Fate/Apocrypha

fateapocrypha

Article

On s’attaque aujourd’hui à un des derniers succès de l’animation japonaise : Fate/Apocrypha.

 

La petite histoire :

    Fate/Apocrypha est avant tout un light novel écrit par Yūichirō Higashide et publié en 5 volumes entre 2012 et 2014. Il possède depuis 2016 une adaptation manga toujour en cours et qui compte aujourd’hui 5 tomes. L’animé a été produit entre juillet et décembre 2017, en 25 épisodes.(Officiellement, la seconde partie n’est pas encore sortit en France.)

Principe :

    J’avoue être parti avec un apriorie sur cette série en la pensant comme un nouveau volet du retour du roi des chevaliers. Mais non, cette histoire se passe dans un autre monde que celui de Fate/Zero ou Fate/Stay Night, ce qui n’empêche pas ce monde d’être semblable au nôtre. Mais revenons sur ce qui nous intéresse : le Graal. En effet, le principe est toujours un survival Game pour obtenir le calice sensée réaliser tous les rêves, mais cette fois nous sommes face à deux équipes de 7 servants : l’équipe rouge et l’équipe noire. Chaque équipe possède un servant de classe Saber, Archer, Assassin, Berserker, Lancer, Rider et Caster, des héros venus d’autres époques pour combattre et réaliser leurs rêves. Chaque servant est invoqué par un Master, qui possède 3 sorts de commandement. Ces sorts lui permette de soumettre son servant à sa volonté ou de lui donner un boost d’énergie. Le servant disparaît quand il est vaincu, quand son Master perd la vie ou quand il n’a plus de sort de commandement. Mais pour superviser à cette guerre, un servant spécial est invoqué par le Graal lui même : le servant de classe Ruler. Ce servant peut redonner des sorts de commandement et se souvenir de la guerre auquel il participe, contrairement aux autres.

    Tous les servants possèdent une attaque spéciale nommé “Howg” en japonais (vous m’excuserez, mais je ne me souvient plus du therme exacte). Ces attaques sont dévastatrices et changent en fonction du servant, possédant parfois des propriétés uniques bien plus terrible qu’un immense pouvoir de destruction.

Personnages :

    Bon, même s’il y a beaucoup de personnage intéressant, je vais devoir limiter au maximum le nombre de protagoniste, j’espère que vous m’en excuserez.

    Déjà, je vais parler du personnage le plus charismatique de chaque série Fate : le Saber de l’équipe rouge : Mordred. Et non, ce n’est pas Arthur, mais son fils ! Une fois de plus, les genres sont inversés, mais ce personnage tient bien ses promesses. Parmi tous les Fate, je pense que ce Saber possède le plus de puissance brute. C’est une jeune femme très agressive qui donne étonnamment beaucoup de respect aux adversaires de valeurs ainsi qu’à son Master. Elle souhaite devenir roi, tel que l’était son père, dont elle garde un souvenir plutôt négatif au premier abord. Contrairement à notre saber habituel, elle aime se battre et n’a pas son pareil pour bouleverser l’ordre des choses. J’aime beaucoup ce personnage et j’espère un jour assister à l’affrontement entre Mordred et Arthuria !

    Le servant que je n’attendais pas était sans conteste Ruler, qui n’est autre que Jeanne d’Arc. Elle possède un coeur pure et vision réaliste et fataliste de sa vie, tout en souhaitant que cette guerre implique le moins de civile possible. Elle possède un corps matérialisé grâce à une jeune fille qui a accepté de se faire posséder par cet esprit héroïque. Elle se bat avec une bannière roulée possédant des propriétés protectrices incroyable. La plupart des servants se méfient d’elle, car une rumeur prétend qu’elle possèderait un pouvoir absolue. Plus qu’un simple servant, cette jeune femme possède un coeur d’or et une pureté vraiment très attachante, en faisant un personnage très agréable.

    Le deuxième saber a également un grand rôle dans cette guerre et il n’est autre que Siegfried, un des plus grand héros de la mythologie nordique. Il fait un choix difficile au début de l’histoire, mais n’en est pas moins un personnage incroyable.

    Karna est le lancer rouge. Il est aussi puissant qu’un saber et s’approche en terme de force aux dieux. Quasiment invulnérable, il est plutôt excentrique et ne pense qu’à une seule chose : combattre les plus puissants.

    Vlad III est le lancer noir, ancien roi de roumanie et tristement célèbre pour avoir répandu la légende des vampires dont il serait le premier spécimen. Il possède une fierté et un pouvoir surpuissant lié à son pays. Il dégage une telle prestance qu’on en oublie parfois son état de servant.

    Chiron, le centaure mythique de la mythologie grecque est l’archer noir. Possédant une adresse et une intelligence remarquable, il met à profit ses dons en tant que professeurs pour aider au mieux son Master. Il est d’une loyauté incroyable, tout en dégageant une dignité particulière. C’est vraiment un personnage que j’apprécis.

    Astolpho est le rider noir. Anciennement un des paladins de Charlemagne (et oui, encore la France ! ^^ ), c’est un personnage au genre incertain, mais au coeur enjoué et bon avec tout le monde. Ce personnage apporte une vitalité et une joie à l’histoire, tout en faisant vivre le scénario par ses choix souvent très personnel. C’est aucun doute la touche de folie triviale de l’animé.

    Mais assez parlé des servants, vous aurez le plaisir de découvrir les autres.

    Sieg est un homonculus, un homme produit par alchimie possédant des caractéristique “parfaite”, mais une espérance de vie de 2 à 3 ans. Pour une raison inconnu, il a éveillé sa conscience et a pu retrouver sa libertée. Sauvé par un servant, il porte son nom en son honneur et à fait le choix de se battre pour ses pairs et pour les humains. Il possède un sens de la justice très prononcé et qui s’accorde à merveil avec celui de Jeanne. Ce personnage est sans aucun doute la véritable surprise de ce scénario.

    Shishigo Kairi est un nécromancien freelance qui vit dans l’espoire de trouver un héritier. Il prend saber sous son ail et réussi à dompter le caractère très hargneux du chevalier. Il est très intelligent, possède une force remarquable lui permettant d’agir seul et à sa façon et se retrouve en tant que figure paternel. Il voit les choses avec beaucoup de recul et prouve à mainte reprise qu’il sait prendre les bonnes décisions au bon moment.

    Darnic Prestone Yggdmillennia est le leader de la famille Yggdmillenia dont la majorité des membres sont les Master de l’équipe noir. Il a presque 100 ans, mais utilise la magie pour se conserver. Il est en possession du calice dès le début, mais attend impatiemment la fin de la guerre pour en débloquer les pouvoirs salvateurs.

    Dernier personnage que je présenterais ici : Shiro Kotomine est le leader de l’équipe rouge. Il a l’apparence d’un adolescent, mais sa ressemblance avec le prêtre Kotomine des autres séries fate indique qu’il n’est pas un simple maître. Il rivalise avec certains servants et ses stratégies sont parfois étrange…

    Comme on peut s’y attendre d’une telle série, les personnages sont tous d’une rare profondeur et la plupart d’entre eux sont très attachant. Ils sont tous animés de sentiments et leurs histoire ponctu le scénario en déformant leurs choix. Bref, aucune fausse note !

Scénario :

    La guerre est déclaré ! Des deux côtés, les affrontements s’organisent. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. Tandi que Siegfried se sacrifie pour un jeune homonculus sauvé par Jeanne et Astolpho et que l’Assassin noir est toujours introuvable, le berserker rouge perd la raison et fonce droit vers l’ennemi où il est capturé. Étrangement, tous les servants rouges, à l’exception de saber, prennent leurs ordres directement de Shiro Kotomine. A bord du château volant de son servant Assassin, celui-ci mène son équipe à la victoire d’une main de fer.

    Les affrontements s’enchaînent, les sentiments créaient des paradoxes, des combats sont promis, des sacrifices sont faient. Ce scénario aurait pu être très simple, mais il se construit autour de l'incertitude. Il demande d’abord au spectateur de choisir un camp avant de le brusquer pour l’emporter dans des déboirs scénaristiques que seul un auteur de light novel pouvait concevoir. Bref, vous l’aurez compris, nous sommes ici dans l’exceptionnel.

Graphisme :

    Nous sommes ici sur une note assez étrange. Même si tout est d’une très bonne qualité, c’est incontestable, j’ai pourtant trouvé Fate/Zero meilleur sur certains points. Les combats sont démentiel, il faut bien le reconnaître. Pourtant, je trouve à titre personnel les choix sur les scènes de détente un peu trop ouverte, ce qui casse un peu le sublime créé lors des affrontements. Mais en dehors de ça, les OST sont fantastiques, notamment la chanson principale des affrontements. Les bruitages, dont on parle rarement, sont ici d’une qualité extraordinaire. Il en est de même pour les openings et endings, un sans faute encore une fois !

Point noir :

    Je ne vois pas de véritable point noir à cet animé en dehors du fait qu’au début on ai un peu de mal à retenir tous les personnages.

Conclusion :

    Cet animé est très différent de tous les autres Fate. Il promet un scénario très différent, une ambiance plus détendu, des combats plus détonants que jamais et des personnages toujours plus attachant. Je le conseil vraiment aux fans de seinen et de shonen, ainsi qu’aux fans de la série Fate !

OST

Pour télécharger les OST, suivez la flèche:

- - - > http://sprysphere.com/Aazo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 05/04/2018