une saga créé par des dizaines de scénaristes différents ayant créé en parallèle des Light Novel, des jeux, des animés et des mangas. J’avoue avoir moi même beaucoup de mal à m’y retrouver...

Personnage :

    Il y a trois personnages dans ce film :

    Le héro se nomme Ritsuka Fujimaru. Il a été convoqué dans un centre spécial en pleine montagne, car il est un des derniers humains possédants des circuits magiques, ce qui fait de lui un “master” candidat. Il ne réfléchit pas beaucoup à ce qui se passe, s'endort facilement et n’importe où et passe le plus clair de son temps inactif ou passif. ça à beau être le héros, il est malheureusement très loin de faire le poids face à tous les autres héros de Fate.

    Mash Kyrielight est embauchée par le fameux centre et possède un statut spécial. Elle semble plutôt mélancolique, tout du moins jusqu’à ce qu’elle se retrouve demi-servant. Elle ne trouve tout du moins aucune motivation dans le combat, ne faisant que protéger ses amis et son maître. Elle est plutôt mystérieuse.

    Olgamally Animusphere est la directrice de ce fameux complexe. Elle a mauvais caractère, mais ne souhaite que sauver le monde, si bien qu’on finit par la trouver sympathique. Elle ne peut pas devenir master, mais il se trouve que c’est une excellente mage.

    Il y a d’autres personnages, notamment Arthur, le Saber vedette de la saga, ainsi qu’une petite créature étrange qui se nomme Fou et qui suit nos héros dans leurs aventures.

Scénario :

    Fujimaru se réveil dans un complex en pleine montagne où il rencontre Fou et Mash par hasard. On apprend par Olgamally que la civilisation humaine est sur le point de s’éteindre, datant ainsi la “fin du monde” à 2016. Le problème viendrait d’une ville étrange retrouvé au Japon en 2004. Des candidats pour devenir master se présentent et Fujimaru se fait virer de l’exercice par la directrice. Mais alors qu’il retourne dans sa chambre, un accident se produit et une sorte de sphère aux pouvoirs plus qu’étrange (tout est expliqué, vous découvrirez ça par vous même) s’emballe et manque de faire sauter le complex. Elle met la salle principale dans un salle état et blesse gravement Mash qui se trouvait là. C’est alors que la magie opère et que nos héros remonte le temps pour se retrouver dans cette fameuse ville en 2004. La bataille pour le graal fait rage et il s’agit de récupérer le saint vase pour sauver l’humanité.

    Bon, il faut l’avouer : résumer en 75 min ce qui prend d’habitude 25 épisodes, ce n’est pas une bonne idée. Le scénario est extrêmement simpliste par rapport aux autres Fate et ça casse un peu le myth alors qu’avec entre 30 et 60 minutes de plus, on aurait sans doute obtenu un résultat plus que satisfaisant. C’est sans doute le but des prochains films...

    En tout cas, si je trouve le principe bien réfléchi, je ne peux que regretter le scénario.

Graphisme :

    Bon, comme on peut s’y attendre dans Fate, tous les graphismes sont beau. Les combats bien conçu et les scènes intelligemment réalisées. Le design des personnages est bien choisi et respecte l’univers de la série. Pourtant, là aussi il manque le petit plus qu’on pouvait retrouver dans les autres Fate, dommage. Le tout reste tout de fois largement acceptable.

Point noire :

    Bon, j’en ai déjà parlé, mais le scénario et la longueur son à mon sens un vrai point noir. Ensuite, on reste sur notre fin, que ce soit en combat ou en complexité. Enfin, les graphismes reste bon, sans entrer dans l’exceptionnel auquel les séries Fate nous avaient habitué.

Conclusion :

    C’est un bon film, il y a rien à redire là-dessus. En revanche, c’est malheureusement un mauvais Fate qui m’a laissé sur ma faim. Mais peut être que les prochains films rattraperont cette mauvaise impression, donc affaire à suivre. Je le conseil aux fans de shonen et de la saga.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire