Amai choubatsu : watashi wa kanshu senyou pet

amaichubatsu1

Article

On parle aujourd’hui d’un des derniers ecchi sortis : Amai Choubatsu : Watashi wa kanshu senyou pet.

 

La petite histoire :

    C’est à l’origine un manga écrit par Izumi Show depuis 2016 et qui compte aujourd’hui 3 tomes au Japon. Il est aussi connu par son nom alternatif : Sweet Punishment.

    L’animé vient de dévoiler son dernier épisode le mois dernier, donc en Juin 2018. Il a la particularité d’être un format court, puisqu’il y a 12 épisodes de 5 minutes.

Personnage et Scénario :

    Hina Saotome est accusée de détournement de fond et se retrouve en prison alors qu’elle est innocente. En prison, elle se retrouve face au chef de la garde : Aki Myojin. C’est un personnage étrange, sadique et pervers avec elle alors que c’est un homme de confiance pour tous les autres prisonniers.

    Mais dans cet environnement où elle est la seule fille, Hina trouvera un chevalier servant : un Yakuza trahi par certains de ses compagnons.

    Hina Saotome réussira-t-elle à sortir et à prouver son innocence ?

    Il y a toute une partie intéressante dans ce scénario : les liens entre les relations d’Hina, de Myojin et du Yakuza. Les chemins se recoupent et on découvre qu’ils ne sont pas si éloignés que ça. Mais cet aspect n’est pas travaillé, surement à cause du format qui préfère se centrer sur les scènes d’ecchi.

Graphisme :

    Cet animé est récent, donc même s’il ne possède surement pas un budget suffisant pour créer une atmosphère unique ou d’un niveau élevé, le niveau global reste plutôt agréable, même s’il reste assez banale.

    Le design des personnages est bien pensé, que ce soit Aki Myojin avec son apparence de maître du SM ou Hina avec son air de sainte ni touche. J’aime aussi beaucoup le design du Yakuza. Étonnement, les figurants sont bien représentés pour un format aussi court.

Point noir :

    C’est là que ça commence à pêcher… Pour commencer, le comportement totalement soumise d’Hina est un peu irréaliste, surtout dès le début de l’histoire. Ensuite, la façon dont les scènes de ecchi sont amenés est un peu brutal et simpliste. C’est dommage de ne pas amener le ecchi comme étant un plus alors que le scénario de fond est intéressant.

    Du point de vue des scènes de ecchi, je n’ai pas réussi à trouver la version non-censurée (et interdit au moins de 18 ans). Du coup, la censure trop large rend cet animé avec encore moins de ecchi que certains shonen alors qu’il reste interdit au moins de 16 ans. Il perd donc la totalité de son public cible…

    Tant que j’y suis, je voudrais parler un peu du format. J’avoue que je ne suis pas un très grand fan de ce format, mais je trouve que bien adapté, il est loin d’être un mauvais point. Je peux prendre pour preuve l’animé Okusama Ga Seito Kaichou ! pour citer un animé ecchi ou encore Danchigai qui sont conçu pour un format court et atteignent leurs objectifs sans problèmes. Bref, je comprend pourquoi aucune édition ne s’est encore intéressé à cet animé.

Conclusion :

    Je n’ai pas accroché cet animé. Peut être que ceux qui s’intéressent davantage aux relations de soumission type SM (je précise qu’il n’y en a pas) le trouveront plus intéressant, mais pour moi il n’y a que le dernier épisode de vraiment intéressant. Je ne conseil pas cet animé...

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 14/11/2018